La rencontre délirante de Donald Trump et Kanye West

Publié par Jerome le octobre 12, 2018 | Maj le octobre 12, 2018

L’humoriste George Carlin a dit que l’un des principaux problèmes de l’Amérique est que n’importe qui peut être président. Carlin, décédé en 2008, n’a pas vécu assez longtemps pour voir Donald Trump à la Maison-Blanche, et la réunion qui a eu lieu ce jeudi dans le Bureau ovale aurait confirmé ses craintes. Pour une fois, l’actuel président américain est resté sans voix devant le verbiage de son invité d’honneur, le rappeur Kanye West, qui, dans une harangue incompréhensible, a dit qu’il sentait Superman, les yeux fixés sur le même bureau derrière lequel John Kennedy et Ronald Reagan étaient assis.

Une rencontre entre Donald Trump et KAnye West

Il y a tout juste cinq ans, l’idée de Donald Trump, le magnat des casinos et des gratte-ciel dorés, à la Maison-Blanche était une cause de blagues. Les mêmes que maintenant l’Occident lui-même peut réveiller, avec son ego excessif et ses provocations incessantes. Dans le bureau où ont été prises les décisions qui ont changé le cours de l’histoire, entouré de journalistes et de fonctionnaires éblouis, West a proclamé les raisons de son soutien à Trump : “Mon père et ma mère se sont séparés, je n’avais donc pas beaucoup d’énergie masculine dans mon enfance.

Depuis qu’Elvis Presley est venu à la Maison-Blanche en 1970 pour demander à Richard Nixon de lui remettre un badge l’identifiant comme un agent antidrogue, il n’y avait jamais eu une telle rencontre. Elvis, cependant, n’avait été invité par personne. Trump a organisé un déjeuner avec West et son épouse, Kim Kardashian, pour discuter de politique et pour les deux célébrités pour le conseiller sur les peines pour les infractions liées à la drogue. Le rappeur est apparu à Washington en portant la célèbre casquette rouge avec les mots “Make America Great Again”, le slogan de la campagne de Trump, et a dit qu’il se sentait “comme Superman” quand il le portait. “J’ai subi beaucoup de pression pour ne pas le porter,” dit-il. Puis il a ajouté : “J’aime la Corée du Nord. Depuis le premier jour de cette présidence, l’un de nos plus gros problèmes a été résolu. M. Trump a rencontré le dictateur du pays en juin pour tenter de faciliter la dénucléarisation, qui n’a pas encore donné de résultats.

Ce n’est pas la première fois que l’Occident entre dans le monde complexe de la politique américaine, mais il a radicalement changé de cap. En 2004, après les ravages de l’ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans, il proclame à la télévision que ” George Bush se moque des Noirs “, provoquant des attaques furieuses des républicains qui croient avoir calomnié le commandant en chef. Aujourd’hui, il est l’un des rares artistes afro-américains à soutenir ouvertement Trump.

Le fait que quelqu’un dont l’ordre du jour est habituellement aussi serré que celui du président américain ait trouvé le temps jeudi de rencontrer un rappeur pour parler des prisons démontre que la présidence de Trump vit de spectacle, surtout dans quelques jours lorsqu’un ouragan frappe la côte est du pays, que l’enquête sur l’ingérence russe lors des élections de 2016 est terminée et que l’ambassadeur auprès des Nations Unies a démissionné.

A un moment de la visite, des journalistes ont demandé à l’Ouest s’il envisageait de se présenter à l’élection présidentielle, ce à quoi Trump a rapidement répondu : ” Je m’en sortirais très bien, mais seulement à partir de 2024.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *