Un Internet censuré, déficient et d’un prix prohibitif atteint les téléphones portables cubains

Publié par Simon Taquet le décembre 7, 2018 | Maj le décembre 7, 2018

Après trois essais pour permettre l’accès à Internet par téléphone mobile, le régime cubain a annoncé que le service sera disponible ce jeudi dans toute l’île. Les expériences menées en août et septembre ont été cataloguées par la population cubaine comme un ” véritable échec ” et révéleraient l’insuffisance de la structure technologique pour soutenir un projet prétentieux dans un pays dont l’économie s’effondre. Parmi les perturbations et les interruptions qu’ils ont signalées au cours des expériences, mentionnons la couverture téléphonique, le courrier Nauta et le service de données mobile lui-même, qui continue actuellement de subir des interruptions sporadiques. A l’issue du dernier test, entre le 8 et le 10 septembre, seuls 2% des répondants ont indiqué qu’ils auraient pu accéder au réseau sans problème. “Les effets de l’accès aux données mobiles continuent, comment est-il possible que l’Internet puisse fonctionner à travers elle”, a demandé Dalia Rosa Pérez en essayant de se connecter au réseau dans le parc wifi à Sitios y Ángeles, dans le Centro Habana.

Avis d’incidents

Selon le président exécutif du monopole des communications Etecsa, Mayra Arevich, quatre paquets pour naviguer dans les données mobiles seront commercialisés à partir de ce 6 Décembre, et ne sera disponible pour les appareils avec technologie 3G et fonctionnant sous la fréquence de 900MHz.

Les prix des forfaits qu’Etecsa mettra à la disposition des utilisateurs pour surfer sur Internet sont prohibitifs dans un pays où le salaire moyen ne dépasse pas l’équivalent de 30 euros par mois.

Adalberto Martínez, administrateur d’un restaurant privé dans la région du Vieux Havane, a convenu que le régime ” non seulement restreint la censure, mais également les prix. Pour un paquet de 600MB, Etecsa fixera le prix de 7 cuc. Pour les paquets de 1 Go, 2,5 Go et 4 Go, les prix seront respectivement de 10, 20 et 30 cuc.

Sites censurés

Les responsables d’Etecsa ont admis que dans les premiers jours du service, des incidents pourraient se produire dans certaines zones, mais sans préciser la nature de ces effets. Selon Tania Castellanos, employée de banque, “le problème n’est pas que nous ayons un service Internet, mais quelles informations ils nous permettent d’accéder”, en référence au fait que tous les sites web de la presse indépendante, et même les journaux internationaux, restent limités pour les Cubains. “En outre, le système d’accès au réseau lui-même, pour fournir le service Wester Union et d’autres services dans les succursales de Banco Metropolitano connaît des interruptions quotidiennes”, a ajouté Castellanos.

La lenteur du service Internet sur les réseaux wifi est extrêmement lent, et grâce aux données mobiles pourrait empirer, les autres résidents de La Havane ont convenu. “L’accès aux endroits mêmes où vous devez entrer pour contracter les paquets est impossible à partir de données mobiles”, a averti Samuel Rodríguez, professeur de mathématiques. “Bien que les frais de consommation sera de dix cents par Mo, la lenteur consommera tout le crédit en seulement une heure”.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *