Starbucks et American Airlines parient sur l’élimination des pailles de plastique

Publié par Jerome le octobre 3, 2018 | Maj le octobre 3, 2018

Cette semaine, Starbucks et American Airlines ont annoncé qu’elles élimineraient progressivement la distribution des pailles en plastique, ce qui s’ajoute aux nombreuses entreprises qui ont déjà réduit l’utilisation de ce matériau. American Airlines a annoncé le 10 juillet son intention de réduire la distribution de plastique dans ses salons d’aéroport et à bord de ses avions. À partir de ce mois-ci, les boissons de salon seront livrées avec des pailles biodégradables et des bâtonnets en bois. L’élimination à bord commencera en novembre, lorsque les soi-disant pailles et agitateurs en plastique seront remplacés par du bambou.

La des pailles en plastique

“Nous sommes conscients de notre impact sur l’environnement et nous restons déterminés à faire notre part pour préserver la planète “, a déclaré Jill Surdek, vice-présidente des services de vol, dans un communiqué. La compagnie aérienne affirme que ce changement permettra d’éliminer plus de 32 200 kilogrammes de plastique chaque année.

Cette annonce a été faite le lendemain du jour où le géant du café Starbucks Corp a annoncé qu’elle remplacerait les pailles de plastique à usage unique dans ses 28 000 magasins dans le monde d’ici 2020. La plus grande chaîne de café du monde proposera des pailles ou des couvercles en matériaux alternatifs qui n’ont pas besoin de pailles. Au cours des deux derniers mois, un plus grand nombre d’entreprises américaines se sont engagées à réduire les pailles de plastique, notamment Alaska Airlines, Bon Appétit, SeaWorld Entertainment, Royal Caribbean Cruise Line et la chaîne hôtelière Hyatt. Des sociétés d’autres parties du monde ont également rejoint le mouvement, notamment les sites britanniques de McDonald’s et Marriott International et le groupe français de boissons Pernod Ricard.

“Avec huit millions de tonnes métriques de plastique qui entrent dans l’océan chaque année, nous ne pouvons pas permettre à l’industrie de rester à l’écart “, a déclaré Nicholas Mallos, directeur du programme Ocean Conservancy’s Trash Free Seas.

“Le problème des plastiques dans les océans est une bombe à retardement.”

Selon les experts, le plus gros problème des plastiques jetables est le temps qu’ils mettent à se décomposer. Cela crée de graves risques pour les écosystèmes, en particulier ceux qui dépendent des océans et des mers.

Les conséquences de la consommation à grande échelle de plastiques à usage unique comme les pailles ne sont pas négligeables. Selon un récent rapport de la FAO, si le taux de consommation actuel se maintient, d’ici 2050, il y aura plus de plastique que de poisson dans les océans. La FAO a également indiqué que depuis les années 50, la production de plastiques est plus importante que celle de tout autre matériau.

“En effet, le problème des plastiques dans les océans est une bombe à retardement “, a déclaré Carolina Rosendorn, coordinatrice éditoriale de Sparknews, dans l’un de nos derniers numéros de Pleins feux.

Et les microplastiques, ou petits morceaux de plastique qui peuvent résulter de la rupture des bouteilles et des pailles sont plus présents que beaucoup ne le pensent.

“Une étude réalisée l’année dernière montre qu’ils sont pratiquement omniprésents. Il y en a partout. Ils sont dans l’océan, ils sont dans l’air, ils sont dans l’eau potable que nous consommons “, a dit Rosendorn.

Les efforts pour réduire la distribution de plastiques jetables ne viennent pas seulement des entreprises : UN Environment a fait de “#Plastic Pollution Free” son thème pour la Journée mondiale de l’environnement en 2018 et certains gouvernements ont accepté de fixer leurs propres restrictions sur ce matériau.

Mais avec 13 millions de tonnes de plastique qui se retrouvent chaque année dans l’océan, selon les chiffres de l’ONU, il n’est pas encore clair si ce mouvement antiplastique fera une différence significative.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *