Une Saoudienne quitte l’aéroport de Bangkok après avoir renoncé à l’islam

Publié par Simon Taquet le janvier 9, 2019 | Maj le janvier 9, 2019

Une jeune femme saoudienne détenue à l’aéroport de Bangkok en attendant d’être expulsée a déclaré lundi avoir reçu des menaces de mort de sa famille, dont elle avait fui après avoir apostaté l’Islam et refusé un mariage arrangé.

Rahaf Mohammed Al-Qunun sur Twitter

“Ils ont déjà menacé de me tuer et ils n’ont pas peur de me menacer en public ils me considèrent comme leur propriété ou leur esclave”, écrit Rahaf Mohammed Al-Qunun sur Twitter, qui depuis samedi raconte son odyssée à Bangkok presque vivant sur le réseau social.

La jeune Saoudienne a finalement été placée sous la protection du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) après avoir quitté l’aérodrome, a confirmé à Efe le chef du Bureau de l’immigration, Surachate Hakparn.

Selon l’ONG Human Rights Watch (HRW), Al-Qun

Selon l’ONG Human Rights Watch (HRW), Al-Qun, 18 ans, avait confronté sa famille après avoir renoncé à l’islam et un mariage arrangé l’avait poussé à fuir quand il était avec ses proches au Koweït.

“Il a refusé de porter le hijab et cette tension avec la famille en raison de désaccords sur des questions religieuses…”

“Il a refusé de porter le hijab et cette tension avec la famille est due aux désaccords religieux… Le fait que sa famille ait tenté de la forcer à se marier de force semble avoir été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase “, a déclaré à Efe Sunai Pasuk, un chercheur de HRW en Thaïlande.

Sunai a déclaré que la jeune femme saoudienne était arrivée samedi à l’aéroport Suvarnabhumi par un vol du Koweït, où elle a profité du fait que les femmes ne nécessitent aucune permission de leurs ” gardiens ” pour voyager, comme cela est le cas en Arabie saoudite.

Voyage en Australie

L’enquêteur de HRW a déclaré qu’Al-Qunun était en transit à Bangkok dans le but de se rendre en Australie, pour lequel il avait un billet d’avion valide et un visa, et accuse les autorités thaïlandaises de mentir en prétendant qu’un visa lui était refusé en essayant de pénétrer en Thaïlande.

Al-Qunun, qui a ouvert son compte Twitter ce mois-ci, a commencé à écrire et à télécharger des vidéos samedi sur le réseau social, où son histoire est devenue virale et compte 42 000 fans.

La jeune femme a déclaré qu’un employé de Kuwait Airways lui avait confisqué son passeport et lui avait dit qu’à la demande de l’ambassade d’Arabie saoudite, elle allait être contrainte de prendre un vol pour le Koweït, où sa famille l’attendait.

Je ne quitte pas ma chambre avant de voir le HCR (Haut Commissariat aux réfugiés des Nations Unies). La jeune femme s’est barricadée dans sa chambre d’hôtel dans la zone de transit et a bloqué la porte avec des matelas, faisant partir l’avion dans lequel elle devait être déportée sans elle à bord.

Dans un autre tuit, elle a exprimé son désir d’être reçue comme demandeuse d’asile au Canada, aux États-Unis, en Australie ou au Royaume-Uni, entre autres pays.

Les autorités thaïlandaises me mentent. Ils m’ont dit que je ne pouvais pas demander la protection de l’ONU, mais ils n’ont pas permis à l’ONU de me contacter, a-t-elle dit.

Elle a également nié que sa famille vive au Koweït, mais en Arabie saoudite, où son père occupe une fonction politique.

Passeport

Dans une déclaration, l’ambassade d’Arabie saoudite affirme qu’elle n’a ni confisqué le passeport d’Al-Qunun ni tenté de la retenir à l’aéroport pour l’expulser, tout en imputant sa situation aux autorités thaïes.

Le chef du Bureau de l’immigration, Surachate Hakparn, a déclaré à Efe que la jeune Saoudienne voulait entrer en Thaïlande, mais s’est vu refuser un visa parce qu’elle n’avait ni billet de retour ni autres documents.

L’ambassade d’Arabie saoudite en Thaïlande a coordonné avec nous pour la renvoyer parce qu’elle vient sans tuteur et si nous la laissons entrer, elle ne sera pas protégée , a-t-il dit sur Twitter Surachate, qui a réitéré qu’elle avait son passeport.

Les autorités thaïlandaises disent vouloir la renvoyer au Koweit, où elle est arrivée à Bangkok.

En attendant, Al-Qunun continue de tweeter sur Twitter à propos de sa situation et ne cesse de recevoir des messages de soutien.

Cher Rahaf, mes collègues du HCR sont à l’aéroport et tentent de vous joindre, a déclaré Melisssa Fleming, chef des communications au Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

En avril 2007, une autre Saoudienne fuyant sa famille a été contrainte de retourner dans son pays alors qu’elle était en transit aux Philippines vers l’Australie et HRW a documenté de nombreux cas d’autres Saoudiens tentant de fuir le système patriarcal de leur pays.

Noter cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *