Trump a décidé de ne pas punir l’Arabie saoudite après une offre nucléaire d’un million de dollars

Publié par Jerome le novembre 25, 2018 | Maj le novembre 25, 2018

A l’époque où la CIA en arrivait à la conclusion que le coupable ultime de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi était le prince héritier Mohamed bin Salman, celui-ci a lancé son projet le plus ambitieux à ce jour : doter le royaume d’une énergie nucléaire propre. Pour la construction d’une centrale nucléaire, il fera l’acquisition de conceptions et de matériaux américains d’une valeur de 80 milliards de dollars, qu’il communiquera personnellement à la Maison-Blanche. Quelques jours plus tard, après avoir reçu des rapports détaillés de la CIA sur le rôle de la couronne saoudienne dans l’assassinat du journaliste, qui vivait en exil aux Etats-Unis et travaille pour le quotidien américain “The Washington Post”, Donald Trump a publié une déclaration incendiaire dans laquelle il renonçait publiquement à toute sanction contre Riyad et réaffirmait son soutien au Prince, dont il disait “être responsable ou non.

Le volume des investissements saoudiens aux Etats-Unis a été décisif et a conduit Trump à donner la priorité au commerce sur la défense internationale des droits humains. En public, le président a déclaré que sa bonne volonté a déjà fait baisser le prix du pétrole brut, mais en réalité, c’est une raison secondaire. Les États-Unis achètent 40 % de leur pétrole au Canada, contre 9 % en Arabie saoudite.

Comme d’habitude, le président américain a exagéré les chiffres commerciaux saoudiens. Il a dit à plusieurs reprises que Riyad va investir jusqu’à 450 milliards de dollars dans les prochaines années aux États-Unis, dont 150 milliards pour l’achat d’armes. Jusqu’à présent, selon le Pentagone, seuls 14,5 milliards de paiements se sont matérialisés, un chiffre qui est déjà élevé, mais maigre par rapport à ces engagements.

Par conséquent, alors que la CIA resserrait le siège du palais, Bin Salman a envoyé son plan pour débourser 80 milliards pour son grand projet énergétique dans le royaume, qui comprend des centrales nucléaires avec 16 réacteurs et une forte poussée pour les renouvelables. Le New York Times a révélé hier le volume de ces investissements, qui ont suscité des inquiétudes parmi les agences de renseignement, l’opposition et le parti du président.

Normes internationales

Cinq sénateurs républicains, menés par Marco Rubio, ont demandé par lettre à Trump de suspendre ses contacts nucléaires avec l’Arabie saoudite. “Compte tenu des efforts déployés par votre gouvernement pour faire pression sur le régime iranien afin qu’il renonce à l’enrichissement de l’uranium et au traitement du plutonium, nous pensons qu’il est de la plus haute importance que le Royaume d’Arabie saoudite accepte et respecte les normes les plus strictes de conduite nucléaire “, disent-ils dans leur lettre envoyée fin octobre.

Après la conclusion par la CIA que Bin Salman a donné l’ordre à Trump de tuer Khashoggi, ces pressions sur lui ont doublé. “Compte tenu des actions récentes des dirigeants saoudiens, il est clair que toute coopération nucléaire avec le Royaume d’Arabie saoudite est contraire aux intérêts et aux valeurs des États-Unis “, a déclaré le sénateur démocrate Edward Markey dans une autre lettre au président, soulignant la contradiction de vouloir réduire les plans nucléaires de l’Iran et de partager la technologie américaine avec Riyadh.

Bin Salman a déclaré en mars que si l’Iran développe ses propres armes nucléaires, l’Arabie saoudite fera de même. Bien que Trump ait repris les sanctions contre l’Iran suspendues par Obama, le prince héritier saoudien a maintenu ses plans et a d’ailleurs fait part à Washington de son intention d’y développer le combustible fissile nécessaire aux centrales nucléaires, puisque le pays dispose de réserves d’uranium.

Si un pays a la capacité d’enrichir l’uranium, il peut facilement développer une bombe nucléaire. Il suffit de faire passer l’enrichissement de l’uranium de 4 % de la force nécessaire à l’utilisation civile et énergétique à 90 %. Et l’Arabie saoudite possède déjà des missiles à capacité nucléaire, acquis au cours des dernières décennies.

ambitions géostratégiques

Lors d’une comparution au Capitole en mars, le ministre de l’énergie Rick Perry a refusé de donner des détails sur les contacts du gouvernement américain avec l’Arabie saoudite en ce qui a trait au développement nucléaire, dont il dirige lui-même. Il a dit plus tard que si ce n’est pas l’Amérique. qui vend le matériel nécessaire à ses alliés à Riyad, ils l’achèteront, avec ces investissements de plusieurs millions de dollars, à la Chine ou à la Russie.

Actuellement, seuls les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni, Israël, l’Inde, le Pakistan et la Corée du Nord possèdent des armes nucléaires. De nombreux autres pays possèdent des centrales nucléaires et, en fait, les Émirats arabes unis construisent quatre réacteurs de conception et de matériaux sud-coréens. La différence réside dans les ambitions géostratégiques saoudiennes et l’interventionnisme dans la région. Depuis 2015, il dirige une coalition armée au Yémen, où il fait face à des milices soutenues par l’Iran.

Après l’assassinat de Khashoggi le 2 octobre au consulat saoudien d’Istanbul, la CIA a reçu de ses homologues turcs des rapports détaillés, notamment des dizaines d’enregistrements et des centaines de photos montrant que 15 soldats et agents saoudiens étaient envoyés pour tuer le dissident. Sa conclusion est que l’opération a été ordonnée par la Couronne saoudienne, qui a changé sa version des faits à plusieurs reprises. Il est passé de la négation à l’attribution de la mort de Khashoggi à une erreur ou à la décision unilatérale des conseillers de Bin Salman. Ce dernier a promis d’enquêter sur les faits jusqu’à la fin, ce que Trump croit ou du moins semble croire.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *