“S’ils se sentent séparés, ils arrêteront de venir” : Trump sur les immigrés.

Publié par Jerome le octobre 14, 2018 | Maj le octobre 14, 2018

Le président des États-Unis, Donald Trump, a défendu lors d’un rassemblement sa politique controversée de séparation des familles immigrantes qui traversent la frontière sans papiers.
Quelques instants avant de partir pour un rassemblement électoral à Richmond, Kentucky, pour les élections de mi-mandat, le président américain Donald Trump a ratifié son discours anti-immigrant devant la presse.

Des propos inacceptable de la part de Donald Trump

Dans les jardins de la Maison-Blanche, le président américain a validé la mesure controversée qui a conduit à la séparation d’au moins 2 600 enfants de leur famille, selon les chiffres officiels.

“S’ils se sentent séparés, dans bien des cas, ils ne viendront pas “, a dit M. Trump. En outre, il a justifié que ” dans de nombreux cas, ce sont de mauvaises personnes qui utilisent des enfants. Ce ne sont pas ses enfants. Ils ne les connaissent même pas. Ils ne connaissent pas les enfants depuis 20 minutes. Ils les prennent et les utilisent pour entrer dans notre pays.

Depuis avril 2018, le chef de l’Etat mène une politique dite de ” tolérance zéro ” en matière d’immigration. Confronté à de vives critiques sur la séparation des enfants de leurs parents, Trump a été contraint de signer un décret ordonnant la fin de la division des familles.

Cependant, le président étudie de nouvelles mesures pour renforcer son plan contre les sans-papiers.

Le Washington Post, qui cite des sources de la Maison-Blanche, a rapporté que les études gouvernementales maintenaient les enfants et les parents ensemble et les détenaient pendant 20 jours, soit la durée maximale autorisée pour détenir un mineur sur le sol américain.

Après cette période, et pendant le traitement de leur expulsion, les autorités donneraient aux adultes deux options : libérer les enfants, pour lesquels ils seraient séparés de leurs parents, ou les garder enfermés avec eux.

Les nouveaux défis de la caravane des migrants sont un atout

Malgré ces positions fortes, le 13 octobre, des centaines de familles ont embarqué à bord d’une caravane en provenance du Honduras pour se rendre aux États-Unis, avec la participation d’environ 1 000 personnes, dont des femmes avec bébés et enfants de moins de 5 ans.

La ” Migrant’s Walk “, qui a quitté San Pedro Sula au nord-est du Honduras et devrait traverser le Guatemala et le Mexique, a été lancée quelques jours seulement après que Trump eut demandé au président hondurien Juan Orlando Hernandez d’arrêter la migration massive.

Mais ces familles soulignent qu’elles ont de bonnes raisons de quitter leur pays et de s’embarquer dans ce voyage risqué. “Il n’y a pas de travail, il n’y a rien. Nos enfants, dès leur plus jeune âge, ont peur qu’il y ait des maras et parfois ils détruisent tout “, dit Lesby Karina, qui voyage dans la caravane avec son mari et ses deux enfants.

En avril 2018, après une caravane similaire, les autorités américaines ont autorisé 228 Centraméricains à entrer sur leur territoire pour évaluer les demandes d’asile. Au cours de la même journée, quelque 3 000 personnes ont afflué à la frontière qui sépare Ciudad Juarez dans le nord du Mexique et Sunland Park dans l’État du Nouveau-Mexique.

Pendant trois minutes, ils se sont réunis avec leurs familles vivant de l’autre côté de la frontière pour participer à un événement appelé “Abrazos, no muros”, organisé par le Migrant Rights Defense Network.

Contrairement aux versions précédentes, enregistrées à proximité du Rio Bravo, la version du 13 octobre a été réalisée sur la clôture métallique de 5 mètres de haut par laquelle le gouvernement américain a remplacé la cire qui a séparé son pays du Mexique pendant 20 ans.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *