Sommet du G20 : quels enjeux pour le gouvernement de Mauricio Macri ?

Publié par Jerome le novembre 27, 2018 | Maj le novembre 27, 2018

Au milieu des tensions commerciales mondiales et d’une crise économique interne, l’événement multilatéral est la dernière grande occasion pour l’Exécutif argentin de réussir sur le plan diplomatique et de tenir ses promesses de politique étrangère.
En juin 2016, l’Argentine est devenue le premier pays d’Amérique du Sud à être choisi pour accueillir le G-20. Beaucoup de choses se sont passées dans le monde, et en Argentine, depuis lors. Au niveau mondial, l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche a perturbé le commerce et le multilatéralisme (entre autres aspects) ; en Argentine, la dévaluation du peso en 2018 a déclenché une nouvelle crise économique.

Ainsi, dans un contexte de tensions commerciales dans le monde et de crise intérieure, c’est ainsi que Buenos Aires accueille les dirigeants des principales économies du monde les 30 novembre et 1er décembre prochains. Le sommet du G20 sera, sinon le dernier, la plus grande opportunité pour le gouvernement de Mauricio Macri de faire fructifier concrètement sa bonne image à l’étranger.

Selon Claudio Loser, fondateur du Groupe du Centenaire et ancien directeur du Département de l’hémisphère occidental du Fonds monétaire international (FMI), ” après avoir stabilisé la situation, c’est mauvais mais pas pire, la présence de tous ces dirigeants peut donner au gouvernement des points positifs en termes d’image.

D’autre part, selon Martín Burgos, économiste au Centro Cultural de la Cooperación en Argentine, l’événement du G-20 n’aura pas beaucoup d’impact sur la situation du pays, qu’il décrit comme “dramatique”. Il ne pourra pas non plus faire grand-chose pour le gouvernement de Macri qui, selon Burgos, risque de perdre les élections générales de l’année prochaine face à une alliance de l’opposition.

Le retour de la crise en Argentine, une tempête provoquée ?

Selon les mots mêmes du président Macri au milieu de cette année, l’Argentine a dû faire face à “une tempête parfaite”, le gouvernement a donc dû demander l’aide du Fonds monétaire international, qui a approuvé en septembre le plus important programme d’aide de l’histoire de cette organisation.

Cette tempête aurait combiné la fuite des capitaux en raison de l’augmentation des taux aux États-Unis, de la dévaluation du peso et de l’inflation qui en a résulté, du déficit historique de l’Argentine et de la pire sécheresse que le pays ait connue depuis 40 ans. Cependant, les politiques de Macri, selon certains analystes, ont contribué à aggraver la tempête.

Pour Burgos, l’une des pires erreurs de ce gouvernement a été de réduire les impôts, ce qui a augmenté le déficit budgétaire, puis de les augmenter à nouveau. En plus d’avoir mis en œuvre une politique budgétaire erratique, “en deux ans, l’Argentine a été le pays qui a le plus emprunté, et cette dette n’a apporté aucune amélioration, ce qui a été fait avec cette dette extérieure”, demande Burgos.

Le pays qui préside le G-20 en 2018 enregistre une inflation en glissement annuel de 45,9% en octobre, une monnaie qui s’est dépréciée de 50% depuis le début de l’année et une économie qui, en septembre, a accumulé six mois de contraction, selon les données de l’Indec. Selon l’OCDE, le PIB de l’Argentine diminuera de 2,8% cette année et de 1,9% en 2019.

Un sommet multilatéral en des temps unilatéraux

Au milieu d’un sombre panorama intérieur, le sommet du G-20 est encore plus important pour le gouvernement argentin. Le ministre argentin des Affaires étrangères, Jorge Faurie, a déclaré à l’AFP qu'”il est très important pour nous d’avoir une sorte de stabilisation commerciale, parce que nous dépendons de cette possibilité commerciale pour avoir plus de production et plus d’emplois.

Comme l’explique José Natanson, directeur du Monde Diplomatique, dans le New York Times, ” l’absence de résultats concrets est dramatique pour un gouvernement dont la conception économique repose sur l’idée très libérale que ce sont les investissements et les exportations – et non la demande du marché intérieur – qui vont relancer la croissance, la consommation et l’emploi “.

L’investissement étranger direct n’a pas augmenté de manière significative par rapport au gouvernement précédent et, selon les chiffres de la CEPALC pour 2017, l’Argentine est le quatrième bénéficiaire d’IED après le Brésil, le Mexique et la Colombie.

Quant aux exportations, si elles ont augmenté de 3,5% au cours des neuf premiers mois de 2018, elles ont baissé de 4,8% en septembre. L’OCDE prévoit que la baisse du chiffre d’affaires extérieur en 2018 sera de 2,9% en 2018, bien qu’elle considère que ce poste sera à la pointe de la “reprise”, avec des augmentations de 9,3% pour 2019 et de 8,3% pour 2020.

Mais la “stabilisation du commerce” à laquelle Faurie fait référence ne sera pas facile à réaliser. Le sommet des dirigeants s’inscrit dans un contexte de tensions commerciales croissantes entre les grandes économies, en particulier entre les États-Unis et la Chine. En fait, Donald Trump a fixé une date limite pour l’événement à Buenos Aires afin de parvenir à un accord avec le président chinois Xi Jinping. Sinon, comme elle l’a déclaré à plusieurs reprises, la Maison-Blanche taxera les produits chinois qui n’ont pas encore de droits de douane aux États-Unis.

Bien que la politique protectionniste de Trump ait pu déclencher la guerre tarifaire, la tendance s’est généralisée. Selon l’Organisation mondiale du commerce (OMC), les pays du G20 ont appliqué 40 nouvelles mesures commerciales restrictives entre mai et octobre, couvrant près de 481 milliards de dollars du commerce mondial. Selon l’OMC, peu de restrictions ont été imposées depuis que l’entité a commencé à surveiller le commerce en 2012.

Le dernier grand pari du gouvernement Macri sur la politique étrangère

Au milieu d’une crise économique et d’un commerce de plus en plus restrictif, le gouvernement de Maurice Macri est obligé de montrer des résultats concrets en termes de politique étrangère. Parmi les objectifs proposés, notamment la promotion de l’adhésion de l’Argentine à l’OCDE et le rapprochement du Mercosur et de l’Alliance du Pacifique, il n’y a guère plus que des déclarations amicales.

Le Mercosur et l’Alliance du Pacifique ne sont pas parvenus à de véritables accords, bien qu’en avril de cette année, Macri et son homologue chilien, Sebastián Piñera, aient évalué la possibilité d’un “renforcement des efforts” entre les deux blocs. En revanche, le même mois, le gouvernement du Chili et le Brésil ont commencé à négocier un accord de libre-échange qui, selon les termes de la présidence chilienne, a été conclu en “temps record” et signé le 21 novembre à Santiago.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *