Le Venezuela substitue le dollar à l’euro dans les transactions internationales

Publié par Jerome le octobre 17, 2018 | Maj le octobre 17, 2018

Le Venezuela cessera d’effectuer ses transactions internationales avec la devise américaine, le dollar, l’euro, le yuan ou toute autre devise convertible pour les opérations à l’étranger. Cette mesure adoptée par le gouvernement de Nicolás Maduro fait suite aux sanctions que l’administration de Donald Trump a prises contre les fonctionnaires de Chavista ces derniers mois.

Un changement de devise au Venezuela

Le vice-président de l’Espace économique, l’ancien vice-président Tarek el Aissami, et le président de la Banque centrale du Venezuela, Calixto Ortega, ont informé que dans la nouvelle phase du “Programme de relance et de croissance économique” – lancé en août dernier avec le “paquet rouge” et l’élimination de cinq zéros dans la monnaie – le dollar sera exclus des opérations nationales de change, y compris les ventes aux enchères Dicom (système de marché des changes), dans lequel seules les sociétés et les personnes alliées au régime se font concurrence pour obtenir des devises étrangères dans un pays ayant un contrôle des changes. Aissami allègue que le blocus financier imposé par les États-Unis n’est pas seulement imposé au secteur public, mais qu’ils ont également bloqué les comptes du secteur privé vénézuélien dans les domaines de l’agro-industrie et des produits pharmaceutiques. “C’est pour montrer jusqu’où va la folie de l’impérialisme. Il est de plus en plus hostile de faire des affaires avec votre monnaie “, a déclaré le responsable économique.

Sur les instructions explicites de l’Exécutif, Tarek el Aissami entend mettre fin à la prétendue ” guerre économique ” en plaçant 2 milliards d’euros dans le système d’échange (après avoir été totalement paralysé pendant un an) afin que les Vénézuéliens qui souhaitent importer des marchandises dans le pays puissent y avoir accès. “Le gouvernement va faire des offres de devises en novembre et décembre pour les secteurs productifs “, a rapporté El Aissami.

La crise économique sans précédent du pays a atteint des niveaux inimaginables : une inflation prévue par le FMI de 10 millions de pour cent d’ici 2019. Dans le même temps, le taux de change du marché parallèle est également un signe de la détérioration économique du pays : un euro équivaut à 195,90 bolivars souverains en noir, alors que le taux officiel est coté à 63,03 souverains, trois fois moins.

Banque privée

Du Palais de Miraflores, le vice-président de la zone économique a assuré que le gouvernement américain “a imposé de nouvelles sanctions” qui empêchent les transactions en dollars et fait référence à une interdiction “illégale et arbitraire”. D’autre part, la banque privée vénézuélienne, qui a été exclue pendant des années en tant qu’intermédiaire dans toute transaction en devises étrangères, pourra à nouveau participer aux enchères Dicom.

Le ministre a indiqué que depuis l’annonce des mesures économiques par Maduro, 60 millions de dollars ont été versés par Dicom aux industries et laboratoires pharmaceutiques. Un montant de 420 millions d’euros a été alloué directement à d’autres groupes économiques qu’il n’a pas précisés.

L’économiste et directeur d’Ecoanalítica, Asdrúbal Oliveros, a déclaré dans son compte Twitter que, ” même si elle est annoncée en euros et si elle est concrète, étant donné la profonde interconnexion du système financier mondial avec le Venezuela, venant d’un État sous sanctions financières, génère de sérieux problèmes pour le secteur privé.

Le cabinet économique demandera également à l’Assemblée nationale constituante (ANC) au pouvoir d’adopter une loi pour pénaliser les personnes ou les organisations qui utilisent des billets de banque vénézuéliens pour la contrebande.

Officiels sanctionnés

Depuis 2008, le département du Trésor américain sanctionne les fonctionnaires ou hommes d’affaires vénézuéliens soupçonnés d’être liés au trafic de drogue, à la corruption, au terrorisme et aux violations des droits humains. La longue liste comprend plus de 70 personnes pénalisées par le gouvernement américain : militaires, ministres, magistrats et députés, entre autres.

Récemment, Diosdado Cabello, premier vice-président du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV), son épouse et ministre du Tourisme, Marleny Contreras, son frère et président du Service national intégré des douanes et de l’administration fiscale (Seniat), José David Cabello, et Rafael Sarria, homme d’affaires qui possède plusieurs propriétés et entreprises aux États-Unis, se sont joints à la liste.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *