Trump et Poutine soutiennentAl Assad à la tête du régime syrien d’après-guerre

Publié par Simon Taquet le décembre 25, 2018 | Maj le décembre 27, 2018

Annonce surprise faite par Trump, mercredi, sur Twitter, a quitté son administration en partie avec un pied tourné. Hier, il était évident que nombre de ses hauts responsables de la sécurité nationale ou de la défense n’avaient pas été informés de l’affaire. Personne n’était plus mal à l’aise que James Jeffrey, l’envoyé spécial des Etats-Unis pour la Syrie.

Discours prononcé au Conseil de l’Atlantique

Lundi dernier, dans un discours prononcé au Conseil de l’Atlantique – un groupe de réflexion de Washington – il a soutenu que l’administration Trump voulait un régime fondamentalement différent en Syrie, mais que cela ne signifie pas un changement de régime : Nous ne cherchons pas à éliminer Al Assad. C’est ce qu’a clairement indiqué Trump, mais Jeffrey n’a même pas soupçonné que des troupes devaient partir.

Dans une possible démarche dans cette direction, Jeffrey a assuré qu’Al Assad ferait une grave erreur s’il comptait sur le retrait de l’armée américaine, qui a soutenu les milices islamisme rebelles et coopère toujours de concert avec les milices kurdes dans le Nord du pays. Si c’est votre stratégie, vous allez devoir attendre longtemps, a-t-il prédit. Mais Al Assad n’a dû attendre que deux jours : le mercredi Trump a contredit Jeffrey de front. L’annonce de

Trump a provoqué un barrage de critiques aux États-Unis, dont beaucoup parmi ses associés républicains. Nous avons gagné Daesh , a célébré Trump mercredi dans une vidéo enregistrée devant la Maison-Blanche, dans une déclaration que peu de gens comprennent, puisque le groupe terroriste islamisme, bien qu’il ait perdu la majeure partie de ses forces en Syrie, est toujours actif dans le pays. Le président américain s’est contredit hier en déclarant que “c’était maintenant à d’autres”, en référence à la Russie, l’Iran et la Syrie, de combattre Daesh. “Chris Murphy, “Je pensais que nous avions vaincu Daesh.

Les critiques

Les critiques les plus sévères, cependant, venaient du banc républicain. Le sénateur conservateur Lindsay Graham, qui est devenu un allié ferme de Trump au cours des derniers mois, a appelé mercredi la décision “catastrophe” et l’idée que Daesh a été vaincu “fausses nouvelles”. Hier, Graham faisait pression à la Chambre haute pour que Trump reconsidère le retour des troupes et que, à l’avenir, toute décision similaire vienne après un ” processus inter-agences robuste “.

La comparaison entre la décision de Trump et la décision d’Obama de quitter l’Irak en 2012 – qui a conduit au décollage dans le pays de Daesh – était inévitable. Ainsi que le sentiment que le retrait va cimenter Assad au pouvoir et laisser la voie ouverte à la Russie dans le pays. “C’est un cadeau de Noël pour Vladimir Poutine “, a réagi la leader démocrate Nancy Pelosi.

Conférence de presse de Poutine

Parmi les 68 questions que le président Vladimir Poutine a posées hier lors de sa conférence de presse annuelle massive était une concernant la décision américaine de retirer ses troupes de Syrie et il a dit que cette mesure semble bonne, mais il dout que cela serait appliqué immédiatement. Les États-Unis sont présents, disons, en Afghanistan (…) ils y sont présents depuis 17 ans et presque chaque année, ils disent qu’ils vont retirer leurs troupes, mais, pour le moment, ils continuent, a dit M. Putin.

Le président russe, qui a également mis fin à plusieurs reprises à l’intervention militaire de son pays en Syrie sans qu’elle n’ait encore eu lieu, a une fois de plus souligné que la présence militaire américaine en Syrie est “illégitime” car elle n’a pas été autorisée par le régime de Bachar al-Assad et ne possède pas de mandat des Nations unies.

SelonTrump

Selon lui, les troupes américaines dans le pays arabe ne sont pas nécessaires elles n’ont pas de sens lorsqu’un processus de règlement politique du conflit est sur le point de commencer”. Il a notamment cité la liste des membres du “comité constitutionnel syrien que la Russie a réussi à négocier avec Assad, alors que, selon Poutine, “il n’aime pas toutes les composantes. D’autre part, il a critiqué l’émissaire de l’ONU, Staffan de Mistura, pour avoir ralenti le processus.

Moscou a accusé à plusieurs reprises Washington de soutenir des groupes djihadistes en Syrie et, en avril dernier, après les bombardements alliés contre des installations militaires de l’armée syrienne en représailles à l’utilisation présumée d’armes chimiques, la tension entre les deux pays a considérablement augmenté.

Poutine a dit hier qu’il était d’accord avec Trump que le Daesh a subi des “revers majeurs” en Syrie “mais aussi grâce à l’aide des forces russes”. Il a admis qu’il y avait des “divergences” avec Washington dans la lutte contre le terrorisme, mais a qualifié le “dialogue militaire” dans ce domaine de “constructif”.

L'actualité des Médias

1 commentaires sur "Trump et Poutine soutiennentAl Assad à la tête du régime syrien d’après-guerre"
  1. Pegasus

    Juste pour attirer votre attention sur ce que je considere comme une erreur de frappe, la confusion entre ‘Islamique’ et ‘Islamiste’.
    L’islamique est tout ce qui se rapporte a la civilisation ‘Islam’ alors que l’islamisme est une pensee extremiste.

    Le diable se trouve dans les details, surtout s’il s’agit de religion.
    (Mes excuses d’avance pour le texte non accentue, clavier en anglais)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *