Snowpiercer : que vaut cette nouvelle série science-fiction de Netflix ?

Culture Snowpiercer : que vaut cette nouvelle série science-fiction de Netflix ?

Snowpiercer est diffusé sur Netflix depuis le mois de mai 2020. Adaptée de la bande-dessinée Transperceneige et du film de Bong Joon-Ho, Snowpiercer, la série aborde de manière plus réaliste cette histoire post-apocalyptique. 

Dans un monde dévasté et glacé, la survie des derniers êtres humains dépend de la bonne marche du train dans lequel ils ont trouvé refuge. 

Snowpiercer : la série qui reprend l’intrigue du film de Bong Joon-ho

Élu pour la palme d’or du 72e festival de Cannes en 2019 pour son film Parasite, le réalisateur, producteur et scénariste Sud-coréen Bong Joon-Ho, apparaît au casting de la série Snowpiercer en tant que producteur exécutif.

Le scénariste et dernier showrunner (en charge du suivi quotidien et du bon déroulement de la série) en date n’est autre que Graeme Manson (Cube, Orphan Black), qui a “pris” la place du scénariste Josh Friedman suite à des “divergences créatives”. Après avoir rencontré le réalisateur Bong Joon-Ho, il nous a révélé dans quelles mesures ce dernier avait participé au tournage :

Il a vu les décors et il a regardé le pilote, puis il nous a donné sa bénédiction. C’était génial de le rencontrer, mais il n’est pas du tout impliqué créativement au jour le jour“.

L’intrigue de son film Snowpiercer est plus ou moins respecté dans cette adaptation. Mais nous pouvons tout de même noter quelques différences, dont la plus importante est le côté plus réaliste voulu par la production de la série. La fantaisie de Bong Joon-Ho a été remplacé par plus de sérieux et de neutralité.

Dans le début du film, cela fait pratiquement 17 ans que le train est en marche alors qu’au début de la série, les passagers ne sont montés à bord que depuis 7 ans.

Autre élément phare dans l’intrigue, que ce soit celle de la BD ou film, c’est la lutte entre les classes sociales à bord du train, au cœur des scénarios. Cependant dans la série, la révolte et les émeutes se font attendre et ne débutent que dans la seconde moitié de la saison. La première partie étant plutôt centrée sur une enquête policière, un thriller où le dernier détective encore en vie est interprété par Daveed Diggs. Ce choix artistique peut se justifier par la volonté des producteurs de toucher un public plus large que celui abonné aux sciences-fictions.

View this post on Instagram

Train's comin' #snowpiercertnt May 17th

A post shared by Daveed Diggs (@daveeddiggs) on

Quant à M. Wilford, personnage incontournable de l’histoire, il n’est pas présent dans la série. Le commandement est assuré par Mélanie Cavill, jouée par Jennifer Connelly.

Snowpiercer : une adaptation plutôt réussi du Transperceneige

Snowpiercer est l’adaptation de la bande-dessinée post-apocalyptique : Transperceneige.

Le scénario original a été imaginé par Benjamin Legrand et Jacques Lob. Quant aux dessins, ils ont été réalisés par Jean-Marc Rochette.

Trois tomes originaux ont été publié : Le Transperceneige en 1984 (réédité sous le titre de L’Echappée en 1999); L’Arpenteur en 1999 et La Traversée en 2000.

Afin de lutter contre le réchauffement climatique intense qui risque de détruire complètement la planète, les Apocalypsters ont élaboré et mis à exécution un plan incroyable et dangereux : le sabotage des centrales nucléaires. Les particules relâchées dans l’atmosphère ont entraîné un changement radical et violent des températures, livrant la planète à un froid glacial, incessant et mortel.

C’est dans cet univers de glace et fin du monde qu’un train, surnommé ensuite Sainte Loco par les passagers, va sauver la vie des survivants qui “croiseront” sa route. A son bord, le mode de vie que chaque être humain a été forcé d’abandonner va être plus ou moins reconstitué : école, restaurant, discothèque, hôpital, etc. Les passagers vont être installés en fonction de leur classe sociale : les riches à l’avant et les pauvres en queue de wagon.

Ce système sectaire va faire monter un sentiment d’injustice et de révolte parmi les survivants. Émeutes, violences et stratégies vont alors faire rage à bord de la Sainte Loco.

Un extrait du tome 1 de la bande-dessinée représente parfaitement l’univers du Transperceneige et plante le décor en seulement quelques mots :

« Parcourant la blanche immensité d’un hiver éternel et glacé d’un bout à l’autre de la planète roule un train qui jamais ne s’arrête. C’est le Transperceneige aux mille et un wagons. »

Le Transperceneige original de la bande-dessinée parue dès les années 80 a donc inspiré de grands noms du cinéma. Quant à la série, bien qu’elle ne reçoive pas le même enthousiasme que le film de la part des téléspectateurs, une saison 2 est en préparation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -