Le trading à haute fréquence : c’est quoi ?

Finance et ImmobilierLe trading à haute fréquence : c'est quoi ?

À l’ère du machine learning, les algorithmes tendent à remplacer les traders sur les marchés financiers. En effet, les acteurs de la Bourse privilégient de plus en plus les systèmes informatiques pour passer et exécuter des ordres. Avec le trading à haute fréquence, ils ont même supprimé le facteur humain du scalping. Les transactions sont ainsi réalisées très rapidement et automatiquement par des logiciels dédiés. 

Qu’est-ce que le trading à haute fréquence ?

Le trading à haute fréquence est une pratique consistant à exécuter des transactions financières à grande vitesse grâce à des algorithmes. Il s’agit ainsi d’une forme de scalping automatisée et optimisée. La vitesse des transactions est de l’ordre d’une dizaine de millisecondes, voire d’une centaine de microsecondes (0,1 ms). Cette méthode est aussi appelée nano trading ou high-frequency trading (HFT).

Comme le scalpeur, le trader haute-fréquence multiplie les transactions sur un laps de temps court pour obtenir des plus-values. Il mise essentiellement sur l’infime fluctuation des cours sur la période considérée. Ainsi, les revenus sont généralement faibles. L’opérateur compte néanmoins sur le volume d’opérations effectuées pour gagner plus. Par ailleurs, ses outils peuvent gérer une énorme quantité d’ordres.

Les traders en THF peuvent exécuter des transactions sur tous les marketplaces, qu’il s’agisse de marchés de gré-à-gré ou réglementés. Ils ont dominé le marché boursier américain dès 2005 avant leur expansion internationale. En 2011, ils ont effectué 40 % des transactions sur les bourses européennes. Selon les brokers, le THF représente désormais 80 % des opérations sur les places boursières mondiales.

Le plus souvent, les traders haute fréquence sont des sociétés à l’instar des courtiers en ligne. Il faut en effet investir dans un système informatique puissant pour disposer d’un robot de trading performant sur les marchés boursiers internationaux. De plus, de nombreux experts sont nécessaires pour optimiser la vitesse et l’efficacité du trading algorithmique (programmeurs, analystes, ingénieurs réseau, etc.).

Qu'est-ce que le trading à haute fréquence ?
Source : shutterstock.com

Comment ça fonctionne ?

En THF, l’idée de base est de miser sur la vitesse pour surclasser la concurrence et faire des profits. La rapidité est en effet décisive pour détecter, puis exploiter les opportunités apparaissant sur les marchés mondiaux. Le trader doit toutefois utiliser des ordinateurs et des robots ultraperformants pour réagir très rapidement aux cours boursiers. Il pourra ainsi lancer automatiquement les scénarios les plus rentables.

Ce système permet, par exemple, d’acheter massivement des actions en quelques millisecondes face à une légère tendance haussière. Une revente tout aussi rapide offrira ensuite des gains à l’opérateur concerné. Très répandue, cette stratégie mise sur les ordres flash pour devancer les autres acteurs du marché. Elle est surtout lucrative lorsque le trader dispose d’une information un peu avant ses concurrents.

Cependant, le THF est souvent critiqué en exploitant le léger décalage entre l’émission et l’exécution des ordres par les teneurs de marchés. En effet, les carnets d’ordres sont privés avant d’être communiqués sur Euronext, Dow Jones, Nasdaq, etc. Les traders haute fréquence profitent donc de l’occasion pour effectuer des transactions, en devançant parfois les émetteurs d’ordres initiaux.

D’autre part, l’algorithme THF couvre plusieurs missions, en dehors de l’analyse et l’exécution des ordres. Il peut également exécuter en tâche de fond un suivi global des fluctuations boursières. Cette observation permettra à terme de concevoir une stratégie complexe pour influer sur les cours de Bourse. Cette conjoncture maîtrisée facilitera donc l’exécution des transactions flash du robot THF.

Comment ça fonctionne ?
Source : shutterstock.com

Comment faire du trading à haute fréquence ?

Vu les fonds et les équipements nécessaires, le trading à haute fréquence est surtout pratiqué par les grandes entreprises. Ces entités sont par ailleurs capables d’installer des infrastructures informatiques au plus près de places financières comme Wall Street, Francfort, Hong Kong, Tokyo…

Grâce à ces installations, les transactions sont moins affectées par la latence due aux réseaux informatiques. Aujourd’hui, de nombreux opérateurs disposent même de serveurs localisés au sein des principales bourses mondiales. Ils améliorent ainsi leur réactivité et leur accès aux informations sur les différents marchés financiers mondiaux.

Pour faire du THF, les traders pour compte propre peuvent notamment s’adresser aux acteurs proposant des systèmes ouverts. L’opérateur indépendant pourra dans ce cas utiliser les serveurs présents sur site pour déployer ses propres algorithmes. Par ailleurs, le marché renferme désormais une grande variété de PaaS (plateform as a service) et d’IaaS (infrastructure as a service).

Enfin, les particuliers peuvent également se tourner vers une plateforme de trading fournissant un vaste panel d’outils techniques. Le trading haute fréquence sera cette fois-ci aligné avec les techniques et les produits financiers traditionnels. De plus, les boursicoteurs disposent souvent d’une formation et d’un compte de démonstration pour maîtriser ces systèmes complexes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -