Une actrice à juger en Egypte pour avoir porté une robe transparente lors d’un festival de cinéma

Publié par Simon Taquet le décembre 9, 2018 | Maj le décembre 9, 2018

Un tribunal du Caire jugera l’actrice égyptienne Rania Youssef le 12 janvier après qu’elle a été accusée par un groupe d’avocats d’avoir commis des actes incitant à la “débauche et à la luxure” pour s’être rendue à la clôture d’un festival du film dans une robe transparente qui montrait ses jambes.

Trois avocats ont dénoncé Youssef pour avoir commis “un acte obscène en public, incitant à la débauche, à la luxure, à la tentation et à la propagation du vice par des moyens qui violent les normes établies dans la société égyptienne”, selon le journal officiel Al Ahram .

Les plaintes viennent après que l’actrice ait subi une avalanche d’insultes et de commentaires sur les réseaux sociaux à cause de sa tenue vestimentaire dans ce pays musulman de morale et de coutumes conservatrices.

Même le syndicat des acteurs du pays a censuré l’actrice pour son costume en déclarant dans une déclaration que certains des derniers invités ” ne se conformaient pas aux traditions de la communauté et à ses valeurs et mœurs.

Autres affaires

Ce n’est pas la première fois que des avocats traduisent des artistes devant les tribunaux égyptiens en invoquant la défense de la morale publique. En 2015, un tribunal américain a condamné deux danseuses du ventre à six mois de prison pour “incitation à la débauche” dans deux vidéoclips dans lesquels elles ont joué.

Dans cette affaire également, les danseurs ont été dénoncés par un avocat au motif que la loi égyptienne stipule que toute personne témoin d’un crime a le droit de porter plainte devant les tribunaux du pays, qui doivent décider d’ouvrir ou non une procédure formelle.

Le romancier égyptien Ahmed Nayi a été condamné en 2016 à deux ans de prison pour un roman érotique mais la Cour de cassation a cassé cette condamnation. Trois ans plus tôt, un tribunal administratif du Caire avait ordonné la fermeture d’une chaîne de télévision sur le thème de la danse du ventre pour avoir présenté du matériel qui aurait porté atteinte à la “morale publique”.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *