La vie des enfants au Yémen est épuisée par la malnutrition

Publié par Jerome le novembre 2, 2018 | Maj le novembre 2, 2018

A neuf mois à peine, la petite Suad s’accroche à une vie qui s’épuise à chaque battement de son cœur faible à cause de la malnutrition aiguë qu’elle et des centaines de milliers d’enfants souffrent au Yémen, un pays plongé dans la guerre depuis quatre ans et la pire crise humanitaire au monde.

Une vie insoutenable pour les enfants

Sa mère tient la main affaiblie de Suad, qu’elle respire à l’aide d’un ventilateur mécanique, sur un lit de l’hôpital Al Sabaain de Sana’a, tandis que le père Saleh Yamaan la regarde s’appuyer contre la porte pour retenir les larmes qui coulent dans ses yeux. “Je l’ai emmenée dans trois hôpitaux différents pour qu’elle reçoive un traitement contre la diarrhée, mais elle ne s’est pas rétablie et maintenant elle souffre de malnutrition aiguë “, a-t-elle dit à Efe Yamaan, avant de babiller, ” Oh, mon Dieu !

Le cas de malnutrition aiguë de Suad est l’un des 1,8 million d’enfants au Yémen aujourd’hui, selon les données de l’UNICEF, dont 400 000 souffrant de malnutrition aiguë sévère qui luttent quotidiennement pour survivre. En outre, l’agence des Nations Unies estime qu’un enfant sur trois au Yémen et une mère enceinte ou allaitante sur cinq risquent de souffrir de malnutrition aiguë à un moment où 11,3 millions d’enfants dans le pays ont besoin d’une aide humanitaire.

Le Yémen est actuellement le théâtre de la pire crise humanitaire au monde, selon l’ONU, car le pays souffre d’un conflit civil qui a commencé fin 2014 et s’est aggravé à partir de mars 2015 avec l’intervention de la coalition arabe dirigée par l’Arabie Saoudite, qui combat les rebelles Hutid. Les attentats à la bombe perpétrés par la coalition des pays arabes ont tué des enfants et des femmes dans leur offensive pour tenter de redonner au président Abdo Rabu Mansur Hadi le pouvoir au gouvernement dominé par les Huthi de Sana’a, soutenu par l’Iran.

Suad est entourée d’une équipe de médecins qui tentent de la réanimer, dont le Dr Sohir al Madahyi, qui explique à Efe que la petite fille a “besoin de soins intensifs”. Cependant, cette unité de l’hôpital a été remplacée par un service de traitement de la diphtérie sur ordre du nouveau ministre de la Santé du gouvernement Hutid, Taha Mutawakel, ajoute-t-il.

L’ONG Oxfam Intermón a déclaré ce mois-ci que le Yémen a enregistré plus de 1,1 million de cas de choléra au cours des 18 derniers mois, avec plus de 2 000 décès et plus de 100 décès dus à la diphtérie dans une période similaire.

Le chef des infirmières de l’unité de malnutrition de l’hôpital, Fuad al Rimi, fait remarquer à Efe que le personnel souffre d’un “manque de médicaments” au centre, ce qui “oblige les proches du malade à les acheter hors de l’hôpital à un prix élevé”. Il souligne la “pression” avec laquelle lui et ses compagnons vivent en raison du “grand nombre de patients” qu’ils traitent, puisqu’ils ne peuvent pas être pris en soins intensifs après le remplacement de l’unité par l’unité diphtérique. C’est aussi le “seul” hôpital dédié au traitement des cas de malnutrition aiguë, explique-t-il, de sorte que les enfants qui “souffrent de malnutrition aiguë et qui vivent dans des zones éloignées de la capitale meurent à cause du peu de possibilités qu’ont leurs familles de payer le prix du transport pour amener leurs enfants à l’hôpital.

Dans ce département où l’on traite les cas de diphtérie, une maladie infectieuse qui peut finir par bloquer les voies respiratoires, se trouve Um Eshraq, qui s’occupe de trois de ses enfants admis pour cette maladie, dont deux dans le même lit. Il assure Efe que sa fille aînée est morte de la maladie dans un village de la province d’Al Mahuit, à l’ouest de Sanah. Et son frère, il est mort peu après.

Malgré les mauvaises nouvelles, la santé de Suad s’améliore, mais cela fait toujours partie des statistiques.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *