Un jeune Espagnol enseigne le capitalisme à la Corée du Nord

Publié par Jerome le novembre 25, 2018 | Maj le novembre 25, 2018

Quelque chose bouge en Corée du Nord. Avec le dégel avec les Etats-Unis, s’ouvre une économie de marché libre naissante, que le régime communiste de Pyongyang non seulement tolère, mais encourage même de manière contrôlée. En plus de permettre le commerce privé sur les marchés de rue (“Jangmadang”), les autorités encouragent les entrepreneurs qui peuvent améliorer l’économie.

Depuis 2010, l’organisation singapourienne Choson Exchange a formé plus de 2 000 Nord-Coréens à des ateliers commerciaux qui enseignent les méthodes et techniques capitalistes. Dans le dernier, célébré ce mois-ci, l’espagnol Álvaro Quesada a participé. Cette madrilène de 33 ans, qui a étudié la communication audiovisuelle, a travaillé à la radio et à la télévision et, depuis 2014, dirige une agence espagnole de publicité et de relations publiques à Singapour. Spécialiste des réseaux sociaux et de la publicité, il a donné des cours de marketing à six étudiants qui avaient créé un substitut du lait maternel pour l’élevage de porcs, dont il supervisait le projet.

“Sélectionné par l’Académie des sciences, 100 personnes au total sont venues qui, en plus de leur emploi dans des entreprises publiques, ont développé leurs propres projets commerciaux. Parmi eux se trouvaient des ingénieurs, des scientifiques et des experts en matière de purification, de recyclage et d’économie d’énergie de l’eau”, a déclaré Quesada à ABC. Avec une dizaine d’enseignants venus de France, de Suisse, du Canada, d’Australie, de Singapour, du Royaume-Uni et d’Afrique du Sud, leur mission était de leur apprendre à vendre leurs produits.

Des moteurs aux engrais

“La plupart ont déjà achevé ou en phase finale leurs projets. C’est pourquoi ils cherchent de l’aide pour créer une entreprise et trouver leur public “, explique M. Quesada. Reconnaissant que ” le mot capitalisme est délicat en République populaire démocratique de Corée, le nom officiel du pays qu’ils préfèrent, nous leur apprenons à livrer leurs produits à ceux qui en ont besoin “.

Démonstration de ce qui est nécessaire dans le pays, y compris des moteurs économes en énergie, des machines de purification d’eau et des engrais pour améliorer la productivité agricole. “Il y a des entreprises sous l’égide de l’État qui opèrent localement avec une certaine autonomie et où leurs employés gardent leurs profits “, dit Quesada, qui cite des entrepreneurs qui ont participé aux ateliers du Choson Exchange et qui vendent leurs produits sur le marché.

“Bien qu’il y ait des problèmes de compréhension des droits de propriété intellectuelle et certaines tactiques commerciales, ils sont très intelligents et avides”, se félicite le jeune espagnol, tellement heureux de cette expérience qu’il va répéter dans le futur. Avec le défi de ne pas pouvoir appuyer leurs explications sur Internet, limité en Corée du Nord à un “intranet” contrôlé par le régime, Quesada et le reste des enseignants ont donné leurs cours à Pyongsong, à 40 minutes en bus de la capitale. Proche de la technopole d’Unjong, Unjong est une zone économique spéciale où le commerce privé a proliféré sous ce régime communiste. Comme d’habitude, la première chose qu’Alvaro Quesada a faite dès son arrivée à Pyongyang a été, avant même d’arriver à l’hôtel, d’honorer les statues de bronze du grand-père et du père de Kim Jong-un, en l’honneur de l’économie réelle

b#h3o. Outre les arrêts de propagande, comme la gigantesque bibliothèque de la place Kim Il-sung et l’arc de triomphe, il a visité un centre d’intelligence artificielle, une fabrique de bonbons et une école. “Nous avons parlé en anglais avec des enfants âgés de 12 à 14 ans qui connaissaient les dernières nouvelles du Real Madrid, du Barça et de l’Atlético, ce qui m’a rempli de fierté, car je suis le président du club de matelas à Singapour “, se souvient-il heureux.

Quesada a également pu faire ses courses dans un supermarché, où il a pu découvrir de nombreux articles locaux et faire l’expérience de la vraie économie de la Corée du Nord. Ils ont échangé chaque dollar contre 8 500 won, soit près de trois fois le salaire moyen et dix fois le taux officiel, parce que les gens préfèrent les devises en raison de la faible valeur de la monnaie nationale. C’est un autre exemple de l’apprentissage du capitalisme par la Corée du Nord.

“Les gens veulent s’ouvrir au monde”

“Il n’est pas facile de comprendre le système nord-coréen. Mais les gens veulent s’ouvrir au monde et vivre mieux. Le pays a beaucoup changé pour le mieux, surtout au cours des trois dernières années, et il va de l’avant”, a déclaré Alvaro Quesada après son séjour d’une semaine. Surpris qu’il ait pu traverser seul Pyongyang, alors qu’il est normal que les étrangers soient toujours accompagnés de leur guide, il constate qu'”il n’y a plus de propagande anti-américaine” à cause du dégel apporté en juin par le sommet historique de Kim Jong-un avec Trump. Comme l’apprécie le jeune madrilène, ” on voit beaucoup de gens avec leur téléphone portable et même en train de prendre des photos. En fait, Pyongyang est plus normal qu’on ne le pense.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *