Sri Lanka, Myanmar, Philippines…. Quand Facebook encourage le génocide et les meurtres

Publié par Jerome le octobre 21, 2018 | Maj le octobre 21, 2018

Il ya quelques jours, en essayant d’entrer dans le profil Facebook du général birman Min Aung Hlaing le lien semble brisé. “Cette page n’est pas disponible. Il est possible que le lien que vous avez suivi soit incorrect ou que la page ait été supprimée “, prévient le réseau social. Cependant, Min Aung Hlaing n’a pas été retirée du réseau social ; c’est la propre entreprise de Mark Zuckerberg qui l’a éliminée après qu’un rapport de l’ONU ait demandé que les militaires fassent l’objet d’une enquête pour le possible génocide des Rohingya, une minorité musulmane qui a dû fuir l’année dernière au Bangladesh voisin après une campagne de répression menée par l’armée sous les ordres de Min Aung Hlaing.

Que fait Facebook dans ces pays d’Asie ?

Pour beaucoup d’entre eux, cette mesure arrive trop tard après que Facebook a regardé impassiblement pendant des années leurs profils utilisés pour alimenter la haine raciale au Myanmar et dans d’autres pays de la région. Min Aung Hlaing lui-même a été l’une des figures clés qui a alimenté le feu sur Facebook. “Il a été exagéré de dire que le nombre de ” Bengalis ” fuyant au Bangladesh est très élevé “, a déclaré le général dans son profil en octobre dernier, au milieu de la crise qui a provoqué la fuite de plus de 700.000 réfugiés vers le Bangladesh voisin. Le général a aussi souvent rappelé que le gouvernement considère les Rohingyas comme des immigrants illégaux en provenance du Bangladesh et que depuis 1982, la loi sur la citoyenneté leur refuse la nationalité. “Lorsque la région est tombée sous le joug du colonialisme britannique en 1824, les Bengalis du Bengale sont entrés comme ouvriers agricoles. (…) Ces Bengalis sont restés en permanence dans la région. Et puis sa population a augmenté progressivement”, a-t-il dit dans le même poste.

Le Myanmar n’est pas le seul pays où Facebook est sous les feux de la rampe pour avoir permis à la propagande haineuse de dominer dans les messages et les commentaires. En avril dernier, une enquête du New York Times a dénoncé que Facebook avait joué un rôle clé dans les attaques contre les musulmans enregistrées dans plusieurs villes du Sri Lanka entre février et mars. Le gouvernement lui-même était conscient du rôle de ces plateformes et a bloqué plusieurs réseaux sociaux pendant 72 heures pour empêcher la violence de se propager davantage.

Au Sri Lanka, cependant, ce n’était pas un phénomène nouveau. Ainsi, une étude réalisée en 2014 par le Center for Policy Alternatives a noté que de tels messages au Sri Lanka, un pays qui a émergé en 2009 d’une guerre civile qui a duré des décennies, ont été fréquents ces dernières années, ciblant principalement les musulmans et que ” une quantité considérable de discours de haine sur les réseaux sociaux au Sri Lanka se produit sur Facebook.

Aux Philippines, pays du monde où les internautes passent le plus de temps sur les réseaux sociaux à travers le monde, le président Rodrigo Duterte a utilisé le réseau social pour remporter les élections et maintenir sa popularité dans le cadre d’une dure campagne de répression contre la drogue qui a fait des milliers de victimes, selon le cabinet de conseil ” Nous sommes sociaux “. Lorsque Rappler, l’un des principaux médias indépendants du pays, a dénoncé le fait que le candidat de l’époque avait utilisé Facebook pour alimenter des messages haineux contre ses opposants, sa directrice, Maria Ressa, a subi des semaines de harcèlement sur Facebook au cours desquelles elle a reçu jusqu’à 90 messages par heure, dont beaucoup de menaces de mort ou de viol, selon Bloomberg.

Connectivité dangereuse

Il y a tout juste sept ans, il était rare d’avoir un compte Facebook au Myanmar. L’accès au réseau était pratiquement limité à quelques cybercafés, où la connexion était lente et le regard curieux du directeur était constant. Pratiquement personne n’avait de téléphone portable et un numéro temporaire pouvait coûter des milliers de dollars. Aujourd’hui, c’est le contraire qui se produit. Les rues sont pleines de boutiques de téléphonie mobile et les Birmans, surtout ceux qui vivent dans les villes, passent des heures devant l’écran.

Internet a encore une pénétration limitée dans le pays -environ 27% de la population y a accès-, mais parmi les utilisateurs il y a une application qui triomphe : Facebook. Et ce n’est pas une coïncidence. Le Myanmar est l’un des pays en développement où Facebook a mis en œuvre son programme internet.org, une stratégie agressive par laquelle la société américaine cherche à étendre l’utilisation du réseau social dans les pays en développement. “Pour partager la connaissance et l’inspiration d’Internet avec le monde entier, Internet.org aborde les questions d’accessibilité, d’abordabilité et de sensibilisation, avec l’espoir qu’un jour tout le monde sera connecté “, explique la société sur le site Web du projet. Ainsi, Facebook a offert dans ces pays l’application Free Basics qui permet d’accéder gratuitement à certains contenus Internet, mais toujours via Facebook. Dans la plupart des pays où il a été mis en œuvre, comme le Myanmar, l’Indonésie ou les Philippines, Facebook est devenu synonyme d’Internet.

Cependant, la stratégie n’a pas été accompagnée de moyens suffisants pour contrôler le contenu qui est partagé, en particulier dans les langues locales. Ainsi, une enquête de Reuters publiée en août a trouvé plus d’un millier de publications de réseaux sociaux dont le contenu incitait à la haine contre les Rohingyas au Myanmar, des mois après que Mark Zuckerberg eut assuré au Sénat américain que son entreprise prenait des mesures et engageait du personnel birman pour détecter ces postes.

Facebook avait également publié l’an dernier une déclaration dans laquelle elle déclarait avoir une politique de tolérance zéro à l’égard de ce type de contenu. “Nous nous opposons à l’incitation à la haine sous toutes ses formes et nous ne l’autorisons pas dans notre programme électoral “, indique le communiqué. Facebook définit le discours haineux comme ” une attaque directe contre des personnes en raison de caractéristiques protégées – race, origine ethnique, origine nationale, appartenance religieuse, orientation sexuelle, sexe, sexe, sexe, identité sexuelle, maladie grave ou handicap. Toutefois, selon Reuters, l’entreprise n’avait personne embauché dans le pays en août et le contrôle a été effectué principalement par l’intermédiaire d’une société sous-traitante. Au Sri Lanka, le Center for Policy Alternatives a signalé que le réseau social appliquait à peine ses normes en matière de discours haineux pendant les semaines qui ont suivi les incidents.

Cependant, dans un monde où les options Internet sont infinies, il est difficile d’arrêter le message. Et Min Aung Hlaing les a trouvés rapidement. Après avoir vu son compte annulé, le général a ouvert un nouveau profil sur le réseau social d’origine russe VK. En quelques jours seulement, il a dépassé les 30 000 adeptes.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *