Theresa May nie que le plan Chequers est mort, mais ne le nomme plus.

Publié par Jerome le octobre 17, 2018 | Maj le octobre 17, 2018

Le Premier ministre britannique, Theresa May, a déclaré mercredi que le soi-disant “plan Chequers” pour la sortie de l’Union européenne (UE), convenu avec son gouvernement en juillet dernier, “n’est pas” mort, bien qu’il ait cessé d’y faire référence.

Mme May, qui se rend mercredi à Bruxelles pour présenter sa proposition aux autres dirigeants de l’UE lors d’un sommet décisif, s’est montrée catégorique lors de sa comparution hebdomadaire à la Chambre des communes lorsque le chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn lui a demandé pourquoi elle n’avait pas cité ce plan dans ses discours parlementaires.

“Cela signifie-t-il que le plan de Chequers est mort ? “, a demandé le dirigeant socialiste, rappelant que plusieurs ministres conservateurs ont refusé de le soutenir publiquement.

“Il me demande si le plan Chequers est mort et la réponse est non”, a réfuté May.

Le soi-disant “plan Chequers”, qui envisage la création après Brexit d’un marché commun de biens anglo-communautaires avec équivalence réglementaire, a provoqué la démission de deux ministres en juillet dernier, et est critiqué à la fois par l’opposition et par les Conservateurs eux-mêmes. Face aux divisions au sein de son parti et à la fragile unité de son cabinet, May a cessé de nommer le plan controversé, bien qu’il soit censé continuer à gouverner sa stratégie de négociation avec le bloc européen, car aucune alternative n’a été révélée.

“Rien n’est convenu tant que tout n’est pas convenu.”
M. Corbyn a également demandé au mois de mai de confirmer si le Royaume-Uni devra payer la majeure partie de la facture de sortie de l’UE estimée à 39 milliards de livres (44,3 milliards d’euros) en l’absence d’un accord bilatéral.

May a répondu que “c’est un pays qui remplit ses engagements juridiques”, tout en rappelant que, comme le croit aussi Bruxelles, “rien n’est convenu tant que tout n’est pas convenu”.

Le Premier ministre se rendra cet après-midi dans la capitale belge, où elle exposera les Vingt-sept à sa position sur Brexit avant qu’ils ne se réunissent seuls pour décider des prochaines étapes.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *