Trois nouveaux astronautes partent pour la Station spatiale internationale après l’échec du lancement en octobre.

Publié par Simon Taquet le décembre 4, 2018 | Maj le décembre 4, 2018

<Après l’échec du lancement du 11 octobre, qui a failli coûter la vie à deux cosmonautes, une fusée Soyouz-FG, à l’origine de l’incident à l’époque, s’est à nouveau révélée fiable. Le vaisseau spatial Soyouz MS-11 vient d’être mis en orbite pour la Station spatiale internationale (ISS). Le Russe Oleg Kononenko, l’Américaine Anne McClain et le Canadien David Saint-Jacques sont à bord.

Le lancement a eu lieu cet après-midi du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan. Le 16 novembre, une autre fusée Soyouz-FG a réussi à mettre en orbite un cargo Progress avec trois tonnes de fournitures, d’équipement et de carburant pour l’équipage de l’ISS. Mais on s’attendait à ce que la première mission pilotée après l’échec d’octobre puisse également atteindre l’espace sans encombre.

Le MS-10 Soyouz a dû interrompre son vol vers la plate-forme spatiale le 11 octobre parce que la deuxième phase de la fusée Soyouz-FG avait arrêté sa propulsion. Le PDG de Roskosmos, le légendaire cosmonaute russe Sergey Krikaliov, a ensuite expliqué qu’il y avait eu une “déformation” à l’usine d’un capteur pendant l’assemblage de la fusée et, après le lancement, “une collision d’un élément latéral de la première phase de la fusée” qui a endommagé la deuxième phase.

 

Accélération brutale

L’incident s’est produit deux minutes après le départ de Soyouz MS-10 de Baïkonour. Il avait à son bord le Russe Alexei Ovchininin et l’Américain Nick Hague. La défaillance a activé le système d’éjection automatique du bloc où se trouvait la capsule, les parachutes ont été ouverts et les deux hommes ont pu rentrer sur Terre sains et saufs. Mais ils ont été soumis à une accélération brutale, qui a atteint près de 7 g (sept fois la force de gravité).

Selon Roskosmos, Ovchinin et Hague seront envoyés à l’ISS le printemps prochain.

Sur la plate-forme spatiale sont maintenant le russe Sergey Prokopiev, l’américaine Serena Auñón-Chancellor et le Gerst Alexander allemand. Ils sont arrivés en juin. Le vol lancé aujourd’hui était prévu pour le 20 décembre, mais la décision d’octobre l’a forcé à l’avancer. Quelque chose comme cela ne s’était pas produit depuis 1983.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *