Quel avenir pour le chauffage au gaz avec la fin des chaudières ?

MaisonQuel avenir pour le chauffage au gaz avec la fin des chaudières...

Après l’abandon du chauffage au fioul, les pouvoirs publics ont entériné la disparition des chaudières au gaz dans le cadre de la RE2020, Energie fossile pourtant fiable et plébiscitée par les ménages français, le gaz naturel est ainsi victime de la quantité de gaz à effet de serre émise tout au long de son cycle de vie (extraction, transport, combustion). Quelles sont les conséquences de cette nouvelle législation ? Les chaudières au gaz seront-elles vraiment interdites ? Quels publics sont concernés par cette réforme ? Quelles sont les solutions alternatives ? Tout ce qu’il faut savoir sur les mesures annoncées pour limiter l’impact du chauffage au gaz sur l’environnement.

La nouvelle législation sur le chauffage au gaz

La RE2020, annoncée le 24 novembre 2020 et qui devait entrer en vigueur à l’été 2021 sera finalement mise en place en 2022. Cette nouvelle réglementation environnementale pour les bâtiments neufs prévoit la disparition du gaz comme mode de chauffage pour les nouvelles constructions. Elle vient remplacer la RT2012, la réglementation thermique anciennement en vigueur pour les constructions résidentielles.

Si dans les faits, le chauffage au gaz dans le neuf ne sera pas interdit, son utilisation sera soumise à de très fortes contraintes notamment en termes d’émissions de carbone qui rendront son usage très difficile. Dès 2022, les logements individuels neufs ne devront pas dépasser 4kgs de CO2 par m² et par an. Pour les bâtiments collectifs neufs, le seuil sera dans un premier temps fixé à 14kgs/m²/an avant d’être ramené en 2025 à 6,5kgs/m²/an.

L’objectif est ainsi de réduire à une demi-tonne par an les émissions de CO2 d’une maison moyenne chauffée au gaz contre 5 millions de tonnes par an aujourd’hui, soit 10 fois moins !

Source : shutterstock.com

Qui est concerné par la disparition du chauffage au gaz ?

En France, 11 millions de logements sont raccordés au réseau de gaz naturel soit près du tiers des habitations existantes. Fort heureusement, la nouvelle réglementation ne concernera pas cette clientèle attachée au chauffage au gaz pour sa praticité et sa capacité à chauffer d’importants espaces. La RE2020 s’appliquera aux constructions neuves (qu’il s’agisse de maisons individuelles ou de logements collectifs) et aucunement aux logements existants. Les logements collectifs tels que les copropriétés seront toutefois soumises à des règles moins draconiennes jusqu’en 2025. Pour les logements existants, les pouvoirs publics développent des mécanismes financiers incitant les ménages à adopter des solutions hybrides pour limiter l’impact écologique du chauffage au gaz.

Quelle place pour le chauffage au gaz dans la transition énergétique ?

Si le législateur a mis fin à l’utilisation du gaz naturel à énergie fossile, le gaz n’en est pas pour autant totalement rayé de la carte des modes de chauffage qu’utiliseront les ménages à l’avenir. Bien au contraire… Les gaz d’origine renouvelables seront en effet de plus en plus présents dans les réseaux de distribution d’énergie.

Le gaz fait sa révolution avec le gaz vert issu de divers procédés de transformation beaucoup plus respectueux de l’environnement et une empreinte carbone beaucoup plus faible. C’est le cas notamment :

  • Du biométhane obtenu par fermentation de matières organiques et de déchets biogènes.
  • De l’hydrogène obtenu par électrolyse de l’eau ou craquage du méthane.
  • Du procédé Power-to-Gas qui consiste à associer de l’hydrogène obtenue à partir d’énergie renouvelable avec du dioxyde de carbone pour obtenir du méthane.
  • De la chaudière gaz à condensation qui consiste à ajouter d’un pourcentage de biométhane ou d’hydrogène au système de chauffage traditionnel.

Si le gaz fossile extrait de la terre produit des rejets d’émissions assez importants, le gaz dispose néanmoins de propriétés qui lui permettent d’être produit à partir de différents composés naturels ou organiques (biomasse, déchets). Il présente ainsi dans ce cas un bilan carbone totalement neutre alors utilisable pour le chauffage de demain malgré les faibles niveaux d’émissions de gaz carbonique autorisés par la nouvelle réglementation. Un atout supplémentaire en plus de sa capacité de stockage et de sa disponibilité en continu.

Le gaz est (presque) mort, vive le biogaz !

Les alternatives au chauffage au gaz

Si l’utilisation du chauffage au gaz sera toujours possible, elle sera, néanmoins, comme nous l’avons vu, compliquée à mettre en place à moins de concevoir des habitations extrêmement bien isolées ou des bâtiments à énergie positive. Les constructeurs et les consommateurs devront donc logiquement se tourner vers les autres sources d’énergie renouvelables telles que :

  • La chaudière biomasse : poêle à granulés ou poêles à pellets utilisant du bois, le matériau qui représente l’énergie la moins chère du marché. Le bois a, de plus, été très épargné par les nouvelles réglementations grâce à la prise en compte de l’ensemble du cycle de vie dans le calcul des impacts environnementaux.
  • La pompe à chaleur : elle puise son énergie dans l’air (PAC air-air), dans l’eau (PAC air-eau) ou dans le sol (PAC géothermique) grâce à un mécanisme de retraitement des calories accumulées alors restituées dans le système de chauffage central.
  • Le chauffage électrique : permettant principalement de chauffer de petites surfaces. L’énergie électrique reste bon marché et plutôt écologique grâce à un système nucléaire français très développé. Les nouveaux convecteurs sont de plus désormais programmables et permettent de réguler la chaleur pour maîtriser sa consommation d’énergie.
  • Le radiateur électrique à inertie fonctionne lui grâce au rayonnement solaire avec une chaleur produite par l’intermédiaire d’un fluide.
Les alternatives au chauffage au gaz
Source : shutterstock.com

Autant de solutions plus ou moins nouvelles qui devraient se solder au final par une diversification plus importante et une complémentarité dans les modes de chauffage utilisés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -