Le sommet sur la crise en Syrie à Istanbul pourrait avoir une déclaration finale

Publié par Jerome le octobre 27, 2018 | Maj le octobre 27, 2018

Le gouvernement turc espère trouver une solution politique pour la Syrie avec les principaux dirigeants français, allemands et russes. La réunion aura lieu un jour après que les forces loyales au gouvernement syrien aient attaqué Idlib. Staffan de Mistura, envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, est persuadé que lors du sommet auquel il participera avec les présidents Vladimir Poutine (Russie), Emmanuel Macron (France), Recep Tayyip Erdogan (Turquie) et la chancelière allemande Angela Merkel, une déclaration sera faite pour trouver une issue à la crise en Syrie.

Erdogan à la manette des négociations

Les dirigeants des quatre pays et le représentant de l’ONU se réuniront le 27 octobre à Istanbul, en Turquie, dans le but de formuler une proposition de solution politique à un conflit qui a débuté en 2011 et qui a coûté la vie à des milliers de personnes.

La réunion aura lieu un jour après qu’au moins sept civils aient été tués à la suite d’une attaque contre la province d’Idlib, qui a donné lieu à un cessez-le-feu et à une zone démilitarisée.

Dmitri Peskov, porte-parole du gouvernement russe, a expliqué que la réunion offrira un format différent, car les pays s’accordent sur une solution politique, bien qu'”ils ne s’entendent pas sur la manière de la mettre en œuvre.

“Ce ne sont pas des divergences, ce sont des approches différentes ; en général, tout le monde veut une solution politique en Syrie, mais en termes d’outils et de tactiques, bien sûr, il peut y avoir des divergences “, a déclaré le porte-parole du Kremlin au service de presse international russe ” Sputnik “.

Ibrahim Kalin, porte-parole de la présidence turque, a également déclaré que la réunion servira à rechercher une meilleure protection des accords de cessez-le-feu établis pour la province d’Idlib.

“Notre objectif prioritaire est de discuter pour voir quelles nouvelles formules nous pouvons produire, sur la base du fait que la solution pour la Syrie ne sera pas militaire mais politique “, a dit M. Kalin.

Les États-Unis, en attendant le sommet syrien à Istanbul

Sur la réunion des dirigeants, il y a une attente particulière concernant la position qui pourrait soulever le président de la France, Emmanuel Macron, après avoir été connu à travers un communiqué qui a tenu une conversation sur le sujet avec son homologue américain, Donald Trump.

Selon le texte, les Etats-Unis et la France partagent la même position sur le maintien d’une trêve sur la province d’Idlib et la recherche d’une solution politique. Toutefois, en ce qui concerne cette dernière position, aucun autre détail de sa proposition n’était connu.

Le texte exprime la demande du Président Trump à Macron de défendre cette position devant la Russie et l’Allemagne lors du sommet.

La solution en Syrie envisage une nouvelle Constitution

L’un des aspects qui seront discutés lors du sommet concerne la création d’une commission constitutionnelle, qui aura pour mission de rédiger une nouvelle Constitution qui permettra de sortir de la crise.

Toutefois, le 26 octobre, l’envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie a déclaré, lors d’une vidéoconférence avec le Conseil de sécurité des Nations unies, que le gouvernement syrien avait refusé de permettre à cet organe de participer à la sélection des membres de ce comité constitutionnel.

De Mistura a expliqué qu’après l’accord signé en janvier 2018 dans la ville de Sotchi, l’ONU serait chargée d’élire les civils qui composeront un tiers du comité. De même, le Gouvernement syrien et l’opposition éliraient chacun un tiers des membres.

Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid al-Mualem a rejeté le rôle de l’ONU dans la sélection des membres. Et Damas s’est opposé à un tel rôle dès le début pour des raisons de souveraineté.

L’attaque d’Idlib a fait sept morts.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, au moins sept civils ont été tués le 26 octobre lorsque des tirs d’artillerie des forces fidèles au président syrien Bachar al-Ásad ont été enregistrés au-dessus de la province d’Idlib.

L’agence a rapporté que trois femmes, un homme et trois mineurs ont été tués au cours de ces attaques. Il souligne également que le nombre de victimes pourrait augmenter en raison de blessures graves, bien qu’il n’ait pas exprimé le nombre de victimes.

Nayi Abu Huzaifa, porte-parole de l’Alliance nationale pour la libération, a confirmé les attaques des forces de Damas dans la région.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *