Travaux de rénovation énergétique : pourquoi pas vous ?

MaisonTravaux de rénovation énergétique : pourquoi pas vous ?

De nombreux ménages souhaitent améliorer la performance énergétique de leur logement pour vivre confortablement en toute saison. Cependant, ils sont souvent dissuadés par le coût des travaux nécessaires. Tout projet de rénovation est même inenvisageable pour les plus modestes. Afin d’y remédier, l’État a lancé différentes aides pour promouvoir et financer la rénovation énergétique en France. 

Quels sont les travaux de rénovation énergétique ?

Les travaux de rénovation énergétique englobent toutes les opérations visant à limiter les déperditions et les consommations d’énergie d’un bâtiment. Ils permettent donc d’améliorer l’efficacité énergétique de votre appartement ou de votre maison. D’ailleurs, vous pourrez réduire significativement votre consommation en procédant à une rénovation globale de votre logement

Au quotidien, les modifications réalisées feront baisser vos factures d’énergie liées au chauffage. Ce dernier représente en effet 60 % de vos dépenses énergétiques, d’après l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Vous réussirez ainsi à diminuer votre consommation d’énergie et votre impact écologique. En général, la rénovation est réalisée sur quatre grands axes, à savoir les travaux : 

  • D’isolation (couverture, sols, murs, combles perdus…) ;
  • De chauffage (chaudière, pompe à chaleur, chauffe-eau…) ;
  • De régulation thermique (thermostat, programmateur, sondes connectées…) ;
  • De ventilation (VMC simple ou double flux). 

Les professionnels du bâtiment recommandent souvent d’effectuer les interventions dans cet ordre, en commençant par l’isolation. Effectivement, une passoire thermique faussera inévitablement l’estimation de vos besoins de chauffage. Vous risquez ainsi d’investir inutilement dans une chaudière onéreuse. De plus, isolez en priorité le toit, les combles et les ouvertures, les principales zones de pertes de chaleur. 

Quels sont les travaux de rénovation énergétique ?
Source : shutterstock.com

Quelles sont les aides de l’État pour 2021 auxquelles vous avez droit ?

L’État propose actuellement diverses aides et subventions pour financer les travaux de rénovation énergétique. Toutefois, il vaut mieux commencer par les dispositifs abandonnés en 2020, comme le CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique). Cette année a également été marquée par la disparition de l’aide « Habiter Mieux Agilité » de l’Anah (Agence nationale de l’habitat).

Ces deux programmes de financement ont été remplacés par MaPrimeRénov’. Avec ce nouveau concept, les aides financières sont devenues accessibles à tous les propriétaires, bailleurs et copropriétaires. De plus, tous les foyers peuvent solliciter ces soutiens financiers, indépendamment de leur niveau de revenu. Les primes sont néanmoins évaluées proportionnellement aux ressources des demandeurs. 

MaPrimeRénov’ a connu un succès remarquable auprès du grand public depuis son lancement. Cela dit, l’administration a aussi reconduit plusieurs subventions en plus de cette nouveauté. Vous bénéficierez d’un accompagnement en la matière auprès d’une entreprise experte en rénovation comme Flamme Bleue Environnement. Outre la nouvelle écoprime, vous pouvez aussi prétendre à des dispositifs comme : 

  • « Habiter mieux sérénité » de l’Anah ;
  • L’Éco-PTZ (Éco-prêt à taux zéro) ;
  • La prime Coup de pouce économie d’énergie ;
  • Le chèque énergie ;
  • Les CEE (Certificats d’Économies d’Énergie) ;
  • La TVA à 5,5 % ;
  • Les aides des autorités locales et des collectivités territoriales.

Ces financements sont en principe ouverts à tous les ménages. Vous devez toutefois remplir les critères d’éligibilité pour percevoir ces aides financières. 

Quelles sont les aides de l’État pour 2021 auxquelles vous avez droit ?
Source : shutterstock.com

Comment savoir si vous pouvez toucher ces aides ?

Si vous êtes éligibles, les aides disponibles sont généralement cumulables. Elles permettront ainsi de couvrir la majorité des dépenses sur vos travaux de rénovation énergétique. Cependant, il n’est pas possible de cumuler « Habiter Mieux sérénité » et MaPrimeRénov’. Vous pourrez néanmoins associer la plupart des autres aides avec ces deux primes incompatibles. 

Vous avez par exemple la possibilité de cumuler le chèque énergie et la TVA réduite avec MaPrimeRénov’ ou l’aide de l’Anah. Il suffit ensuite de couvrir le reste à charge avec l’Éco PTZ, sur les logements bâtis avant 1990. De plus, ce prêt peut être accordé à un appartement ou une maison. 

Dans les détails, MaPrimeRénov’ est accessible à tous, aux propriétaires-bailleurs comme aux copropriétaires. Le logement doit servir de résidence principale pour être éligible. « Habiter mieux sérénité » propose, pour sa part, une aide aux ménages modestes et très modestes. Le dispositif est aussi ouvert aux bailleurs privés et aux syndics. La résidence principale doit cette fois-ci être âgée de plus de 15 ans.

Vous pouvez aussi bénéficier d’un « Coup de pouce économies d’énergie » en 2021. Comme les CEE, l’aide est octroyée à tous les profils, mais conditionnée par les équipements installés. Le chèque énergie est, en revanche, plus complexe. Pour vérifier votre éligibilité, vous devez vous référer à sa grille de RFR (revenu fiscal de référence). Enfin, la TVA réduite est envisageable sur un bâtiment de plus de 2 ans. 

Comment savoir si vous pouvez toucher ces aides ?
Source : shutterstock.com

Propriétaire VS locataire : qui fait quoi lors de travaux de rénovation énergétique ?

Dans une location, les occupants doivent seulement s’occuper des petits travaux d’entretien sur la peinture, les ouvrants, les joints… Il revient au propriétaire de prendre en charge les gros œuvres et autres interventions importantes. Ainsi, le bailleur est tenu de supporter le coût de la rénovation énergétique de son bien. 

Ce principe aide d’ailleurs à comprendre l’aspect problématique de MaPrimeRenov’ locataire. Néanmoins, le signataire du bail peut toujours encourager le propriétaire à réaliser des travaux dans le logement occupé. La loi prévoit aussi des dispositions pour permettre aux locataires de participer aux charges et à la transition énergétique. 

Le propriétaire-bailleur doit, dans un premier temps, veiller à la réalisation des rénovations. Il pourra se tourner vers l’occupant du logement à la fin des travaux. Par la suite, le locataire peut être sollicité pour partager les charges. Il est effectivement le premier bénéficiaire de l’amélioration de la performance énergétique du logement.  Concrètement, le bailleur peut demander une participation fixe à verser chaque mois en plus du loyer. Toutefois, les paiements ne doivent pas s’étaler sur une période de plus de 15 ans. Il faut également définir un montant inférieur à la moitié de la valeur de l’économie des charges. Enfin, les mesures envisagées doivent être concertées entre les parties prenantes avant leurs éventuelles applications.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -