Trump établit des contacts avec les talibans pour mettre fin à la guerre en Afghanistan

Publié par Jerome le octobre 15, 2018 | Maj le octobre 15, 2018

L’envoyé spécial de Donald Trump pour la médiation du conflit en Afghanistan a rencontré la semaine dernière à Catar des représentants de la guérilla talibane dans une tentative décisive de mettre un terme négocié à une guerre qui dure depuis 17 ans. Le président américain est déterminé à mettre fin au conflit à un moment où la Russie cherche à gagner en importance grâce à ses propres contacts avec les insurgés islamistes.

Donald Trump veut stopper la guerre en Afghanistan

Trump a fait preuve d’une plus grande fermeté en Afghanistan que son prédécesseur : il a rectifié sa promesse de retrait unilatéral, ordonné le renforcement de 3 500 soldats en 2017 et élu il y a quelques semaines le nouvel envoyé spécial, Zalmay Jalilzad. Son objectif ultime est la fin des hostilités avec un accord de paix sous sa présidence, ce que ni Barack Obama ni George W. Bush, qui ont commencé la guerre pour renverser précisément les talibans eux-mêmes, n’ont réussi à faire.

Les négociations entre les États-Unis et la guérilla islamiste constituent une étape cruciale pour mettre fin à un conflit qui continue de faire des victimes au quotidien, avec des hostilités constantes dans les zones rurales et des attaques à Kaboul.

La Maison Blanche n’a pas confirmé les contacts que Catar a révélés. Après avoir rencontré les insurgés, l’Envoyé spécial Jalilzad s’est rendu dans la capitale afghane pour rencontrer le Président afghan Ashraf Ghani, dont la coopération est essentielle pour parvenir à un accord.Non seulement l’Amérique s’approche des talibans. En août, ils ont été invités par Vladimir Poutine à une conférence de paix à Moscou, qui a été gelée par des plaintes du gouvernement afghan.

Cette invitation était une démonstration que le Kremlin approfondit son expansionnisme dans le monde islamique par une décision vraiment inhabituelle : il y a trois décennies, l’URSS a subi sa défaite la plus humiliante en Afghanistan, forcée de se retirer par les mêmes moudjahidin – guérilleros islamiques armés par les Etats-Unis – qui allaient ensuite former la guérilla talibane et protéger Osama Ben Laden, instigateur des attaques terroristes contre New York et Washington en 2001.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *