Tim Cook défend le droit à la vie privée numérique et demande que la législation américaine le protège

Publié par Simon Taquet le janvier 18, 2019 | Maj le janvier 18, 2019

Apple est dans un moment doux-amer. D’une part, elle peut se mettre en évidence parce que sa division de services est celle qui connaît la croissance la plus rapide, signant ainsi avec succès des alliances intéressantes avec d’autres entreprises avec lesquelles elle avait jusqu’à présent comme anciens ennemis, mais son produit phare, l’iPhone, a stagné dans les ventes.

Tim Cook veut protéger la confidentialité des Iphones

L’entreprise de la pomme, profitant de la conjoncture numérique actuelle, a défendu la défense dans une large mesure la confidentialité des ses utilisateurs face à la concurrence, notamment des entreprises possédant des réseaux sociaux et applications mobiles.

“En 2019, il est temps de défendre le droit à la vie privée : le vôtre, le mien et le nôtre”, déclare Tim Cook, PDG d’Apple, dans une chronique d’opinion publiée ce mercredi dans “Time Magazine” dans laquelle il exprime son inquiétude quant au rôle des courtiers en données et presse le gouvernement américain d’adopter une législation fédérale complète sur la vie privée.

Dans sa réflexion, Cook s’adresse aux consommateurs, aux organismes de réglementation et aux législateurs pour les sensibiliser au problème de l’absence de protection de la vie privée et en particulier aux courtiers en données, qui semblent agir dans “une économie souterraine largement non contrôlée”.

Plus précisément, le gestionnaire estime que les courtiers en données s’occupent de recueillir les renseignements des utilisateurs, de les présenter et de les vendre aux autres acheteurs. Ils ont pu obtenir ces informations, par exemple, d’un magasin en ligne où l’utilisateur a effectué un achat, sans que l’utilisateur le sache ou sans avoir donné son autorisation. “Nous croyons que chaque personne devrait avoir l’occasion de dire : “Attendez une minute. Ce que vous vendez, ce sont mes renseignements personnels et je n’ai pas donné mon consentement “.

Cook comprend qu’une loi fédérale exhaustive sur la protection de la vie privée protégerait et habiliterait le consommateur, et il a donc ” et d’autres “, comme il l’explique, demandé au Congrès américain son approbation. Cette législation devrait viser à donner aux consommateurs le contrôle de leurs données, mais aussi se concentrer sur les acteurs qui en font le trafic.

Aux États-Unis, il existe déjà des lois d’État visant à protéger la vie privée des utilisateurs, mais “il n’existe aucune norme fédérale qui protège les Américains de ces pratiques. L’an dernier, M. Cook a lui-même présenté un ensemble mondial d’organismes de réglementation de la protection de la vie privée, en présentant quatre principes qui, selon lui, devraient guider la législation. “La technologie a le potentiel de continuer à changer le monde pour le mieux, mais elle ne le fera jamais sans la pleine foi et la confiance des gens qui l’utilisent “, ajoute-t-il.

Dans sa proposition, le directeur général d’Apple cite le droit de conserver les données personnelles au minimum ; le droit du personnel de savoir quelles données sont collectées et pourquoi ; le droit d’accès, de rectification et de suppression des données personnelles ; le droit à la sécurité des données. L’exécutif estime que la Federal Trade Commission devrait établir un centre d’échange de données qui oblige l’enregistrement des marchands de données et permet aux utilisateurs de suivre les transactions qui ont été faites avec leurs données. Cela donnerait aussi aux utilisateurs la possibilité de supprimer leurs données “à volonté”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *