Trump commence une guerre contre ses propres généraux avec les retraites.

Publié par Simon Taquet le décembre 31, 2018 | Maj le décembre 31, 2018

La liste des griefs est longue, mais la patience a été épuisée au Pentagone avec la décision de Trump de transformer la visite de Noël aux troupes en Irak et en Allemagne en un rassemblement électoral au cours duquel il a attaqué le corps législatif, l’opposition et les commandants qui ont déconseillé un retrait précipité de Syrie et d’Afghanistan.

Trump a violé la règle

Lors de la visite surprise de mercredi à la base militaire irakienne de Bachar al-Assad, Trump a violé la règle non écrite de ne pas impliquer l’armée en politique. Tout d’abord, il s’est volontiers envoyé contre les dirigeants démocrates, en particulier la nouvelle présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et a promis aux soldats, comme s’ils assistaient à un rassemblement, qu’il construirait le mur à la frontière avec le Mexique.

Avant de partir, il critique les généraux qui donnent des ordres à ces mêmes soldats. Ils m’ont demandé de passer plus de temps en Syrie et j’ai dit non, nous y avons passé assez de temps, a-t-il dit. Ça suffit.

Signature des casquettes

De retour à Washington, Trump s’est arrêté à la base de Ramstein en Allemagne, où il a signé des casquettes rouges avec son slogan de campagne 2016 Make America Great Again et a pris des photos avec les soldats. Telle est la préoccupation que ces gestes électoraux ont provoquée chez les commandants militaires, que l’armée de l’air, qui dirige la base allemande, a dû expliquer hier dans un communiqué qui ne peut empêcher les soldats d’assister à un discours du président avec des objets qu’ils ont acquis eux-mêmes. Dans la campagne de 2016, Trump s’est présenté comme le candidat de l’homme ordinaire contre les élites. Maintenant, il joue le président des soldats contre leurs généraux.

Encore plus ennuyeux pour les généraux a été le dernier exercice de désinformation de Trump, qui a laissé le Pentagone avec la lourde tâche d’avoir à réfuter son propre commandant en chef. À la grande joie des militaires irakiens, Trump proclama qu’il avait ordonné la première augmentation de son salaire mensuel depuis une décennie. Et ce n’est pas tout : il s’agit de la plus forte hausse de l’histoire. Personne ne le mérite plus que lui ! s’exclama Trump. Le problème, c’est que ce n’est pas vrai. Les salaires des soldats augmentent chaque année depuis des décennies. Entre 2008 et 2010, il était de 3,4%, contre 2,4% en 2018.

Trump exerce également son propre ministre de la Défense. La décision surprenante du président de retirer toutes les troupes américaines en Syrie et une bonne partie de celles qui se trouvaient en Afghanistan malgré les conseils des généraux commandants a conduit à la démission du chef du Pentagone, le général James Mattis. Dans une lettre d’adieu inhabituelle, Mattis recommandait à Trump de chercher un ministre ” plus en phase avec ses priorités “.

Démission de Mattis

Mattis et l’état-major général s’inquiètent du fait que Trump a chanté la victoire sur le califat trop tôt, car il contrôle encore des parties de l’Irak et de la Syrie et pourrait provoquer des attaques terroristes au cœur de l’Europe et des États-Unis. De plus, ils considèrent imprudente l’annonce improvisée du président selon laquelle il ordonnera aux soldats de construire le mur avec le Mexique, ce qui pourrait même être illégal, puisqu’en théorie le Pentagone ne peut mobiliser les troupes pour le gouvernement civil de la nation.

En octobre, en pleine campagne électorale partielle, le président a envoyé 5 200 soldats à la frontière pour empêcher l’entrée aux États-Unis de plusieurs caravanes d’émigrants d’Amérique Centrale. Bien que ces soldats n’étaient pas armés, Trump a annoncé qu’il leur avait permis de tirer pour tuer s’ils étaient attaqués par des demandeurs d’asile. Par la suite, le Pentagone a précisé qu’il ne distribuerait pas d’armes aux personnes en uniforme à la frontière.

De toutes les institutions américaines, les forces armées sont de loin les plus appréciées. Son taux d’approbation, selon Gallup, est de 74 %. Les analystes craignent que la politisation de l’armée ne mine la confiance des citoyens en elle. L’un des généraux à la retraite les plus décorés du pays, Barry McCaffrey, déclare qu’il est ” inadmissible que le président américain politise une visite aux troupes. C’est inapproprié et démoralisant.

Attaques contre des héros de guerre

Au début de sa présidence, Donald Trump s’est entouré de généraux à la retraite. Son premier conseiller à la sécurité nationale fut le lieutenant-général Michael Flynn, remplacé par le général d’armée H.R. McMaster. En tant que secrétaire à la Sécurité intérieure, il a élu John Kelly, un général du Corps des Marines, qui a été promu chef d’état-major en juillet 2017. Tout le monde, à part James Mattis, a démissionné ou a été congédié par Trump.

Tout le monde a été énervé par la bellicosité de Trump, en particulier ses attaques publiques contre des héros de guerre, comme l’amiral William McRaven, qui a coordonné l’opération pour tuer Osama bin Laden. “Le refus du président d’émettre une déclaration de condoléances pour la mort du sénateur John McCain, dont il avait dit qu’il ne devait pas être considéré comme un héros simplement parce qu’il avait été torturé au Vietnam, n’a pas bien accueilli les anciens combattants. “Si c’est un héros, pourquoi a-t-il été capturé ?”, a dit M. Trump lors d’un rassemblement.

A ces affronts, le président a ajouté son refus de visiter un cimetière militaire lors d’un récent voyage à Paris et son absence du cimetière d’Arlington pendant les actes d’hommage aux soldats du dernier jour d’Armistice, qui commémore la fin de la Première Guerre mondiale. Il a également déclaré qu’il ne visiterait pas un cimetière militaire pendant un récent voyage à Paris et son absence du cimetière d’Arlington lors des actions d’hommage aux soldats des

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *