Énergie : risque-t-on des coupures durant cet hiver ? Que disent les autorités ?

MaisonÉnergieÉnergie : risque-t-on des coupures durant cet hiver ? Que disent les...

Oui ! La France risque de se retrouver à court d’électricité cet hiver. Force est de constater que le pays en produit beaucoup moins puisque plus de la moitié de ses centrales sont hors-service. Le 6 septembre, 28 réacteurs sont à l’arrêt, sur un total de 56. Alors que l’électricité était autrefois autosuffisante, il serait désormais nécessaire d’en importer. Toutefois, nos voisins connaissent également de fortes contraintes de production. Que dit le gouvernement à propos de cette crise énergétique ? Et comment s’organiseraient ces coupures ? Retrouvez les réponses à ces questions à travers les lignes qui vont suivre.

Que disent les autorités concernant les coupures cet hiver ?

Le 6 septembre, 28 des 56 réacteurs du pays ont été mis à l’arrêt. L’énergie nucléaire représente normalement 70 % de ce que produit la France en électricité.

Ces interruptions privent ainsi le pays d’une grande partie de sa capacité de production d’électricité. La crainte d’avoir des coupures de courant cet hiver est donc bien réelle pour le gouvernement. Déjà, la France serait obligée de se procurer de l’énergie par d’autres moyens, en redémarrant des centrales à gaz ou en recourant à l’achat d’électricité.

Lire la suite  Soupçons de punaises de lit chez Primark à Strasbourg : une société de désinfection interviendra

À propos de la crise de l’énergie

La crise énergétique dispose désormais de son propre conseil de défense. Le vendredi 2 septembre, à la suite de la mobilisation face à la pandémie de Covid-19 et ensuite l’invasion russe en Ukraine, ce rendez-vous, qui réunit le Président de la République et plusieurs ministres de premier plan à l’Élysée, a permis de plancher sur la montée des prix du gaz et de l’électricité.

Ce nouveau coup d’éclat témoigne de l’ampleur de la crise et laisse craindre des pannes de courant cet hiver ainsi qu’une augmentation de la facture d’électricité pour les particuliers et les entreprises. Lundi, Le Président Emmanuel Macron a alors de nouveau exhorté les Français à être « au rendez-vous de la sobriété ».

Le gouvernement a formulé plusieurs promesses. « Nous amortirons les hausses », a déclaré Elisabeth Borne au journal Le Parisien du 27 août, alors que Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a pour sa part assuré qu’il n’y aurait pas de hausse de « rattrapage » en 2022.

Mesures à propos du chauffage

Les premiers axes de réduction de la consommation concernent également le mode de chauffage économique. Il pourrait être demandé aux entreprises de réduire la température des espaces intérieurs à 19 °C cet hiver ou de régler la luminosité des publicités. D’ailleurs, à ce sujet, le Conseil d’État se penche actuellement sur une ordonnance interdisant l’éclairage nocturne des logos et des locaux des entreprises.

Lire la suite  Peut-on installer une chatière sur une baie vitrée ?
Mesures à propos du chauffage Pin
Source : shutterstock.com

Comment s’organisent les coupures cet hiver ?

Alors que le gouvernement étudie les mesures qu’il souhaite maintenir en place en 2023, vous vous demandez peut-être comment se manifesteront les coupures cet hiver. 

Cette coupure partielle, qui est une « coupure localisée, temporaire et à l’échelle d’une zone », sera un dernier recours que RTE peut déployer pour réduire sa consommation d’électricité. Ceci nous permettra d’éviter une panne majeure en France.

Selon les déclarations d’Elisabeth Bourne à TMC puis à France Inter le 1er septembre, les coupures de courant se limitent à 2 heures par foyer. Sur l’initiative du distributeur d’électricité, Enedis, elles ne peuvent avoir lieu que de 8h à 13h et de 17h30 à 20h30. Des quartiers entiers peuvent être privés d’électricité un par un. « Nous traitons des blocs de 80 000 à 100 000 foyers à chaque fois », a déclaré Julien Teddé, le PDG d’Opéra Énergie, stipulant que les foyers visés sont « prévenus la veille à 18h ».

Certains sites sont, bien entendu, non délestables. C’est notamment le cas des hôpitaux, des sites de défense, des zones industrielles stratégiques à haut risque et de l’éclairage public nécessaire à la sécurité.

Etienne
Etienne
Je m'appelle Étienne, et je suis un rédacteur qui porte un intérêt particulier à l'actualité et au dynamisme de l'information. Mon parcours académique a commencé à l'Université de Louvain (UCLouvain) où j'ai décroché mon diplôme en communication en 2017, puis j'ai approfondi mes connaissances en communication digitale et en relations publiques.
Partages