La légalisation du CBD en Suisse : pourquoi ce marché se développe si bien dans ce pays ?

SantéLa légalisation du CBD en Suisse : pourquoi ce marché se développe...

Le CBD attire tous les types de consommateurs possibles : en Suisse, plus de 30% d’entre eux sont des femmes, 41% sont diplômés d’université et 22% ont plus de 50 ans. Les 18 – 40 ans représentent quant à eux la plus grosse part des consommateurs de CBD dans le pays avec 56%. Pourquoi le marché du CBD se développe-t-il si bien en Suisse ? Pour sa commercialisation de qualité et sa distribution mondiale peut-être…

Le CBD en Suisse : une légalisation depuis 2017 

Depuis 2017, une nouvelle législation a été mise en place pour encadrer le CBD en Suisse. Rappelons que le CBD est l’un des 2 cannabinoïdes les plus actifs du chanvre, le second étant le THC (tétrahydrocannabinol). Totalement interdit à la culture, la vente ou à la consommation, le THC est un stupéfiant psychotrope (qui altère l’état de conscience d’un individu). Le CBD seul, par contre, est totalement inoffensif, car sans aucune substance toxique, addictive ou psychoactive. 

En Suisse, il est désormais possible de cultiver et de commercialiser du CBD si son taux de THC n’excède pas 1%. Vous pouvez même trouver du CBD pas cher en ligne, sur un e-shop. Tous les cultivateurs de chanvre doivent pouvoir fournir aux autorités compétentes (Office fédéral de la santé publique  : OFSP) un bilan attestant un taux de THC inférieur à 1% au sein de leurs plants. La légalisation du CBD en Suisse a fait exploser le marché dans le pays en peu de temps : des centaines de producteurs se sont lancés dans ce business, faisant parallèlement chuter le prix du CBD et faisant défier toute concurrence, même à l’étranger (le prix au kilo est passé 6000 à 1500 francs suisses en à peine 2 ans).

Le CBD en Suisse : une légalisation depuis 2017 
Source : shutterstock.com

La France pourrait-elle un jour suivre le même chemin ?

On peut se demander si la France va suivre le même chemin que la Suisse… La législation française s’assouplit concernant l’usage du CBD bien qu’elle en restreigne encore l’usage :

  • le 19 novembre 2020 :  la Cour de Justice de l’Union Européenne a suspendu l’interdiction de la vente de  CBD (notamment suite au vide judiciaire soulevé par l’entreprise Kanavape) ;
  • le 31 décembre 2021 : publié au Journal Officiel, l’arrêté du 31 décembre 2021 autorise la culture, l’importation, l’exportation et l’utilisation industrielle et commerciale des variétés de cannabis ayant un taux de THC inférieur à 0,3%. Fleurs et feuilles (à fumer ou faire infuser) sont totalement interdites.

Il est donc aujourd’hui possible de consommer divers produits contenant du CBD : compléments alimentaires, huiles, e-liquides, produits alimentaires et cosmétiques, etc. Notez que vous ne trouverez aucun médicament français affichant les vertus thérapeutiques du CBD : encore testé et examiné par l’ANSM (Agence Nationale de la Sécurité du Médicament), le CBD reste en phase d’essai, il est donc totalement interdit aux producteurs et aux commerçants de CBD de promouvoir des propriétés médicinales à leurs produits. 

Les effets connus du CBD

L’une des motivations de cet assouplissement de la législation du CBD en Suisse est sanitaire : le CBD est en effet réputé pour ses effets relaxants et anti-inflammatoires. Apaisant aussi bien pour les muscles que pour l’esprit, les effets connus du CBD sont qu’il :

  • agit comme un décontractant musculaire et analgésique ;
  • soulage les douleurs chroniques ;
  • favorise l’endormissement et la qualité du sommeil ;
  • apaise les tensions, les angoisses et les montées de stress.

Le CBD n’est pas un médicament. Il peut à la rigueur être utilisé parallèlement à un traitement médical (sous la forme que vous souhaitez) pour apporter un certain bien-être au quotidien, de jour comme de nuit.

Depuis février 2021, l’Institut suisse chargé de surveiller les produits thérapeutiques en circulation dans le pays a même autorisé l’Epidyolex : c’est un médicament à base de CBD indiqué comme traitement d’appoint chez des enfants épileptiques. Aidant à lutter contre les troubles émotionnels, la consommation de CBD 2 à 3 fois par jour est par exemple indiqué pour les personnes angoissées, traversant une période de morosité et de déprime. Il calme les nerfs la journée, décontracte les muscles crispés et détend le corps et l’organisme. Consultez un médecin ou un spécialiste en cas de dépression : le CBD seul n’est pas un traitement.

Les effets connus du CBD
Source : shutterstock.com

Quelles précautions prendre ?

Le CBD a l’avantage d’être une molécule beaucoup plus saine que sa consoeur THC : l’absence de substance psychoactive et d’accoutumance rendent la consommation de CBD plutôt sûr. Jusqu’à ce jour, peu d’effets indésirables imputés à l’usage du CBD ont été évoqués. Quelques précautions sont tout de même à prendre :

  • aucun commerçant n’est autorisé à vendre de CBD au mineur, sous n’importe quelle forme qu’il soit ;
  • vérifiez le taux de THC affiché sur votre produit : au-delà de 0,3%, il est considéré comme stupéfiant. En consommer est un délit pénal en France, pouvant engendrer 1 an de prison et 200€ d’amende forfaitaire. En cultiver ou en vendre peut être puni de 10 ans d’emprisonnement ;
  • les effets du CBD diffèrent d’une personne à l’autre : la posologie est à adapter selon votre ressenti. Faites attention au surdosage ;
  • le CBD est déconseillé aux femmes enceintes et allaitantes ;
  • pouvant entrer en interaction avec certains médicaments, il est vivement recommandé de consulter son médecin traitant avant d’entamer une cure de CBD :
  • la prise de CBD est également déconseillée dans le cas de problèmes artériels, cardiaques et de maladies dégénératives telles que Parkinson ou Alzheimer.

Réputés pour la qualité de leur travail et de leurs cultures, les producteurs suisses ont un véritable marché international qui s’ouvre à eux : la consommation et la distribution de CBD et de ses dérivés à travers le monde ne fait que commencer ! Restons prudents pour le moment, les études sont en cours…

Jerome
Les thématiques Business, Finance et High Tech sont mes domaines de prédilection, mais je ne me cantonne pas qu’à ces sujets-là. Il m’arrive de rédiger des articles davantage voyage et loisirs.
- Advertisment -