Les travailleurs d’Amazon reprennent la grève jeudi et vendredi avant Reyes

Publié par Simon Taquet le janvier 3, 2019 | Maj le janvier 3, 2019

Les syndicats en Amazonie reprendront demain et ce vendredi les grèves dans le centre logistique de San Fernando de Henares (Madrid), coïncidant avec la campagne de Reyes, pour exiger des améliorations syndicales.

Deux nouveaux jours de grève

Avec ces deux nouveaux jours de grève, les syndicats convoquants CCOO et CGT vont terminer les huit jours de grève qu’ils avaient annoncé au début novembre.

Plus précisément, les grèves ont eu lieu les 23 et 24 novembre, pendant le Vendredi noir ; les 7 et 9 décembre, pendant la fête de la Constitution ; les 15 et 30 décembre, et les 3 et 4 janvier, Three Kings Eve, étant les jours les plus populaires de l’année. Coïncidant avec la grève du 30 décembre, les syndicats ont mis en garde contre des retards dans certaines commandes de Noël.

Ces grèves s’ajoutent à d’autres précédemment effectuées au centre logistique d’Amazon à San Fernando de Henares, la plus grande plateforme du géant du e-commerce en Espagne et la première ouverte dans le pays.

Les travailleurs de l’usine d’Amazon en Espagne réclament des améliorations salariales et des améliorations en matière de conciliation et de santé au travail car ils accusent Amazon d’avoir changé l’accord d’entreprise pour un autre accord sectoriel de manière unilatérale afin de supprimer les droits et les compléments de salaire liés à deux des catégories professionnelles qui touchent environ 200 personnes.

Après avoir pris connaissance des données de l’IPC pour 2018, les syndicats estiment que l’augmentation salariale pour les magasiniers devrait être supérieure à 235 euros/an, pour les spécialistes 270 euros/an et pour les chefs d’équipe supérieurs à 345 euros/an.

Cette augmentation, selon les syndicats, devrait intervenir automatiquement, avec paiement rétroactif en janvier 2018.

Toutefois, ils considèrent que l’augmentation de salaire n’aura pas lieu en raison de l’attitude de l’entreprise et soulignent que leurs salaires ont été dévalués de 1,2% cette année en raison de l’augmentation du coût de la vie.

Noter cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *