Trump commande le plus important renforcement de la défense antimissile depuis la guerre froide

Publié par Simon Taquet le janvier 18, 2019 | Maj le janvier 18, 2019

Depuis une décennie, les Etats-Unis n’ont pas mis à jour leur bouclier antimissile et Trump a décidé de le faire à tout prix, en modifiant sa structure même et en l’équipant de capteurs sophistiqués qui ne seront plus au sol, mais en orbite autour de la Terre. En outre, le président renforce considérablement le nombre et la capacité de ces systèmes de défense pour protéger la nation contre les armes expérimentales d’un nouveau type et de portée.

Donald Trump se prépare à la guerre psychologique

En général, celle d’hier est l’aboutissement d’un réarmement américain qui ramène le pays aux années de Ronald Reagan et sa célèbre citation de “Star Wars. En 1983, le président de l’époque a proposé – et en raison de la résistance au Congrès, il n’a pas réussi – un bouclier défensif avec des armes balistiques situées dans l’espace pour détruire les missiles à différents moments de sa trajectoire. La nouvelle stratégie de défense antimissile, qui a été rendue publique hier après la visite de M. Trump au Pentagone, mentionne à trois reprises l’Espagne comme un allié stratégique de la défense américaine au sein de l’OTAN. Surtout, il souligne le stationnement de quatre navires de défense antimissile Aegis sur la base navale de Rota et reconnaît la collaboration militaire de l’Espagne au ” renforcement de son système de défense antimissile et aérienne par l’acquisition de nouveaux systèmes Patriot en Allemagne “.

Cette révision du système aurait dû être approuvée en 2018, mais Trump, après son entrée en fonction, a décidé de le reporter car il ne semblait pas assez ambitieux. “Le monde est en train de changer, mais nous allons changer beaucoup plus vite que le reste du monde “, a déclaré le président hier. “Nous devons investir dans la recherche et le développement d’armes qui nous permettront d’être toujours en avance sur ceux qui nous veulent du mal.

En dépit de ses relations complexes avec les dirigeants militaires du pays, le président a fait un effort pour renforcer le Pentagone et s’est tourné vers lui lorsque le reste de Washington lui a tourné le dos. Lorsqu’il s’est rendu compte qu’il ne pouvait pas tenir sa promesse de construire un mur avec le Mexique aussi rapidement qu’il l’avait prévu, Trump a envoyé 5 900 soldats à la frontière, où ils seront au moins jusqu’en septembre. En l’absence de budgets pour le mur, le président a trouvé un financement possible dans les fonds militaires excédentaires des années précédentes, qu’il pourrait mobiliser s’il déclarait l’état d’urgence. Depuis que Reagan a commencé à développer des systèmes antimissiles dans les années 1980, les Etats-Unis y ont investi quelque 300 milliards de dollars (260 milliards d’euros). Le bouclier actuel a été conçu sous la présidence de George Bush Jr.

En octobre, Trump a unilatéralement retiré les États-Unis du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire avec la Russie, qui était en vigueur depuis 40 ans et empêchait les deux pays de développer et d’installer des missiles balistiques de moyenne portée. La rupture d’un accord crucial pour la fin de la guerre froide permet aujourd’hui à Trump de positionner des missiles à moyenne portée dans le Pacifique pour contenir le réarmement de la Chine.

Plusieurs partenaires européens, dont les gouvernements français et espagnol, ont critiqué les récentes décisions militaires de Trump, notamment l’augmentation du nombre de missiles dans son arsenal. La vérité, cependant, c’est que c’est Barack Obama qui, en 2014, a dénoncé le non-respect des traités par la Russie en développant et testant des missiles à moyenne portée pour intimider d’anciens satellites comme l’Ukraine.

Malgré ses efforts pour parvenir au désarmement de la Corée du Nord, notamment sa rencontre avec le dictateur Kim Jong Un, Trump a accusé hier la Corée du Nord de poser toujours “une menace extraordinaire. En août, la Maison-Blanche a annoncé qu’elle équipera l’année prochaine les forces armées américaines d’une sixième branche, la Space Force, qui s’ajoutera à l’armée, à la marine, à l’aviation, au corps des marines et aux garde-côtes. Son objectif sera de lutter contre les menaces dans l’espace, au moment même où la Chine a lancé des missions d’exploration au-delà de l’atmosphère.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *