Ils trouvent le squelette d’un garçon du 5ème siècle qui a été enterré dans un rituel anti-vampire.

Publié par emma le novembre 1, 2018 | Maj le novembre 1, 2018

Les gens du coin l’appellent déjà le vampire de Lugnano, et bien sûr c’est un spectacle morbide. Une équipe d’archéologues a mis au jour les restes d’un enfant qui vivait au Ve siècle. Ce qui est curieux, c’est que les Romains l’enterraient de peur qu’il ne revienne du tombeau, et il pourrait y en avoir plus.

Culture à travers de la Chine à la Russie

L’enterrement dit des vampires est une pratique qui a existé dans de nombreuses cultures à travers l’histoire, de la Chine à la Russie, en passant par la plupart des pays d’Europe centrale ou la Grèce. De temps en temps, les habitants superstitieux de l’époque craignaient qu’un mort ne revienne d’entre les morts et accomplissait toutes sortes de rituels étranges pour l’empêcher de se produire. Parfois, ils lui enfonçait des piquets dans le corps ou lui coupaient la tête. D’autres ont été cloués au sol ou, comme dans le cas présent, une grosse pierre a été placée dans la bouche.

L’analyse des archéologues légistes conclut que la pierre a été introduite dans la bouche de l’enfant post mortem et qu’elle a été faite exprès. Il n’est pas possible que la roche se retrouve naturellement dans cette position à l’intérieur de la mâchoire.

De telles découvertes sont très rares à l’époque de la Rome antique. A Venise, le corps d’une femme a été retrouvé avec une brique dans la bouche, mais c’est la première fois qu’un rituel similaire apparaît dans le soi-disant Necropoli dei Bambini, un cimetière près de Lugnano qui était réservé aux enfants. Cependant, le corps de ce petit “vampire” nécessite un examen de toutes les découvertes antérieures dans la région.

Ce n’est pas la première fois que des artefacts supposés liés à des rituels magiques apparaissent dans cette nécropole. Les archéologues ont trouvé des pattes d’oie, des os de crapaud et même des chaudrons en bronze remplis de cendres. Tous sont attribués à des rituels magiques, mais jusqu’à présent, il n’y avait pas de clé pour les relier. Il y a des années, le squelette d’une fillette de trois ans dont le corps avait été lesté en plaçant de grosses pierres sur ses mains et ses pieds est également apparu.

On pense que l’enfant vient de mourir du paludisme. Il appartient en fait à une époque où il y avait un fléau énorme de cette maladie. Il n’est pas rare que les habitants de la région craignaient déjà que même les morts ne la répandent.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *