Un mauvais sommeil ou moins de 6 heures par jour augmente le risque cardiovasculaire.

Publié par Jerome le janvier 15, 2019 | Maj le janvier 15, 2019

Les personnes qui dorment moins de six heures par jour sont 27 % plus susceptibles de souffrir d’athérosclérose que celles qui se reposent entre sept et huit heures. L’hypercholestérolémie, l’hypertension, le manque d’exercice ou l’obésité sont des facteurs de risque cardiovasculaire, mais pas seulement : une nouvelle étude montre que dormir moins de six heures par jour ou le faire de façon discontinue ou superficielle implique également un risque accru de maladie cardiaque.

Le manque de sommeil augmente le risque cardiovasculaire.

Telle est la principale conclusion d’une étude menée par le Centre national espagnol de recherche cardiovasculaire (CNIC), qui a analysé le sommeil d’une population homogène de 3 974 personnes âgées en moyenne de 46 ans qui n’ont jamais subi d’accident cardiaque.

Le document, dans lequel 60 % des participants étaient des hommes, note que les personnes qui dorment moins de six heures la nuit peuvent avoir un risque plus élevé de maladie cardiovasculaire que celles qui dorment entre sept et huit heures.

Et aussi ceux qui dorment mal, c’est-à-dire ceux qui se réveillent plusieurs fois pendant la nuit – sommeil superficiel.

Les résultats sont publiés dans The Journal of the American College of Cardiology (JACC) et ajoutent “une alarme de plus” aux facteurs de risque déjà connus de ce type de maladies, résume à Efe le directeur général du CNIC, Valentín Fuster, qui rappelle que “l’idéal est de ne pas se lever la nuit et dormir sept ou huit heures”.

Les travaux soulignent en particulier que le manque de sommeil ou une mauvaise qualité augmente le risque d’athérosclérose, l’accumulation de plaques dans les artères dans tout le corps, bien que cela n’explique pas le mécanisme exact impliqué – d’autres recherches seront menées à cet égard.

Une étude sur 3974 personnes

Pour en arriver à ces conclusions, les chercheurs ont placé un petit appareil, appelé actigraphe, sur la taille des 3 974 participants pendant sept jours pour mesurer en continu l’activité ou le mouvement et donc les caractéristiques du sommeil, ainsi que sa durée.

Ils ont divisé la population en quatre groupes : ceux qui ont dormi moins de six heures, six à sept heures, sept à huit heures et ceux qui ont dormi plus de huit heures. Les participants ont également subi une échographie cardiaque 3D et un tomodensitogramme pour détecter la présence d’une maladie cardiaque.

Ainsi, l’étude a révélé que les participants qui ont dormi moins de six heures étaient 27 % plus susceptibles d’être atteints d’athérosclérose du corps entier que ceux qui ont dormi de sept à huit heures.

De plus, ceux qui avaient une mauvaise qualité de sommeil – peu importe la durée – étaient 34 % plus susceptibles d’accumuler des plaques dans les artères du corps (la qualité se mesure par la fréquence à laquelle on se réveille ou répète des mouvements).

Bien que le nombre de participants ayant dormi plus de huit heures soit faible, l’étude suggère également qu’un sommeil excessif peut être associé à un risque accru d’athérosclérose, surtout chez les femmes, bien qu’il soit trop tôt pour tirer des conclusions, prévient le CNIC.

Des études antérieures ont démontré que le manque de sommeil augmente le risque de maladie cardiovasculaire en augmentant les facteurs de risque liés à cette maladie, comme la glycémie, la tension artérielle, l’inflammation et l’obésité.

Mais ce travail va plus loin en quantifiant les heures et en mesurant la fragmentation ou la qualité du sommeil, selon M. Fuster, et ce, grâce à une technologie de pointe et à son application dans la population homogène susmentionnée, dont l’âge moyen est de 46 ans, moment où les maladies cardiaques pourraient commencer à se développer.

Il s’agit de mesurer la maladie au début et le sommeil est ” une alarme comme tous les autres facteurs de risque “, explique Efe, le cardiologue espagnol, qui rappelle que les facteurs de risque doivent être étudiés dans leur ensemble.

Fernando Domínguez, premier auteur de l’article, résume dans une note du CNIC : nous avons vu que les participants qui dormaient moins de six heures par jour ou qui avaient un sommeil très fragmenté et de mauvaise qualité avaient plus de plaques de cholestérol, “la durée et la qualité du sommeil sont donc d’une importance vitale pour la santé cardiovasculaire.

En ce sens, un autre des signataires, José M. Ordovás, chercheur au CNIC et directeur de la nutrition et de la génomique au Jean Mayer Human-USDA Nutrition Research Center on Aging de l’Université de Tufts (USA), convient que les résultats de cette nouvelle étude soulignent que le sommeil doit être un autre outil pour combattre les maladies cardiovasculaires.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *