Trump affronte Ryan pour s’être opposé à la limitation de la citoyenneté

Publié par Jerome le novembre 1, 2018 | Maj le novembre 1, 2018

À moins d’une semaine de l’élection, Donald Trump a un chapeau usé et des lapins étourdis. A une date électorale décisive pour lui, un véritable référendum sur sa présidence qui déterminera la seconde moitié de son mandat et sa réélection en 2020, le président américain s’est lancé à tout prix dans un cycle de diversion-attraction. Distraction sur les questions qui ont retenu l’attention aux États-Unis la semaine dernière et qui remettent en question les effets de la rhétorique agressive et de la confrontation – les colis piégés à leurs ennemis politiques, le massacre dans une synagogue à Pittsburgh – et attraction sur le message identitaire qui les a poussés aux élections présidentielles de 2016.

En moins de dix jours, Trump a lancé une salve de propositions où ce qui importe le moins, c’est leur viabilité et ce qu’il cherche à galvaniser l’électorat républicain à se rendre aux urnes : une des clés des élections législatives, où la participation passe généralement de 60% à 40% par rapport aux élections présidentielles.

Accès à la citoyenneté par la naissance

La dernière proposition est peut-être celle qui a suscité le plus de controverse : l’élimination du droit à la citoyenneté pour les personnes nées sur le territoire américain de parents sans papiers. Le ?ius soli ?, ou l’accès à la nationalité d’un pays à naître à l’intérieur de ses frontières, dans l’un des piliers constitutionnels de l’atout américain, contre l’opinion majoritaire des experts juridiques, l’a présenté comme quelque chose qu’il peut changer en un clin d’œil. Rien n’est plus faux : cela déclencherait une bataille juridique qui aboutirait devant la Cour suprême, qui respecterait probablement le texte constitutionnel. Même les partisans de l’idée l’ont critiqué, pour l’avoir fait quelques jours avant une élection, avec une intention électorale totale, sans la préparation qu’exige une réforme de ce type. Paul Ryan, le républicain qui préside la Chambre des représentants, s’y est opposé, ce qui lui a valu une condamnation du président : “Il ferait mieux de se concentrer sur le maintien de sa majorité au Congrès plutôt que de nous donner ses opinions sur la citoyenneté de naissance, dont il n’a aucune idée !

Envoyer des troupes à la frontière

La peur des immigrants a été un élément central de la campagne présidentielle de Trump en 2016. Aujourd’hui, il a repris le scénario avec la caravane des Centraméricains qui, dans son ton hyperbolique, a qualifié d'”invasion” et dénoncé sans preuves les “criminels”, les “membres de gangs” et les “personnes non identifiées du Moyen Orient”. Pour gagner la faveur de son public, il a fait appel à l’armée, ce qui consolide son image de leader dur. Mais l’envoi de troupes – il a annoncé hier qu’il était prêt à envoyer 15.000 soldats – ne peut être compris que d’un point de vue électoral : la caravane mettra encore des semaines et des mois pour atteindre la frontière. Les élections, oui, sont mardi prochain.

Des impôts encore plus bas

La semaine dernière, Trump a annoncé inopportunément qu’il approuverait un nouveau plan visant à réduire les impôts de la classe moyenne de 10 %. La proposition s’est estompée en quelques heures : il a déclaré que le Congrès l’approuverait avant les élections, lorsque les législateurs ne reviendront aux sessions qu’après le rendez-vous avec les bureaux de vote. Même son administration n’a pas été en mesure de donner des détails sur le plan financier, ce qui semblait être le fait du président.

Le Veto centraméricain

C’est une proposition qui a perdu de sa crédibilité avec les propres mots du président. Il a assuré qu’il fermerait la frontière à l’Amérique centrale et éliminerait leur accès à l’asile politique. Les problèmes logistiques et juridiques de l’idée sont insurmontables. Cette semaine, Trump changeait déjà son discours et anticipait la construction d’immenses centres de détention “tentes” pour immigrants.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *