L’histoire inconnue de la Rolls Royce utilisée par Bolsonaro : la même que Lula ou la reine Elizabeth II.

Publié par Simon Taquet le janvier 6, 2019 | Maj le janvier 6, 2019

Jair Bolsonaro est arrivé ce mardi au Congrès brésilien dans une impressionnante Rolls Royce cabriolet. L’extrême droite était sur le point de participer à la cérémonie qui a fait de lui le 38e président du Brésil et il était accompagné de son épouse Michelle. Avant d’entrer dans l’Esplanade des Ministères de Brasilia, encensée par la foule, et au milieu de mesures de sécurité strictes, les caméras ont surpris le leader en train de pleurer. Ce sont les larmes de l’émotion de ce nostalgique de la dictature militaire (1964-1985) en se voyant au pouvoir, après avoir obtenu plus de 57 millions de voix (55%) en octobre.

L’ancien capitaine de 63 ans

L’ancien capitaine de 63 ans, qui avait des antécédents de manifestations misogynes, racistes et homophobes, utilise les Rolls-Royce Silver Wraith 1952, selon la tradition. Le même modèle utilisé par tous les chefs d’Etat brésiliens des dernières décennies à cette date très importante. Comme Lula Da Silva lors de sa cérémonie d’investiture en 2003, qui a réuni le même nombre d’adeptes que Bolsonaro : plus de 250 000. On parle donc de la voiture d’occasions spéciales, différente du véhicule présidentiel d’usage quotidien, qui change selon le président : la Ford Fusion Hybride de Bolsonaro et Lula, la Chevrolet Omega de Fernando Henrique Cardoso, etc.

L’actuel président d’extrême droite, connu sous le nom de Donald Trump tropical, et le président de gauche, qui purge une peine de 12 ans de prison pour corruption depuis avril, ont joué dans la même Rolls Royce qui, le 1er mai 1953, a été créée par Getúlio Vargas, quatre fois président, lors des cérémonies du Jour du travail à Volta Redonda. Depuis lors, cette relique a erré dans les rues de la capitale brésilienne lors de défilés d’investiture présidentielle, de visites d’État et de célébrations de l’indépendance.

Deux modèles

Ce que très peu savent est que la présidence avait deux Rolls-Royce dans le passé. D’une part, le célèbre modèle ouvert utilisé par Bolsonaro et Lula. D’autre part, un modèle fermé inconnu qui a été reçu par le Président Vargas au début de ses vacances à Petrópolis, le 31 janvier 1953. Les deux modèles ont commencé à être fabriqués en avril 1952 selon des spécifications spéciales demandées par le gouvernement. Certains aussi rares qu’un compteur de vitesse dans le compartiment arrière, une plate-forme dans le pare-chocs arrière et dans les repose-pieds latéraux et les mâts pour l’utilisation de drapeaux.

Dans ces 66 années, le modèle ouvert a été utilisé pour transporter de nombreuses autorités étrangères lors de leurs visites au Brésil. Par exemple, le roi Baudouin de Belgique, la reine Elizabeth II d’Angleterre et le président français, le général Charles de Gaulle, entre autres. Le premier à s’y mettre fut le président péruvien Manoel Odia le 25 août 1953.

Le modèle fermé avait une vie officielle beaucoup plus courte. Le dernier visiteur étranger à s’y rendre fut Berta da Costa Ribeiro Arthur, épouse du président portugais Craveiro Lopes, lors de sa visite en juin 1957. La raison en est que le Colonel Auriz Coelho e Silva, chef d’état-major de la Présidence de la République au sein du gouvernement Café Filho, voulait parvenir à un accord pour que les deux véhicules de luxe restent à l’usage exclusif des chefs d’Etat, mais n’a pas réussi. La famille du président Juscelino Kubitschek est restée au pouvoir entre 1956 et 1961. La condition pour le conserver était que la Rolls Royce reste effectivement ouverte à l’usage du gouvernement. C’est ce qui s’est passé jusqu’à hier, avec la promenade Bolsonaro.

En ce qui concerne la fin de la vie de la Rolls Royce, elle a été très particulière. Après que Kubitschek l’eut conservée, elle fut remise à la famille Vargas. Celui-ci l’a vendue pour 4 millions de dollars de l’époque. Plus tard, elle fut acquise par d’autres familles importantes, passant de main en main par des figures astronomiques : l’homme d’affaires Victor Costa ou Alberto Pittigliani, pour n’en citer que quelques-unes. Les légendes concernant le véhicule à capot ont depuis lors remplacé sa véritable histoire. Comme celui qui dit que c’était un cadeau de la reine Elizabeth II à Vargas. En 1994, il a été vendu aux enchères publiques et acheté par un collectionneur de Sao Paulo, qui l’a restauré. Il a gagné plusieurs prix dans des expositions spécialisées, bien qu’il ne soit actuellement utilisé que pour amener les mariées à l’autel pour un loyer important.

Noter cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *