Le Vasa, le Titanic suédois du 17ème siècle qui est arrivé intact jusqu’à aujourd’hui

Publié par Simon Taquet le janvier 3, 2019 | Maj le janvier 3, 2019

Quand nous voulons nous souvenir d’un revers maritime, nous nous souvenons de la tragédie de l’Invincible Navy ou du naufrage du Titanic, mais peu sont ceux qui évoquent le naufrage du navire suédois Vasa, un des plus puissants du 17ème siècle, dans son premier voyage.

A Djurgärden

A Djurgärden, l’une des quatorze îles qui composent Stockholm, il y a un musée consacré à la Vasa, le seul bateau du 17ème siècle qui reste. C’est un galion majestueux, construit avec plus de 1000 chênes spécialement choisis, 69 mètres de long, 11,7 mètres de large et plus de 1200 mètres carrés de voile.

Une catastrophe prévisible

Son naufrage est survenu le 16 août 1628. Après avoir parcouru un peu plus d’un kilomètre, deux coups de vent ont suffi pour que l’eau pénètre par les meurtrières du canyon. Quinze minutes après avoir levé l’ancre et, devant le regard étonné de ceux qui s’y trouvaient, il s’est incliné de dix-sept degrés sur bâbord et a coulé avec ses 64 canons, ses 700 sculptures et ses 1 200 tonnes.

Entre 30 et 40 personnes ont péri, malgré la proximité de ce port. Heureusement, le galion se dirigeait vers une base de la marine suédoise, de sorte qu’il y avait beaucoup moins de personnes à bord que le passage normal dans le cas d’une expédition de guerre.

Son naufrage a eu lieu pour plusieurs raisons. Le principal est que les concepteurs du navire ont introduit un deuxième pont de canons sur un premier, d’après les indications du roi de Suède, Gustav II Adolf. Malgré les contre-mesures, le centre de gravité du navire s’en trouve considérablement élevé. La conséquence est que lors de la gîte, lors de la navigation, les chances de retrouver la verticalité étaient très faibles.

L’ennemi des épaves

Si nous savons que cette histoire est en grande partie parce que le Vasa a coulé en mer Baltique. Cette mer a une faible salinité qui rend difficile pour un mollusque, appelé Teredo navalis ou “blagues”, de s’approprier le mollusque. Ce ver, d’apparence fragile, dévore efficacement le bois des épaves.

Le Vasa est resté pratiquement intact jusqu’au 20ème siècle, 300 ans après son premier et unique voyage, a pu être renfloué, prouvant que son bois avait résisté d’une manière enviable au passage du temps.

Ce xylophage, qui peut atteindre jusqu’à vingt centimètres de long, était un véritable problème pour les navires des XVIIe et XVIIIe siècles, car il perçait les caisses des navires, les affaiblissant et causant de graves problèmes. A tel point que les armateurs ont commencé à recouvrir les coques de cuivre.

Il est curieux que le mollusque affecte chaque bateau différemment selon le type de bois utilisé. Ainsi, par exemple, les navires espagnols construits dans le chantier naval de La Havane ont mieux résisté que ceux construits à Carthagène ou à El Ferrol.

Le changement climatique favorise “Teredo”

Le mollusque vit en symbiose avec d’autres bactéries qui lui permettent de digérer du bois. Il se nourrit en déchiquetant cette matière et en filtrant l’eau pour l’absorber. Grâce à cela, il est capable de détruire toute épave qui n’a pas été enfouie sur le fond marin en moins de dix ans.

Le Vasa est resté intact mais, depuis quelques années, les scientifiques ont observé que, probablement en raison de l’augmentation de la température de la mer causée par le changement climatique, l’espèce Teredo navalis entre dans les eaux du sud de la Suède.

Noter cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *