Vox : Ce que le partie politique propose réellement pour l’Espagne

Publié par Jerome le janvier 3, 2019 | Maj le janvier 3, 2019

Plus de 10 000 personnes se sont rassemblées hier dans les environs du Palais de Vistalegre à l’occasion du gigantesque rassemblement organisé par Vox, la formation d’extrême droite fondée par Santiago Abascal il y a cinq ans. C’était un événement important. Ce n’est pas tous les jours qu’une formation extra-parlementaire peut assister à une enceinte aussi vaste et symbolique que le Vistalegre. Et c’était un événement prémonitoire : Vox a peut-être trouvé une occasion unique de se rendre au Congrès.

Divers éléments jouent en votre faveur. D’une part, sa soudaine capitalisation de l’agenda médiatique. Jusqu’à présent, Vox avait été réduit à une anecdote en marge de l’espace politique ou à un mème involontaire. D’autre part, la pertinence soudaine que certains partis conservateurs lui ont donnée. Pablo Casado a cité le parti d’Abascal lorsqu’il est devenu président du PP, en présumant qu’il avait récupéré ses voix.

Enfin et surtout, les enquêtes. Pour la première fois de son histoire, la CEI lui a accordé un siège au Congrès, si l’on compte son intention de vote direct. D’autres sondages privés ont été plus généreux, le plaçant au-dessus de 3% des voix à Madrid. Vox se rendra aux élections régionales et européennes dans le but d’imiter ce que Podemos a réalisé à l’époque : une catapulte médiatique vers les généraux, encore insaisissable.

L’impact de Vox aujourd’hui est double en raison de son caractère extrémiste dans plusieurs sens. Jamais auparavant un parti aussi explicitement xénophobe, anti-féministe ou anti-étatique des autonomies n’avait réussi à rassembler, apparemment, autant de partisans. À bien des égards, Vox est un parti exceptionnel parce qu’il modifie tout le système à partir de la droite. C’est quelque chose que nous avons déjà vu en France, aux États-Unis ou en Allemagne. Pas en Espagne, où les partis qui partagent certaines de leurs idées le font dans le cadre du consensus constitutionnel.

C’est pourquoi il est important de savoir ce qu’ils pensent, en quoi ils diffèrent des autres partis traditionnellement extrémistes mais marginaux du système politique espagnol ou des deux options principales du spectre conservateur, PP et Citizens. Vox a glissé certaines de ses propositions dans un document intitulé “100 mesures pour vivre en Espagne”, en l’absence d’un programme électoral cohérent. Ajouté à ce qui a été annoncé hier à Vistalegre, c’est ce que pense Vox.

L’unité de l’Espagne selon Vox

Première clé pour comprendre Vox : le nationalisme. De sa devise (“La España Viva”) à la chorégraphie esthétique d’Abascal (sonore “Viva España” à la fin de ses discours, excuses de la Légion, des Forces armées et du passé glorieux de l’Empire espagnol), tout dans Vox évoque une profonde fierté autour de l’idée d’Espagne. Une position qui va au-delà du patriotisme et qui est présentée dans la nation espagnole comme le premier vecteur de son discours idéologique.

Cela se manifeste par une stridence particulière dans les questions territoriales.

Vox considère l’unité de l’Espagne comme une priorité fondamentale, mais en termes plus stricts que les autres partis : il prône la fin de l’Espagne décentralisée, annulant les communautés autonomes. Elle exige également que l’Etat central récupère toutes les compétences dans le domaine de l’Education et de la Santé, aujourd’hui en possession des gouvernements régionaux, annule leurs systèmes judiciaires, abolisse la police autonome, et limite “autant que possible la capacité législative autonome”.

En même temps, Vox mettrait en œuvre des mesures pour promouvoir et diffuser une identité nationale homogène autour de l’idée de l’Espagne. Ainsi, elle aggraverait les peines “pour les délits et outrages contre l’Espagne” ; elle supprimerait “l’exigence de la connaissance de la langue co-officielle dans l’accès au service public”, en promouvant l’espagnol ; et elle activerait “un plan global pour la connaissance, la diffusion et la protection de l’identité nationale et de la contribution espagnole à la civilisation et à l’histoire universelle, une attention particulière étant accordée aux exploits des héros nationaux”.

Comme conséquence naturelle, Vox veut éliminer la Loi de la Mémoire Historique : elle ne considère pas les symboles de Franco comme quelque chose de problématique, mais comme faisant partie du passé de l’Espagne et comme une manière de “rendre hommage” à “tous ceux qui, de différentes perspectives, ont combattu pour l’Espagne”. Il s’oppose à l’exhumation du corps de Franco de la Vallée des Déchus. C’est une ligne idéologique qui la relie à des formations historiques déjà éteintes comme New Force.

Catalogne, Pays Basque et Navarre

Dans le même ordre d’idées, Vox établirait des lignes très strictes à l’égard des communautés où le nationalisme périphérique est le plus fort ou où des systèmes fiscaux parallèles existent encore. Il s’agit de la Catalogne, du Pays Basque et de la Navarre.

En ce qui concerne la Catalogne, le conflit politique le plus important des cinq dernières années, Vox suspendrait à nouveau son autonomie. Il s’agit du premier point des 100 propositions figurant dans votre document de programme. Abascal veut limiter au maximum la fonction exécutive du gouvernement, poursuivre plus sévèrement tous les responsables de l’indépendance et, en fin de compte, interdire ” les partis ou associations qui cherchent à détruire l’unité territoriale de la Nation et sa souveraineté.

Ce dernier, soit dit en passant, a été timidement soulevé par Pablo Casado il y a une semaine en vertu du droit des parties. Abascal a posé avec les cartels de “Puigdemont à la prison”, et a interprété le conflit politique entre l’indépendance et l’Etat espagnol “non comme un problème démocratique de qui a le droit de décider, mais comme un pillage du patrimoine de tous les Espagnols. Ils ne peuvent pas voler ce qui est à nous sans qu’on se défende. Vox utilise une rhétorique de confrontation et pose le problème catalan comme une lutte pour tout et rien.

Sur le Pays Basque et la Navarre, Vox propose d’éliminer leurs concerts économiques et d’unir les communautés au régime commun. C’est quelque chose que des partis comme UPyD et avec plus de discrétion les citoyens ont également soulevé.

Immigration et réfugiés selon Vox

La deuxième clé : l’immigration. C’est l’élément le plus similaire aux autres partis d’extrême droite qui ont triomphé sur le continent européen. Abascal paraphrase Trump en déclarant qu’en matière migratoire, “les Espagnols, d’abord”, et retrace l’argument du Front national ou Front alternatif pour l’Allemagne : “Je m’identifie à l’identité culturelle européenne et je voudrais la préserver (…) Je n’ai aucun problème avec la couleur des gens mais avec ce que ceux-ci ont dans leur tête”.

Je m’identifie à l’identité culturelle européenne et je voudrais qu’elle soit préservée (…) Je n’ai aucun problème avec la couleur des gens mais avec ce qu’ils ont dans leur tête.
Malgré quelques flirts historiques du PP ou des citoyens, aucun parti au niveau national n’avait jamais abordé l’immigration en des termes aussi polarisés et agressifs. “L’Espagne d’abord ” ou ” Les Espagnols d’abord ” sont les principaux slogans des formations extrémistes telles que la Démocratie nationale ou Espagne 2000 (post-fasciste) ou le Hogar Social Madrid (un groupe de militants néonazis qui organisent des cantines sociales destinées exclusivement aux Espagnols).

Abascal opte pour les mêmes astuces rhétoriques lorsqu’il dit que l’immigration “attaque nos frontières” et “ne vient pas en Espagne pour l’élargir, mais pour recevoir des avantages que de nombreux Espagnols n’ont pas”. Hier, à Vistalegre, d’autres membres de Vox ont également déclaré : “L’Espagne qui se lève tôt est fatiguée de voir comment les manteros et les campagnes d’immigration illégale à volonté” ; “le fruit de nos efforts est donné à ceux qui arrivent sans frapper à la porte” ; ou “l’État providence est pour les Espagnols”. Des mots qui placent l’immigration comme un jeu à somme nulle.

Vox, cependant, évite l’étiquette de “xénophobie” et articule sa rhétorique autour de “l’immigration illégale”. Dans ses 100 propositions, le parti appelle à l’expulsion de tous les migrants en situation irrégulière, à l’expulsion des immigrés en situation régulière qui commettent un crime, à la suppression du “regroupement familial”, à “l’augmentation de la demande en termes de langue, de fiscalité et d’intégration pour l’acquisition de la nationalité” ou à “l’arrêt de ce que l’on appelle les effets”.

Elle propose également de poursuivre les “crimes haineux” et le fondamentalisme salafiste perpétrés dans les mosquées radicales, en présentant, comme Geert Wilders aux Pays-Bas, le débat migratoire comme un impossible choc des civilisations (chrétienne et musulmane) et comme une menace existentielle pour les sociétés européennes par le terrorisme jihadiste. Vox veut interdire la construction de mosquées “promues par le wahhabisme”, sans toutefois préciser comment il les identifierait.

Vox utilise diverses fictions (telles que les chiffres de la criminalité) pour offrir des solutions radicales. Elle profite d’un état de bouleversement social inexistant et pose l’immigration en termes culturels, et non économiques ou sociaux.

Politique internationale

Comme nous l’avons vu à l’époque, Vox remet également en cause le consensus traditionnel des principaux partis politiques de l’Union européenne. Même les flirts les plus fous de Podemos en matière communautaire ne peuvent être comparés à l’essentiel du discours sceptique d’Abascal et Vox. Il n’y a pas de sortie directe de l’Union européenne, mais l’appartenance de l’Espagne à l’intérêt national est hypothéquée et le caractère supranational que l’Union européenne a acquis est ouvertement critiqué. Constitution sur la Commission européenne :

L’Espagne est membre de l’Union européenne, entendue comme une union d’États souverains, une adhésion pleinement compatible avec la souveraineté nationale du peuple espagnol et le principe de constitutionnalité qui préside à notre système juridique, à savoir la primauté de la Constitution sur le droit communautaire. Ainsi, l’intergouvernementalisme contre le fédéralisme au sein de l’Union européenne et le rejet des impositions communautaires incompatibles avec la volonté du Gouvernement et des Cortès générales.

C’est une position identique à celle de Marine Le Pen ou Lega, et une bataille pour la souveraineté.

Il y a peu de propositions fermes sur les questions internationales. Vox se concentre davantage sur les frontières. Elle appelle à “renforcer nos frontières” et à “construire un mur insurmontable à Ceuta et Melilla” à la manière trumpienne (qui existe déjà en partie). La formation met l’accent sur le territoire souverain espagnol, exigeant “au Maroc une reconnaissance et un respect total de la souveraineté espagnole de Ceuta et Melilla” et demandant le retour de Gibraltar par le Royaume Uni.

C’était célèbre le raid qu’Abascal et son numéro deux, Javier Ortega Smith, ont organisé il y a deux ans sur le rocher, arborant un drapeau géant d’Espagne et se retrouvant détenus par les autorités. Gibraltar sert de symbole et de moyen de réaffirmer la prééminence historique d’une Espagne autrefois glorieuse sur sa sphère d’influence. Vox aspire à récupérer le rôle prééminent de l’Espagne sur le théâtre des nations, évoquant “le poids de l’histoire”.

Féminisme et famille

La racine de Vox est à la fois nationaliste et religieuse, synthétisée dans une version pop du catholicisme national. Par conséquent, le troisième pilier clé pour comprendre la formation est le culturel, ancré dans la défense de la famille traditionnelle et l’attaque frontale contre les forces culturelles d’avant-garde telles que le féminisme. Abascal est explicite dans cette reconnaissance, soulignant qu'” il y a un féminisme associé à une loi qui rend les hommes coupables d’être des hommes.

Qu’est-ce que tu racontes ? À la loi de la violence de genre, éternellement discuté de la part des forums conservateurs. Vox demande son abrogation et, en contrepartie, la promotion d’une loi ” sur la violence domestique qui protège également les personnes âgées, les hommes, les femmes et les enfants “. Elle appelle également à la “suppression des organisations féministes radicales subventionnées” et à “la poursuite efficace des fausses accusations” (0,01% du total selon le bureau du procureur général ; bien que divers juristes soulignent les chiffres courts, étant donné que la méthodologie du ministère ne compte que les personnes ayant fait l’objet d’enquêtes).

Identifiant le “féminisme” comme un ennemi naturel de son projet politique, Abascal aspire à obtenir le vote des hommes qui n’apprécient pas sa rhétorique ou ses approches, et qui sont prédisposés à se juger comme “victimes” de ses excès (d’où l’accent sur la loi sur la violence de genre, une sorte de criminalisation institutionnelle de l’homme, selon lui). C’est un autre vers libre à un moment où le PP et les citoyens essaient également de capitaliser sur le féminisme.

Si la position antérieure est influencée par les guerres culturelles dérivées de la politique identitaire, il y en a d’autres qui ont une longue histoire et tradition en Espagne. Vox veut créer un “Ministère de la Famille”, augmenter les allocations pour les familles avec enfants, étendre le congé de maternité à 180 jours, interdire la maternité de substitution et, bien sûr, “la défense de la vie” traduite comme une lutte contre l’avortement, une “aberration morale et légale” selon Abascal. Bien qu’il ne se soit pas prononcé en faveur de l’abolition du mariage homosexuel, le leader d’extrême droite a défini l’orgueil comme une “absurdité, montrer de la fierté dans ses activités sexuelles n’a aucun sens pour moi” ; et il a lié ses positions sur les droits familiaux et reproductifs à la préservation d’une “identité chrétienne européenne”, une pensée semblable aux partis de l’extrême droite du continent avec une traçabilité semblable et très identifiable à la tradition conservatrice et catholique de la droite espagnole.

Noter cet article
1 commentaires sur "Vox : Ce que le partie politique propose réellement pour l’Espagne"
  1. Jerome Post author

    Identifiant le “féminisme” comme un ennemi naturel de son projet politique, Abascal aspire à obtenir le vote des hommes qui n’apprécient pas sa rhétorique ou ses approches, et qui sont prédisposés à se juger comme “victimes” de ses excès (d’où l’accent sur la loi sur la violence de genre, une sorte de criminalisation institutionnelle de l’homme, selon lui). C’est un autre vers libre à un moment où le PP et les citoyens essaient également de capitaliser sur le féminisme.

    Si la position antérieure est influencée par les guerres culturelles dérivées de la politique identitaire, il y en a d’autres qui ont une longue histoire et tradition en Espagne. Vox veut créer un “Ministère de la Famille”, augmenter les allocations pour les familles avec enfants, étendre le congé de maternité à 180 jours, interdire la maternité de substitution et, bien sûr, “la défense de la vie” traduite comme une lutte contre l’avortement, une “aberration morale et légale” selon Abascal. Bien qu’il ne se soit pas prononcé en faveur de l’abolition du mariage homosexuel, le leader d’extrême droite a défini l’orgueil comme une “absurdité, montrer de la fierté dans ses activités sexuelles n’a aucun sens pour moi” ; et il a lié ses positions sur les droits familiaux et reproductifs à la préservation d’une “identité chrétienne européenne”, une pensée semblable aux partis de l’extrême droite du continent avec une traçabilité semblable et très identifiable à la tradition conservatrice et catholique de la droite espagnole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *