Les États-Unis sortent du pacte nucléaire avec la Russie pour se révolter contre la Chine

Publié par Jerome le octobre 23, 2018 | Maj le octobre 23, 2018

Donald Trump retirera unilatéralement les États-Unis du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, qui est en vigueur depuis 40 ans et qui implique l’admission par l’Union soviétique qu’elle ne peut gagner une guerre nucléaire en Europe. Avec cette mesure, que le conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton transférera à Vladimir Poutine en visite à Moscou – il est arrivé hier dans la capitale russe – le président américain veut se distancier du Kremlin et, surtout, repositionner les missiles balistiques et de croisière de moyenne portée pour contenir le réarmement de la Chine dans le Pacifique.

Trump quitte le pacte nucléaire pour contrer la Chine

“C’est nous qui avons respecté l’accord, mais la Russie n’en a pas fait autant “, a déclaré M. Trump lors d’une brève conférence de presse samedi avant un rassemblement au Nevada. “C’est pourquoi nous allons finaliser l’accord, nous allons nous en sortir”, a-t-il ajouté. En effet, c’est son prédécesseur au pouvoir, Barack Obama, qui a dénoncé que Moscou ne respecte pas les termes du traité, puisque depuis 2008, il travaille au déploiement en Europe de missiles à moyenne portée pour intimider les nations de l’URSS éteinte qui ont renforcé leurs liens avec l’Ouest.

Les présidents des États-Unis et de l’URSS de l’époque, Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev, ont négocié l’accord en 1986 à Reykjavik, lors d’une réunion qui a porté un coup fatal à la dynamique de la guerre froide et a laissé la place à la perestroïka et la désintégration du bloc soviétique. Le traité a été signé à Washington en 1987 et est entré en vigueur un an plus tard. Elle a interdit la production, la possession et les essais en vol de missiles de croisière terrestres d’une portée de 500 à 5 500 kilomètres. Washington a ensuite détruit 846 missiles. Moscou, 1 846.

Réarmement nucléaire  de la Chine

La résiliation du traité doit être comprise à la lumière des tensions actuelles entre les États-Unis et la Chine, un pays non signataire qui s’est réarmé avec des missiles nucléaires à moyenne portée dans le Pacifique pour contenir les États-Unis et ses alliés. Le Pentagone prépare déjà ses propres moyens pour contenir la Chine, et la sortie du traité en vigueur avec la Russie est un élément crucial de cette stratégie. Pour l’instant, le Pentagone travaille au déploiement de missiles non nucléaires de modèle Tomahawk dans des bases militaires au Japon et à Guam.

La première fois que les États-Unis ont accusé la Russie de ne pas respecter un traité, c’était dans un rapport de 2014, ce qu’Obama a dénoncé dans une lettre envoyée à Poutine. Le Pentagone a détecté des essais de missiles à moyenne portée en Europe depuis 2008, en violation des termes de l’accord. Comme l’a dénoncé le Département de la Défense dans un rapport de février, ” la Russie a démontré sa détermination à utiliser la force pour modifier la carte de l’Europe et imposer sa volonté à ses voisins, sous la menace des armes nucléaires.

Ce qui a dissuadé Obama de se retirer de l’accord n’a pas empêché Trump : la menace croissante de l’expansionnisme russe en Europe, avec l’annexion de la Crimée et le soutien au sécessionnisme en Ukraine et en Géorgie. La chancelière allemande Angela Merkel a fait pression sur la Maison-Blanche pour qu’elle s’oppose à la résiliation formelle d’un accord qui était crucial pour la dénucléarisation de l’Europe. Hier, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a demandé à Trump de “reconsidérer sa décision et de peser soigneusement les conséquences finales” du retrait des Etats-Unis de l’accord.

En réalité, le gouvernement américain prépare depuis des semaines le terrain pour la sortie de l’accord. Le secrétaire à la Défense[ministre] Jim Mattis a accusé Moscou de s’être placée dans “une situation intenable” avec ses preuves en Europe. Pour l’instant, Bolton, le conseiller à la sécurité nationale, n’a pas révélé ce qui va transférer Poutine à Moscou, mais un haut responsable américain a publié hier une déclaration dans laquelle il a accusé la Russie de “produire et positionner des missiles de croisière interdits et d’ignorer les demandes répétées pour plus de transparence. La Maison-Blanche a déjà annoncé à plusieurs partenaires européens de l’OTAN son intention de revenir sur cet accord.

retrait de Bush

Ce n’est pas la première fois que les États-Unis se retirent d’un pacte de non-prolifération nucléaire. En 2002, George W. Bush a retiré le Traité sur les missiles antimissiles balistiques, signé par Richard Nixon et Leonidas Breznev en 1972, qui limitait les systèmes antibalistiques positionnés pour se défendre contre les missiles à propulsion nucléaire. En mars de cette année, M. Poutine a annoncé devant le parlement russe la mise au point de nouveaux systèmes de défense antimissile qui auraient été interdits avant l’expiration de cet accord, ce qui a profondément perturbé les partenaires de l’Alliance atlantique mais n’a pas encore donné de résultats réels.

Comme l’historien Tony Judt l’a défini, l’accord maintenant remis en question par Trump ” apparaît comme une victoire pour Reagan- et dans le calcul du tout ou rien des stratèges de la guerre froide, une défaite pour Moscou. Mais les priorités de Gorbatchev étaient alors nationales, et le fait qu’il ait garanti des relations internationales plus stables était aussi une victoire en soi.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *