Un pirate informatique de 19 ans arrêté pour une attaque massive en Allemagne

Publié par Simon Taquet le janvier 12, 2019 | Maj le mars 23, 2019

Plusieurs jours après le piratage massif de téléphones de politiciens allemands, au cours duquel différents experts ont signalé la Russie ou la Chine à propos d’auteurs possibles, le seul garçon allemand identifié comme Jan S. La police a fouillé son appartement hier à Heilbronn, dans le sud-ouest de l’Allemagne, après y avoir saisi des ordinateurs et des boîtes de documents, même des déchets de la construction, plusieurs personnes y ont été arrêtées. Après plusieurs heures d’interrogatoire, la police n’a pas indiqué si c’était réellement lié au piratage ou s’il collaborait avec d’autres pirates, bien que le ministre régional de l’Intérieur de Baiera, Joachim Herrmann, ait déclaré que tout indique qu’il agit seul.

Qui est-ce?

Il travaille dans le secteur des télécommunications, c’est certain, mais il ne pouvait pas dire dans quelle société, a déclaré un habitant de Jan S., à la télévision locale,

A Berlin, la bagarre dans laquelle se livrent les autorités allemandes de sécurité depuis l’éclatement du scandale se poursuit. Le ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer, rencontrera cet après-midi les plus hauts responsables de l’Office fédéral de la sécurité de l’information (BIS) et de l’Office fédéral pour la protection de la Constitution (VKA), les services secrets allemands de l’intérieur, pour avoir une image complète de l’enquête, avant de présenter aux médias les faits. “Je préfère parler de faits solides plutôt que de donner des indices sur des enquêtes partielles, a déclaré M. Seehofer aujourd’hui, sans parler des médias allemands qui ont fait et publié des enquêtes de leur propre chef, comme le quotidien Bild, qui a même engagé des pirates informatiques privés pour traquer les pirates.

Les pirates informatiques, pour qui l’enquête est insuffisante, se sentent “peu sûrs et vulnérables. Le leader des Verts, Robert Habek, dont le téléphone a même publié des conversations de chat avec sa femme, a décidé de fermer leurs comptes Twitter et Facebook. Après une autre nuit d’insomnie, je suis arrivé à la conclusion que je quitte Twitter. Ce qui s’est passé doit avoir des conséquences et la seule chose que je puisse faire de ma part est d’effacer mon compte”, a-t-il dit. “Peut-être nous sommes-nous laissés fasciner par les réseaux sociaux en raison de leur nouveauté et du potentiel que nous y voyions, mais si nous faisons une évaluation réaliste de ce qu’ils nous ont apporté, je crois sincèrement que nous pouvons nous en passer parfaitement, a-t-il expliqué plus tard dans une interview à la radio.

Profil Twitter : G0d

La police garde le silence sur l’enquête en cours et ne commente pas la possibilité que le détenu soit l’auteur du profil Twitter G0d (nom du tweeter original 0rbit) et NFO (nom du tweeter original p0wer), détecté par les enquêteurs du journal comme celui qui publie les données des téléphones piratés sur Internet. Derrière ces profils, il n’y a qu’un seul compte, le compte dennis567, qui le 4 septembre 2018, a créé simultanément des comptes utilisateurs sur les plateformes non autorisées d’extrême droite Steemit, busy et D.Tube, qui ont ensuite servi à publier des liens qui ont conduit, parfois contre rémunération, à pirater les données des politiques allemands.

Début 2018, le même pirate a attaqué les e-mails et les réseaux sociaux du présentateur de télévision et militant des droits de l’homme Tarik Tesfu, qui a ensuite dénoncé que des extrémistes de droite avaient volé ses données et les faisaient circuler dans leurs chats. Selon les conclusions des pirates engagés par le quotidien allemand Bild Zeitung pour aller au fond des choses, cela aurait été un test pour l’action finale, qui a eu lieu le 3 décembre. A cette époque, après avoir accumulé pendant des années des données à partir des téléphones piratés de près d’un millier de politiciens et de journalistes allemands, il lançait en parallèle dans leurs comptes un Calendrier de l’Avent qui offrait des liens pour y accéder en brut.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *