Theresa May : il y aura “division et incertitude” si le Parlement ne soutient pas Brexit

Publié par Jerome le novembre 27, 2018 | Maj le novembre 27, 2018

Theresa May se concentre sur l’approbation du règlement de divorce par le parlement de son pays, tout en reconnaissant qu’elle n’a pas la majorité. Il a insisté sur le fait qu'”il n’y a pas de meilleure affaire possible”. Le Premier ministre britannique Theresa May a défendu devant la Chambre des communes l’accord conclu avec l’Union européenne sur Brexit le 25 novembre lors d’un sommet à Bruxelles.

Comment va faire Theresa May ?

Lors de sa comparution devant le Parlement le 26 novembre, le Premier ministre britannique a averti les représentants de la Chambre des conséquences pour le pays de ne pas approuver l’accord conclu.

Dans son discours, le chef du gouvernement a déclaré que si l’accord n’est pas approuvé, il y aura division et incertitude au Royaume-Uni. “Je pense que notre intérêt national est clair. Les citoyens britanniques veulent que nous continuions avec un accord qui honore le référendum (du 23 juin 2016) et qui nous permettra de nous réunir à nouveau en tant que pays “, a déclaré May. Le premier ministre a dit : “Il n’y a pas de meilleure affaire. De cette façon, un processus de débats est amorcé à la Chambre des communes au sujet de l’accord.

Reuters a cité un porte-parole du bureau de May qui a dit que les représentants de la Chambre des communes débattront pendant cinq jours et que le vote final pourrait être connu entre le 11 et le 12 décembre.

“Personne ne sait ce qui arriverait si ce pacte n’était pas approuvé. Ce serait ouvrir la porte à plus de division et à plus d’incertitude, avec tous les risques que cela comporte (…) Notre devoir en tant que Parlement dans les prochaines semaines est d’examiner cet accord en détail, d’en débattre avec respect, d’écouter nos électeurs et de décider ce qui est dans notre meilleur intérêt “, a dit le Premier ministre.

Les opposants de Brexit ont réagi à l’accord : “Le Premier ministre doit préparer un plan B.”

May se trouve dans une situation compliquée : d’une part, elle doit faire face à l’opposition féroce que lui opposent certains membres de son propre parti, alors que l’Union européenne n’a montré aucun signe de volonté de reprendre les négociations si l’accord n’avance pas.

Outre les critiques des politiciens, certains médias, comme le quotidien “The Sun”, ont qualifié l’accord de “capitulation”.

“Cela n’arrivera jamais… il est mort comme un dronte”, a déclaré le législateur conservateur Mark François, qui était également en faveur des déclarations du journal.

Dans ce contexte, le chef de l’opposition Jeremy Corbyn a exhorté le chef du gouvernement britannique à répondre à la possibilité que l’accord ne soit pas approuvé par le Parlement.

“Cet accord n’a pas l’appui de la Chambre ni de l’ensemble du pays. Au lieu de menacer la Chambre avec le scénario d’une sortie sans accord, le premier ministre doit préparer un plan B, ce que ses prédécesseurs n’ont pas fait “, a dit Mme Corbyn après la comparution du premier ministre.

Mme Corbyn a déclaré que Mme May pourrait renégocier un accord qui lui permettrait d’obtenir le soutien des députés européens sur la base de “la permanence dans l’union douanière et une forte permanence dans le marché commun, protégeant les droits des travailleurs et les normes environnementales”.

Selon l’agence de presse Reuters, May aurait besoin d’une majorité simple pour que l’accord soit adopté, soit environ 320 voix. Toutefois, ce chiffre pourrait être de l’ordre de 305 voix si l’on tient compte des maladies et des maladies.
abstentions.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *