Zurich est peut-être la ville la plus populaire de Suisse. Et c’est sans doute la plus peuplée (près de 400 000 habitants). Il enregistre également la majeure partie de l’activité financière du pays. Mais ce n’est pas votre capitale. Berne, oui ; dont les Alpes sont visibles les jours ensoleillés, parfaitement définies (et enneigées quand le temps est aussi favorable), depuis Zurich.

La décoration et l’atmosphère de Noël

A Zurich ce n’est pas plus l’hiver que dans d’autres parties d’Europe ou du monde. Bien que n’importe qui qui est prévu de voyager à la ville bientôt peut penser que Noël a été mis en avant dans le centre du continent. Où que vous alliez, et jusqu’à la veille de Noël, la décoration et l’atmosphère de Noël accompagnent vos pas à travers Zurich ; surtout si vous marchez le long d’une de ses routes principales, la Bahnhofstrasse.

Un conseil avant de poursuivre votre lecture : vous serez compensé pour acheter un pass pour vous déplacer en ville (transfert depuis l’aéroport, tramways, bateaux) et obtenir des réductions dans des musées et restaurants. Vous pouvez trouver celui qui convient le mieux à vos besoins ici.

1. marchés de Noël

Zürich possède différents marchés de Noël dans la ville. Deux des plus grands et des plus accrocheurs se trouvent respectivement à l’intérieur de la gare et devant le bâtiment de l’Opéra. (Sechseläutenplatz). Si vous êtes dans ce dernier et que vous en avez assez d’essayer de la nourriture ou d’acheter des articles nécessaires ou désirés comme tels, vous pouvez toujours vous arrêter et patiner sur la piste suivante.

2. Le Sapin de Noël chantant

Depuis 20 ans, pendant l’Avent, diverses chorales zurichoises, composées d’enfants et d’adultes, de professionnels et d’amateurs de musique, chantent des chants de Noël connus ou créés spécialement pour rendre plus agréable l’attente de la fête officielle.

L’arbre de Noël chantant se compose d’une scène qui se trouve actuellement sur l’une des places les plus proches de la gare (Werdmühleplatz). Au-dessus se dresse une structure en forme d’arbre dans laquelle chaque membre du chœur occupe une place, habillé, bien sûr, d’un manteau vert et d’un chapeau et d’un foulard rouges pour éviter de briser l’aspect homogène de Noël de cet “arbre chantant”. Illuminarium

Le Musée national de Zurich (Museumstrasse, 2) s’allume lorsque la ville s’assombrit à cette époque de l’année. De mi-novembre jusqu’au dernier jour de décembre, si vous y allez et que vous atteignez sa cour, vous pourrez assister (à partir de 17 heures) à un spectacle son et lumière qui peut sembler déconcertant au début, mais qui a finalement un sens total. Les enfants sont ceux qui apprécient le plus l’argument conçu chaque année pour se projeter sur les façades de ce bâtiment qui abrite des objets et des expositions qui racontent, par exemple, comment les Suisses vivaient il y a un siècle.

4. train du Père Noël

Parents avec enfants (jusqu’à 10 ans) peuvent prendre un train très spécial et facilement identifiable à Plaza Bellevue, grâce à ses dimensions réduites, sa couleur rouge intense et sa décoration de Noël. Le “conducteur” est le Père Noël et les “réviseurs” qui l’accompagnent sont des anges. Le voyage est court, mais suffisant pour voir le centre historique de Zurich.

5. nourriture traditionnelle

Le menu du restaurant Oepfelchammer (Rindermarkt, 12) comprend un des plats les plus typiques de la gastronomie suisse : ragoût de veau (Zürcher Geschnetzeltes) avec ratin de patates et gratin (rosti).

Cependant, en carton offre aussi quelque chose de très appétissant, du moins pour les plus audacieux ou en forme de table. Elle a été baptisée “Balkon Probe” par ses dirigeants. Le test lui-même consiste à atteindre l’une des poutres horizontales en bois du plafond sans l’aide d’une autre personne ou d’un élément de la pièce. Le diner doit ensuite être traîné jusqu’à la poutre suivante. De cette position, et après avoir placé sa colonne pratiquement perpendiculairement au sol, il doit boire, sans renverser une goutte, le verre qu’un des serveurs lui servira. Si vous l’obtenez (dans l’une des trois tentatives), ils gravent votre nom sur le mur de la chambre où vous avez laissé le vôtre et des étrangers sans voix.

De retour à l’hôtel, vous êtes sûr de dormir comme un loir.

6. églises

Trois endroits à ne pas manquer à Zurich sont Fraumünster Kirche, dont les vitraux sont l’œuvre du peintre français Marc Chagall ; Saint-Pétersbourg et St. Peter Kirche, dont la tour abrite la plus grande horloge d’Europe, et Grossmünster, d’où l’on peut voir les toits de la vieille ville, le lac de la ville et même les sommets des Alpes (avant de devoir monter les 187 marches qui séparent la nef de l’église de la plate-forme panoramique d’une de ses deux tours).

7. qu’arrive-t-il s’il pleut ?

Cela ne semble pas être le meilleur plan pour marcher sous la pluie si vous n’avez pas l’habitude de voyager avec des parapluies. Pour ce jour où il est temps de chausser vos bottes, la meilleure chose à faire est d’aller marquer des buts au Musée de la FIFA (Seestrasse, 25). Vous pouvez également célébrer vos buts en imitant les “danses” de vos joueurs préférés, puis vérifier à quel point vos coups ont été proches des leurs. Vous pouvez aussi vous installer dans les stades du Maracana (Brésil) ou de Wembley (Angleterre), par exemple, par “magie” ou découvrir tout ce que vous savez du football avec une banalité sur ce sport. Et, bien sûr, vous pouvez dépenser la batterie de votre mobile en prenant des selfies à côté de la Coupe du monde.

Le zoo de Zurich (Karl-Schmid-Strasse, 4) est aussi très interactif. Vous pouvez atteindre plus de 1 500 espèces d’animaux, dont certaines sont menacées d’extinction, grâce à des panneaux d’information tactiles dans différentes langues, des vidéos et des audios. L’une de ses installations les plus impressionnantes est “Masoala Madagascar”, qui transporte une partie de ce parc national africain au centre de l’Europe. Oiseaux, chauves-souris, caméléons et lémuriens se déplacent librement entre tant de verdure tandis que vos yeux les suivent et que votre cerveau vous recommande d’enlever votre manteau (21ºC).

8. James Joyce

Pendant la seconde guerre mondiale, James Joyce a obtenu asile pour lui et sa famille en Suisse. L’écrivain irlandais s’était déjà rendu à Zurich parce qu’il y avait trouvé un bon ophtalmologiste et il a donc décidé de s’installer dans la ville.

La sculpture en bronze reposant sur sa tombe dans le cimetière de Fluntern (tout près du zoo) le représente précisément dans ses années de maturité, avec ses lunettes caractéristiques, en pensant, assis sur une pierre, il tient un livre dans sa main.

L'actualité :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici