Mémoire d’une geisha : le film qui crée des polémiques en Chine

Films et série TVNetflixMémoire d'une geisha : le film qui crée des polémiques en Chine

Mémoires d’une geisha, un film oscarisé, raconte l’histoire d’une jeune fille vendue au propriétaire d’une maison de geisha. Le long métrage de Rob Marshall, qui a fait sensation dans le monde entier, a été censuré en Chine et boudé au Japon.

Netflix continue d’enrichir chaque jour son catalogue de nouveaux films et séries. Le récent géant du streaming a ajouté Mémoires d’une geisha, sorti en 2005 aux États-Unis. Ce film de Rob Marshall raconte l’histoire de Chiyo, une fille japonaise qui a été vendue à la maison d’une geisha à l’âge de neuf ans. Après avoir été séparée de sa sœur aînée, elle doit affronter seule les difficultés de la vie.

Une enfant engagée comme domestique a été brutalisée et humiliée. Des années plus tard, elle est la plus convoitée des geishas interdites. En tant que légendaire Sayuri, elle attire les hommes puissants et suscite la colère de sa principale rivale, Mameha. Le réalisateur et son casting ont remporté des prix prestigieux pour ce long métrage, qui a rapporté plus de 160 millions de dollars au box-office mondial.

Pourquoi la Chine censure Mémoires d’une geisha ?

Le long métrage de Rob Marshall explore l’histoire et la culture des geishas d’un point de vue japonais. Bien que les geishas ne soient pas considérées comme des prostituées au Japon, elles le sont en Chine. Mais ce n’est pas vraiment le sujet qui a bouleversé les Chinois.

Ce qui a littéralement bouleversé les dirigeants chinois, c’est que le réalisateur a choisi une actrice chinoise pour jouer la prostituée japonaise. Il faut dire que les relations entre la Chine et le Japon ont été quelque peu turbulentes depuis la Seconde Guerre mondiale et après que l’armée japonaise a été accusée d’esclavage sexuel de femmes chinoises. Ainsi, Mémoires d’une geisha a ravivé les tensions entre les deux peuples.

Mémoires d’une geisha est maintenant disponible sur Netflix et est l’un des films les plus regardés en ce moment. Proposition hollywoodienne de souvenirs d’une geisha, Mémoires d’une Geisha est une adaptation de Roman Geisha d’Arthur Golden.

Ce film américain réalisé par Rob Marshall débute en 1929. Avec Satsu, nous suivons Chiyo, une enfant japonaise vendue au propriétaire d’une maison de geisha.

La grosse erreur

Si l’actrice n’est pas mécontente du jeu d’acteur en lui-même, son casting et la présence d’autres interprètes sont devenus un gros problème en Chine et au Japon. Il s’agit vraiment de la culture japonaise. De l’extérieur, Zhang Ziyi est assurément chinoise, pas japonaise.

Elle est sortie dans Tigre et Dragon avant d’apparaître dans Hero, Le Secret des poignards volants ou 2046. Gong Li et Michelle Yeoh apparaissent également. De vraies stars du cinéma chinois, mais encore une fois pas japonais.

Contrairement au célèbre Ken Watanabe, à Suzuka Ohgo, qui joue le rôle du jeune Chiyo, et à Yūki Kudō, qui joue le rôle de la sœur d’Hatsumomo. Il y a donc un décalage assez typique d’Hollywood qui a été critiqué dans plusieurs pays. En Chine, cependant, la réaction a été plus forte. 

Mémoires d’une geisha remporte plusieurs Oscars

Mémoires d’une geisha a été un succès mondial, lors de sa sortie. Aux Oscars, il a remporté le prix du meilleur directeur artistique, de la meilleure photographie et de la meilleure conception de costumes.

Pour son rôle de Chiyo, l’actrice chinoise Zhang Ziyi a été nominée pour les Golden Globes et les BAFTA Awards 2006 de la meilleure actrice. Malgré tous ces prix, Mémoires d’une geisha a rapidement suscité de la colère en Chine et au Japon, au point même d’être censurés et boudés. 

Pascal
Grand fan de Netflix, j’écris énormément sur les séries et films de la plateforme, mais pas que ! Je m’intéresse également aux autres plateformes bien connues du grand public. J’essaie de partager avec vous toutes les informations sur les sorties des plateformes de streaming.