Theresa May, première ministre dans sa nébuleuse

Publié par Simon Taquet le décembre 22, 2018 | Maj le décembre 22, 2018

Les dirigeants européens des années 1980 détestaient Margaret Thatcher, une chinita vivace dans ses chaussures. Mais ils l’admiraient aussi. Le malicieux et rusé Mitterrand est allé jusqu’à le définir : “Il a les yeux de Caligula et les lèvres de Marilyn Monroe”. Parmi le public anglais, la bravoure du béton armé avec lequel la Dame de fer a défendu les intérêts britanniques à Bruxelles est légendaire. Lors d’un sommet européen de 1984 sur les allocations budgétaires, Thatcher, avec son inséparable sac à main planté à ses côtés, a commencé à applaudir avec véhémence la table comme il l’avait demandé : “Je veux récupérer mon argent”. Avec son courage, elle a gagné ce conflit et a réussi à réduire la contribution britannique.

Ou va donc le Royaume Unis actuellement ?

Theresa May, la deuxième femme locataire de Downing Street de l’histoire, n’est pas Thatcher. Ils partagent le conservatisme et les origines de l’Angleterre la plus traditionnelle -celle d’antan était la fille d’un commerçant et celle d’aujourd’hui, d’un révérent- ; un monde laborieux, réservé et stoïque jusqu’à la pathologie. Ils sont également rejoints par leur entêtement, ou capacité d’endurance. Mais Theresa Mary Brasier, ainsi surnommée avant d’épouser une amie de son époque d’étudiante en géographie à Oxford, l’actuel directeur du fonds Philip May, n’a pas le poids idéologique de Thatcher et de ce nerf rebelle qui résume si bien sa devise personnelle : “La dame n’est pas à tourner”, la dame ne va pas corriger.

Ces défauts de May viennent de devenir visibles à Bruxelles. Ses dernières tentatives pour être dur avec l’UE et obtenir de nouvelles assurances sur la frontière invisible entre les deux Irlandais se sont terminées vendredi à l’heure du petit déjeuner dans une comédie avec le descacharrante Juncker. Après les libations du dîner de jeudi, Juncker, de l’attachement bien connu aux esprits, a commencé à déclarer sans ambiguïté que les Britanniques “doivent dire une fois pour toutes ce qu’ils veulent” et cesser d’être “imprécis et nébuleux” (ce qui est bien vrai). Le matin, May s’en est prise à lui. Il l’a confronté en l’accusant de l’accuser d’appeler cela une “nébuleuse”, un affront à une femme d’État qui commence habituellement tous ses discours par le “laissez-moi être très clair à ce sujet. Le bureaucrate luxembourgeois a tout nié. “A la fin, elle m’a même donné deux baisers,” ajoute-t-elle avec un peu de retintintine. Mai n’impose pas en Europe.

Un style différent pour May

La semaine dernière a été écrasante pour la première ministre de 62 ans, mariée depuis 1980 avec son seul amour, fidèle croyant anglican, un peu timide, hyper-contrôleur et extrêmement travailleuse. Au cours de son long et fructueux mandat de ministre de l’Intérieur sous Cameron, ses compagnons l’ont surnommée Karla, la tête inaccessible des espions soviétiques dans les romans de Le Carré. Nick Clegg préférait un autre pseudonyme, la Reine des glaces. Une femme grande, légèrement affalée, aux os fins, fière de ses jambes et malheureuse de son nez ; une fashionista – dans une émission de radio – a avoué que le luxe d’être emmenée sur une île déserte serait “un abonnement à vie à Vogue” – et dont la marque esthétique est le mocassin fantastique, presque toujours de Russell &amp ; Bromley, qui sont loin de représenter un luxe exclusif (même le client a une paire). May est une femme qui, si elle fait semblant d’être gentille, comme lorsqu’elle a dansé au rythme d’Abba lors du dernier congrès conservateur, inspire des sensations allant de la compassion douce à la franchise chorégraphique. Elle ne comprend tout simplement pas.

Probablement la meilleure explication de la façon dont May a été donnée par elle-même avant son arrivée au pouvoir : “Je ne suis pas une politicienne flashy. Je ne fais pas de tournées télé. Je ne bavarde pas sur les gens aux déjeuners. Je ne bois pas dans les bars du Parlement. Je fais juste le travail devant moi.” May, qui a étudié dans un lycée, est aux antipodes des patrons d’Eton et d’Oxford qui ont dominé la politique britannique pendant des siècles. Sa tristesse sous-jacente est qu’elle ne pouvait pas avoir d’enfants, ce qu’elle voulait. Sur le plan politique, ses deux autres déplaisirs sont la mort de son père dans un accident de la circulation et la mort immédiate de sa mère d’une maladie dégénérative et la découverte en 2012 qu’il est diabétique de type 1 (injection quotidienne d’insuline).

May est une conservatrice traditionaliste, mais avec des nuances : elle est féministe et a fondé en 2006 une association pour les femmes, également votée pour le mariage gay. En même temps, en tant que fille d’un curé de paroisse et paroissienne de la messe dominicale qu’elle est, sa foi marque toute son action, y compris politique : “Être chrétienne fait partie de qui je suis et comment je fais face aux choses.

C’est peut-être pour cela qu’en atteignant le numéro 10 en juillet 2016, il a promis un conservatisme plus compatissant et intégratif que celui des libéraux “yuppies” Cameron et Osborne, un desideratum qui souligne avec une autre de ses béquilles : “Je veux un Royaume-Uni qui fonctionne pour tous. Le classicisme reste le mal endémique du pays. En fin de compte, ses paroles ne sont restées qu’une déclaration d’intentions, car Brexit a consumé toutes ses forces pendant ces deux ans et demi au pouvoir. May est une politique approfondie, de peu d’imagination, mais qui a une vertu : elle ne fait pas de bêtises, elle va de l’avant en toute sécurité et avec bon sens. Mais le Brexit, c’est trop pour elle. Ce serait probablement aussi pour un leader plus doué.

Hamletian doute

Comme un bon Anglais dans la campagne du Oxfordshire, le traditionaliste May était toujours eurosceptique. Mais lors du référendum, il a soutenu à contrecœur le “reste”, par loyauté envers son patron Cameron et sans faire activement campagne. Après le triomphe de Brexit, son sens du devoir et de la démocratie l’a amenée à respecter la décision du peuple et à l’appliquer, d’où la tautologie qu’elle a répétée jusqu’au bout : “Brexit is Brexit and we will make it a success”.

Europe a toujours été au cœur du Parti conservateur. C’est l’éléphant dans la pièce qui a déjà pris Thatcher à l’avant. Les mocassins léopard de May ont dansé sur le fil, avec des ministres des deux sensibilités haut placés dans leur Cabinet : le ministre de l’Economie est un européiste et ceux qui ont mené des négociations avec l’Europe, des brexiteros ardents. Cet équilibre impossible lui a presque coûté la tête mardi dernier, lorsqu’elle a sauvé une motion interne de son parti, un tiers de ses députés ayant voté contre et étant obligée de promettre qu’elle ne ferait plus la une des prochaines élections.

May, devenue un “canard boiteux”, doit soumettre prochainement au Parlement le projet d’accord auquel elle est arrivée avec Bruxelles, un vote prévu mardi dernier mais dont elle a donné sa démission à la dernière minute, sachant qu’elle allait le perdre. Cette fois-ci, elle ne trouvera probablement pas d’appui non plus et sera défaite aux Communes. Ensuite, les Britanniques supposeront enfin qu’il n’y a que trois moyens de sortir du carcan du Brexit qui déchire le pays : partir sans aucun accord, comme l’ont exigé des bretteurs hooligans comme Rees-Mogg, le chef de la faction Tory rebelle ; l’option norvégienne (rester dans le marché unique mais contribuer et accepter la libre circulation, ce que les travaillistes de Corbyn souhaitent) ou un référendum, option qui était une chimère et est maintenant devenue possible (cinq ministres sont déjà sur ce point).

May, un grand fan de cricket, ne sait vraiment pas où finira la balle qui a été tirée dans le vide à partir des urnes du référendum des Cameron en juin 2016.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *