Vox a soulevé ce jeudi la pression sur le pacte de gouvernement qui ont signé le PP et les citoyens à gouverner en Andalousie et prétend participer pleinement aux négociations si les deux formations veulent renverser le PSOE, puisque les votes de ses 12 députés sont essentiels pour la majorité absolue, fixée à 55 sièges. Alors que le PP s’est montré disposé à faire place à Vox dans les négociations, pour le moment les citoyens refusent de lui donner une voix après l’accord programmatique avec le PP, qu’ils considèrent “fermé.

Vox une fois de plus veut tous bloquer

Le leader de Vox, Santiago Abascal, critique la menace permanente des “cordons sanitaires” et exige que le PP et les citoyens s’assoient avec la formation d’extrême droite pour “écouter leur programme électoral” et “assister à la juste mesure de ces 12 députés, ni plus ni moins, les demandes de 400.000 Andalous”. “Vox a répété que ce ne sera pas un obstacle au changement en Andalousie, mais ce ne sera pas non plus un tapis pour la continuité des mêmes politiques avec d’autres acronymes, que ce soit PSOE-Podemos ou PP-Ciudadanos”, insiste Abascal sur Twitter.

Ce mercredi, Vox a menacé de briser le bloc de trois forces nécessaires pour chasser les socialistes si certaines mesures contre la violence masculine n’étaient pas retirées du pacte. Ce matin, Abascal a ajouté une réduction d’impôt, le “démantèlement de l’administration parallèle”, le “soutien au monde rural et à ses modes de vie” et l’élimination des “lois idéologiques”, sans préciser à quelles normes il fait référence. Ces dernières mesures ne s’opposent pas de front à celles qui figurent dans le pacte signé à Noël, comme le fait votre demande de retrait des propositions contre la violence de genre.

Abascal a maintenu un ton belliqueux dans ses messages, critiquant la fragilité de l’alliance entre le peuple et la formation d’Albert Rivera : “Les citoyens et PP ont conclu un pacte pour partager les fauteuils de la Junta de Andalucía. Ce qui se passe, c’est qu’ils n’ont pas une majorité suffisante pour soutenir ce pacte. Toute personne sensée comprend que pour obtenir les votes qui lui manquent, elle devra négocier avec quelqu’un d’autre “, a-t-il dit. A l’heure actuelle, le PP et les citoyens ont 47 sièges et pour atteindre la majorité absolue de 55, ils ont besoin des 12 députés de Vox.

Le président de Vox a insisté sur le fait que les deux formations ont méprisé les idées de sa formation : “Loin de tout esprit de négociation, Vox n’a reçu que des insultes, du mépris et la menace permanente des cordons sanitaires. Et les deux citoyens et PP ont répété que le pacte qu’ils ont signé n’admet pas le moindre changement.

Abascal s’en prend plus durement aux citoyens, qu’il appelle la “girouette orange”, pour leur prétendu changement d’opinion sur des aspects clés pour Vox comme la violence sexiste. Le chef de la formation d’extrême droite a voulu nuancer que sa formation propose “de remplacer les lois de l’idéologie de genre, qui ne protègent pas les femmes et ne persécutent les hommes que parce qu’elles le sont, par une loi contre la violence domestique. C’est-à-dire, la même chose que la girouette orange proposée il n’y a pas si longtemps”, elle a abondé.

L’accord Citoyens et PP comprend une section spécifique pour les mesures d’égalité, avec une allocation budgétaire supplémentaire pour renforcer le pacte d’État contre la violence de genre signé en 2017, qui comprenait 200 millions budgétisés mais dont seulement 100 millions ont été traduits en actions concrètes pour défendre les victimes.

Le leader des citoyens en Andalousie, Juan Marín, a exclu de modifier le pacte avec le PP et a accusé Vox de menaces dans un entretien avec La Sexta pour non-respect des temps politiques : “Ce pacte n’est pas touché, puis au Parlement, vous devez jouer le jeu politique. Certains représentants politiques ne savent pas comment cela fonctionne. Nous parlons de respecter les institutions parce qu’il y a une procédure pour toutes les questions, ce qui se fait au Parlement, pas dans les médias ou dans les tranchées (…) Certains se sont déjà mis dans des positions extrêmes menaçant qu’il n’y aura pas de gouvernement,” a-t-il dit en référence aux dirigeants Vox.

Dans cette interview, on a demandé à Marín comment ils avaient l’intention de gagner les 12 voix de Vox, ce à quoi le leader régional des citoyens a répondu : “Une chose est ce qu’ils veulent, et une autre est ce qu’ils peuvent. Je n’ai à convaincre personne. Nous avons ajouté 47 sièges et nous nous sommes mis d’accord sur un accord programmatique. Ce que font Vox ou Podemos ou le PSOE est légitime et ils devront décider s’ils veulent changer de gouvernement ou s’ils veulent bloquer les institutions et de nouvelles élections. Je suppose que Vox a lu le document de 90 mesures, ou seulement celle de la violence de genre ?”.

Pendant ce temps, le PP a donné à Vox un de chaux et un de sable. Le président du parti, Pablo Casado, a demandé à Vox de retirer la violence sexiste du débat du parti et de ” ne pas politiser ce terrible fléau social ” qui nécessite l’union de tous les partis politiques. Casado a défini de Melilla que l’engagement du PP auprès des victimes est “retentissant”, puisqu’il parie sur “l’égalité réelle” entre hommes et femmes.

Dans le même temps, la secrétaire générale du PP andalou, Dolores López, a assuré qu’elle maintient un dialogue ouvert avec Vox en dehors du pacte avec les citoyens. “Ce matin, une autre femme a été assassinée. Tous les groupes politiques doivent œuvrer pour l’égalité”, a-t-il déclaré. Lopez voit le verre à moitié plein et soustrait le fer des menaces du parti d’extrême droite, qui soutient la chaîne. “Quand Vox lira l’accord avec Citizens, il sera satisfait des nombreux points récoltés. Plus de transparence, moins de masse politique, l’élimination de la bureaucratie…”, a-t-il insisté à Séville.

Ce jeudi est décisif pour l’avenir politique de l’Andalousie, parce que les citoyens et PP peut fermer au Parlement la distribution des ministères et de décrire l’investiture de Juan Manuel Moreno comme président de la session plénière le 16 Janvier. Dans l’air, il s’agit de savoir si la candidature de Moreno aura une majorité suffisante.

You may also like

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici