Les taxis volants arrivent : un rêve qui commence à devenir réalité

Publié par Jerome le octobre 6, 2018 | Maj le octobre 6, 2018

Les grandes villes ont un grave problème d’urbanisme : la mise en bouteille continue des véhicules aux heures de pointe, ce qui rend la vie en commun insupportable et fait perdre du temps. La science-fiction a toujours gardé à l’esprit ce à quoi pourrait ressembler l’avenir des transports dans les métropoles. Et l’un des systèmes qui commencent à se mettre en place sont les taxis dits volants. Espèce d’hélicoptère plus petit conçu pour transporter un ou deux passagers. Le Japon, Dubaï ou le Royaume-Uni commencent à explorer leurs possibilités.

Les taxi volants sont la !

L’un des ajouts récents à cette guerre est le démarrage d’une entreprise à Bristol (une ville du sud-ouest de l’Angleterre), qui a passé avec succès son premier test à bord d’un avion. Vertical Aerospace, une entreprise émergente L’appareil, alimenté par un système électrique, a réussi à décoller et atterrir verticalement, selon The Telegraph. Une étape importante dans la réalisation des ambitions de taxi aérien explorées par l’industrie du transport. L’objectif : changer l’asphalte pour le ciel.

L’un des aspects positifs de ce type de transport est que, d’après ce que l’on voit dans les projets qui ont été développés, il est conçu pour prévenir les émissions de dioxyde de carbone, qui affectent l’environnement. Le prototype de la firme britannique est équipé de quatre hélices réparties entre l’avant et l’arrière. Inspiré des hélicoptères traditionnels, ce projet promet de suivre une route préétablie sans qu’un pilote n’ait à faire de détours vers un aéroport. Une technologie dotée de systèmes autonomes devrait constituer la base sur laquelle elle serait maintenue pour l’implantation, bien qu’elle soit encore dans une phase embryonnaire.

Une idée qui, bien qu’ayant reçu l’autorisation de la Civil Aviation Authority dans le cas de l’Angleterre, représente l’antichambre des changements en matière juridique et de la nécessité de trouver une place pour la sécurité aérienne. Mais ce n’est pas la première entreprise à proposer quelque chose de similaire. Le gouvernement du Japon a signé une alliance avec plusieurs compagnies de services aériens pour explorer les possibilités offertes par les avions de tous les jours sur une période maximale de dix ans. Selon “Bloomberg”, à l’heure actuelle, 21 entreprises ont adhéré, dont des poids lourds comme Airbus, Uber, Boeing, Toyota ou Japan Airlines.

Uber, l’une des entreprises qui a déposé le plus d’intérêt dans ces véhicules, est même à la recherche d’un siège social en dehors des États-Unis pour le développement d’une flotte de taxis volants. Le Japon, l’Australie ou la France sont quelques-uns des marchés sur lesquels il a concentré ses recherches. Cette bataille implique également le gouvernement de Dubaï, qui a inauguré une piste d’essai en juillet. L’année 2020 a également été marquée pour eux par leurs débuts officiels. Des prototypes conçus par Audi et Airbus seront utilisés pour tester cette technologie même en Allemagne. D’importants investissements dans ce domaine ont commencé à arriver, comme c’est le cas de Kitty Hawk, une société à laquelle Larry Page, fondateur de Google, a participé et qui a lancé une initiative en Nouvelle-Zélande avec laquelle elle vise à révolutionner le transport dans les prochaines années.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *