Une grande salle des fêtes des années 1920, deux gangs rivaux de gangsters à la gâchette facile, des amours impossibles, des rivalités familiales, des luttes de pouvoir et une femme qui tente de se faire une place dans un monde clandestin qui ne lui appartient pas. La prémisse de “El Continental”, la nouvelle série TVE, est presque aussi puissante que la distribution de fiction de luxe, dirigée par Michelle Jenner et Álex García, entourée d’artistes primés tels que Manolo Solo, Roberto Álamo, Fernando Tejero, Raúl Sánchez Arévalo, Secun de la Rosa, Paz Vega, Antonio de la Torre, Alexandra Jiménez, Juan José Ballesta, Christian Sánchez et Raúl Tejón Mais de l’idée à l’écran, il y a tout un processus, et c’est là que “El Continental” est plus comme un tir en l’air.

La nouvelle série The Continental

Les dix chapitres de la première saison de fiction sont créés, écrits et réalisés par Frank Ariza (“Dreamland”, “Pardonne-moi, Seigneur”), aidé par Antonio Onetti et Jaime Palacios dans le scénario, bien qu’il soit d’usage que ces tâches soient mieux réparties à la télévision. Au cours de la présentation, les responsables de “El Continental” ont parlé d’un produit “différent”, situé dans un monde presque comme un “conte”, avec “une façon différente de le raconter”. Bref, la “dystopie”. Bien sûr, la liberté de création ne peut être niée. Dans le monde de “El Continental”, qui n’est pas le Madrid des années vingt, parce que l’horizon de la ville est plein d’usines plus typique de toute ville britannique de l’époque, bien qu’il y ait des voitures, le protagoniste va à cheval, se coiffer comme un chrétien dans la Coupe du monde, porte des lunettes de soleil et porte la sucette de Van Helsing.

Les références ne manquent pas. Mais de “Peaky Blinders”, malheureusement, il n’y a que le ton wéstern, souligné par une musique presque constante. “Il y a des allusions, mais je vois dans l’affiche promotionnelle que tout indique une fille qui est l’axe de l’histoire, qui est très différente de l’histoire avec laquelle elle est comparée. Elles coïncident peut-être dans le monde occidental, mais il y a aussi des touches de “Moulin Rouge”, explique son créateur.

Dans ce cocktail aux multiples séries en une, l’histoire développée dans un premier épisode de plus de quatre-vingt-dix minutes, est aussi la proie de sa longue durée. Une bonne paire de ciseaux dans le montage et des ellipses dans les moments nécessaires amélioreraient la fiction, faciliteraient la compréhension parfois difficile de l’histoire et la rapprocheraient de sa bande annonce prometteuse. Son créateur a promis de mettre les ciseaux pour ses débuts sur le petit écran.

Ne vous attachez pas trop aux personnages non plus. Trente minutes après le début de l’épisode, à peine le temps de s’identifier au personnage, “El Continental” subit sa première perte. Et il y en aura d’autres, leurs créateurs l’ont promis.

Visuellement, on peut apprécier cet effort d’innovation dans la mise en scène, mais le risque ne va pas toujours bien. Il y a des plans avec des positions de caméra et des mouvements presque impossibles, qui ne sont pas toujours une vantardise esthétique de Baz Luhrmann. A ce stade, le spectateur de fiction comprend qu’il se trouve devant une mémoire sans avoir à passer les plans à travers un filtre blanchâtre et à utiliser le signe “vingt ans plus tard”.

La meilleure façon d’entrer dans ce monde fantastique est de prendre du recul. Et laissez-vous emporter par la bonne humeur, si possible avec un bon verre de vin.

Noter cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici