Pourquoi on aime tant la série The Resident ?

Culture Pourquoi on aime tant la série The Resident ?

Depuis le 22 avril 2020, les français ont pu découvrir une toute nouvelle série sur TF1. Une série médicale qui a immédiatement su conquérir le coeur des téléspectateurs, mais alors pourquoi on aime tant cette série télévisée ?

The Resident, une série médicale pas comme les autres

The Resident doit son nom au fait que la série met en lumière différents internes dans un hôpital d’Atlanta. En effet, dans le tout premier épisode, l’équipe de Chastain accueille un nouvel interne dans ses équipes : le docteur Devon Pravesh. La nouvelle recrue va ainsi être formée par un interne de troisième année, diagnosticien, aussi aimable et performant que l’aurait été Docteur House en son temps : le docteur Conrad Hawkins. On découvre également, et enfin, un dernier interne : le docteur Mina Okafor, une femme noire qui a du mal a faire face aux critiques et aux préjugés face à des médecins de l’ancien école.

Ce qui change particulièrement comparé aux classiques séries médicales, c’est que le médecin référent est loin d’être un as a qui tout sourit : le docteur Randolph Bell est surnommé l’Ange de la Mort, du Chaos et de la Destruction par ses internes (ADCD). Les premières images de la saison sont d’ailleurs ce docteur de renom tuant un patient venu pour une appendicectomie suite à une erreur.

La série regroupe donc les facteurs gagnants de la série médicale classique avec la résolution de cas médicaux complexes tout en suivant la vie difficile du personnel soignant. Mais cette fois-ci, la série va plus loin en entrant dans la gestion d’un hôpital, plus que dans la vie privée des médecins. En outre, le scénario n’hésite pas à montrer les scènes d’opérations et les organes lors des interventions chirurgicales donnant l’impression à tous d’en apprendre un peu plus sur le sujet.

Les personnages attachants de la série TF1

Le succès de la série est notamment du à ses acteurs qui incarnent à la perfection les différents personnages :

  • Devon Pravesh est incarné par Manish Dayal ;
  • Conrad Hawkins à qui Matt Czuchry prête ses traits ;
  • l’infirmière clinicienne Nicolette « Nic » Nevin est campée par l’actrice Emily VanCamp ;
  • Mina Okafor est jouée par l’actrice Shaunette Renée Wilson ;
  • Le docteur Randolph Bell est incarné par Bruce Greenwood ;
  • Le Dr Lane Hunter est interprété par Melina Kanakaredes.

Des histoires d’amour pour le côté dramatique

Ce qui fait également le point fort des séries médicales, c’est le côté sentimental qui s’ajoute aux moments de crises entre les opérations et les diagnostiques. Là encore, comme l’ont été bien des séries avant (dont notamment l’indétronable Grey’s Anatomie) The Resident a également ses petites histoires de coeurs, mises de côté durant les moments de crises mais tout de même présentes.

Ainsi Conrad et Nic entretiennent une relation assez ambigüe de type “je t’aime moi non plus” qui est très intéressante à suivre au fil des épisodes. Ils se cherchent, se draguent et se séparent au fil des épisodes, mais vont-ils finir par trouver un terrain d’entente et se réunir ? En outre, le docteur Mina Okafor qui semble pourtant très froide et trop concentrée sur sa carrière pour se laisser aller à l’amour pourrait également se laisser aller dans une relation sentimentale qu’elle n’a pas vu venir.

La série The Resident va-t-elle remplacer Grey's Anatomy sur TF1 ?

Enfin, une dernière relation aussi dérangeante qu’inattendue pourrait mettre à l’honneur le docteur Bell, le menant à des opportunités professionnelles alléchantes.

The Resident : mêler médical et policier en quelques épisodes

Quels séries fictives rencontrent le succès sur les chaines de télévision françaises ? Les séries médicales (Grey’s Anatomie, Good Doctor, Mercy Hospital ou Docteur House) et les séries policières (Esprits Criminels, NCIS, FBI agent très spécial, …), alors The Resident a ajouté quelques petites touche de policier dans son scénario.

En effet, en plus des opérations et des malades, l’hôpital Chastain est l’objet d’une fraude à l’assurance de grande envergure qui va jouer avec la vie des patients. Un scandale qui est l’oeuvre d’un médecin que personne ne soupçonne mis à part l’infirmière Nevin seule contre tous qui va avoir la lourde charge de révéler cette fraude au grand jour.

Une petite touche de série judiciaire qui vient s’inscrire dans une série médicale comme une toile de fond qui va rendre chacun des épisodes plus captivant que le dernier sans pour autant dénaturer la trame générale de la saison 1 de The Resident.

Le côté effrayant du système médical américain

Enfin, le dernier point sur lequel va venir jouer la série la rendant hypnotisante, c’est ce projecteur braqué sur le système médical américain. En effet, on apprend à quel point le médical peut être mis de côté au profit des gains financiers dans un système où les hôpitaux ne sont pas gérés par l’Etat mais par des directeurs personnes privées qui ont soif d’argent et de profit. La série oppose des patrons qui sont grassement payés au détriment des patients les plus démunis face à des internes au grand coeur qui sont sur le terrain et rêvent de pouvoir exercer leur profession sans distinction et ce sans craindre de se voir punir en ayant admis un patient immigré ou sans assurance.

Bien entendu, il ne s’agit pas d’une série réalité et c’est bien une fiction, elle parait pourtant criante de vérité et va plus loin que toutes ses grandes soeurs. En effet, aux Etats Unis le système de sécurité sociale n’est pas présent, les patients doivent donc payer pour être soignés, chaque injection, chaque hospitalisation ou le moindre anti inflammatoire est facturé au malade. Chacun doit donc justifier d’une assurance digne de ce nom pour pouvoir être soigné, faisant rentrer le monde des affaires dans le secteur médical où les médecins ne sont pas amenés à sauver tout le monde quoiqu’il arrive. Un côté glauque mais qui est également très intéressant et crée une grande plus value à la série.

La série aide alors les français à ouvrir les yeux et leur faire prendre conscience que si tout n’est pas parfait dans l’hexagone et qui si bien souvent un complément est demandé aux particuliers qui reçoivent des soins importants, ce n’est rien par rapport à ce qu’il peut se passer outre atlantique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici