Trump met en garde contre une “punition sévère” si la mort d’un journaliste saoudien est prouvée

Publié par Jerome le octobre 14, 2018 | Maj le octobre 14, 2018

Le président dit qu’ils enquêtent sur la disparition de Jamal Khashoggi, un chroniqueur du Washington Post qui critique le gouvernement de Riyad. Le président français Emmanuel Macron a déclaré qu’il ” attend que la vérité soit établie “. Les liens entre les gouvernements des États-Unis et de l’Arabie saoudite sont solides. C’est une relation qui est aujourd’hui une pierre d’achoppement en Turquie. C’est la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, vu pour la dernière fois au consulat du royaume à Istanbul le 2 octobre.

Jamal Khashoggi toujours porté disparu

Samedi 13 octobre, le président Donald Trump a déclaré dans une interview qu’il y aura une “punition sévère” s’il est démontré que l’Arabie saoudite est derrière la disparition du journaliste : “Il fait l’objet d’une enquête, il est analysé avec beaucoup de force. Et si c’était le cas, nous serions très contrariés et en colère. Pour l’instant, ils le nient avec véhémence. Ça pourrait être eux ? Oui, a déclaré le président.

Quelques heures plus tôt, M. Trump avait minimisé les critiques sur le bilan de l’Arabie saoudite en matière de violations des droits de l’homme lorsqu’on lui avait demandé s’il pensait que ces questions de violations avaient longtemps été négligées, ce à quoi le président américain avait répondu ” que de nombreuses histoires sont négligées “, faisant référence à des États comme l’Iran et la Syrie. Malgré les pressions internationales, Trump hésite à sanctionner Riyad, l’un des principaux alliés de l’Union américaine, avec laquelle elle a divers contrats de vente d’armes.

La communauté internationale exige des réponses de l’Arabie saoudite

Nombreux sont ceux qui ont été les propos tenus par divers dirigeants mondiaux face à un scandale d’une telle ampleur. Le secrétaire général de l’ONU a déclaré que l’entité avait déjà établi des contacts avec les parties impliquées, tout en indiquant ” que la vérité doit être établie “.

Dans une interview accordée à France 24, le président français Emmanuel Macron s’est également déclaré préoccupé par la situation du journaliste : “Les événements auxquels il fait référence sont très graves. Aujourd’hui, j’espère donc que la vérité sera établie et que la clarté totale sera établie. La France souhaite que tout soit fait d’urgence.

Toutefois, M. Macron a déclaré qu’il définira sa position sur la question une fois que les faits auront été clarifiés et qu’il s’adressera au président turc Recep Tayyip Erdogan et au roi saoudien Salman bin Abdulaziz Al Saud pour discuter de cette question.

La directrice du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, a confirmé sa participation à un forum économique qui se tiendra fin octobre en Arabie saoudite, auquel de nombreux participants, tels que le président de la Banque mondiale et des représentants de NBC et CNN, ont annulé leur participation.

“Les droits de l’homme et la liberté d’information sont des droits essentiels. Des choses horribles ont été rapportées et je suis horrifié. Je dois gérer les affaires du Fonds monétaire international aux quatre coins du monde et avec de nombreux gouvernements.

L’Arabie saoudite insiste et rejette les accusations de meurtre

Le gouvernement saoudien a nié samedi avoir ordonné la mort du journaliste Jamal Khashoggi au consulat de son pays à Istanbul. “Ce qui circule au sujet des ordres de le tuer, ce sont des mensonges et des accusations infondées contre le gouvernement du Royaume, qui est attaché à ses principes, règles et traditions et respecte les lois et conventions internationales “, a déclaré le ministre saoudien de l’intérieur Abdelaziz bin Saud bin Nayef.

Plusieurs médias ont affirmé que Riad avait envoyé une équipe en Turquie pour tuer Khashoggi, un chroniqueur du Washington Post et un fervent critique du gouvernement saoudien.

On ignore où se trouve le journaliste depuis le 2 octobre, date à laquelle il est entré dans le consulat de son pays à Istanbul pour recueillir certains des documents dont il avait besoin pour épouser sa petite amie turque. Il n’est jamais ressorti. Certaines versions prétendent même que Khashoggi a été démembré à l’intérieur du siège diplomatique.

Selon une publication du Washington Post, l’exécutif d’Ankara aurait communiqué avec des responsables de Washington, les informant d’enregistrements vidéo et audio qui prouveraient le meurtre.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *