Sánchez tente de mener, avec Merkel, un pacte pour les migrations qui divise à nouveau l’UE

Publié par Simon Taquet le décembre 13, 2018 | Maj le décembre 13, 2018

Le gouvernement souligne, vu les doutes qu’il a soulevés dans de nombreux pays, que ce pacte mondial “n’est pas un traité”, mais plutôt une “déclaration de principes” puisque les pays signataires “peuvent avoir leur propre politique migratoire, qui répond à leurs besoins”.

Mais même ces acteurs de l’ONU n’ont pas pu s’exprimer conjointement sur ce phénomène. Dans la Déclaration de New York sur les réfugiés et les migrants adoptée en septembre 2016, l’Assemblée générale a décidé d’élaborer un pacte mondial pour établir ” une migration sûre, ordonnée et régulière “. Le Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière a été adopté en juillet par tous les États membres de l’ONU, à l’exception des États-Unis.

Mais depuis lors, plusieurs pays ont ignoré le texte et ne seront pas présents à Marrakech malgré les efforts de l’ONU pour faire comprendre que le Pacte ” n’a pas force obligatoire et respecte la souveraineté des États pour gérer leurs frontières et leurs politiques migratoires.

Le pacte a une fois de plus généré la division au sein de l’Union européenne, une fois de plus incapable d’assister à un forum mondial avec une seule position. La Slovaquie, la Hongrie, la Bulgarie, la République tchèque et la Pologne rejettent l’accord. En outre, l’Italie a émis des réserves et souhaite soulever la question au Parlement. Et la question a divisé le gouvernement belge.

Sánchez sera donc, avec la chancelière Merkel, l’un des principaux défenseurs d’un texte sans portée juridique mais qui, au sein du gouvernement, a reçu l’importance de positionner l’Espagne comme une référence en la matière.

Le document qui sera signé à Marrakech souligne que, pour ” profiter des avantages de l’immigration et atténuer ses risques “, il est nécessaire de mieux collaborer entre pays. Ces principes correspondent à ce que Sánchez a défendu dans ce domaine après qu’une de ses premières mesures gouvernementales ait été la décision unilatérale d’accepter le Verseau.

Déclaration du G-20

Ayant concentré ses efforts sur la déclaration du G-20 il y a une semaine, Sánchez compte annoncer des mesures visant à aborder quatre réalités d’immigration. Le premier sujet qu’il souhaite aborder est la relation entre le changement climatique, la désertification et les migrations. Le président annoncera l’organisation pour le premier semestre 2019 d’une Conférence sur la désertification à Almeria, où s’est tenu il y a 40 ans le premier congrès international sur cette question. “Il est urgent de faire quelque chose contre l’extension du Sahel, qui continue à gagner du terrain dans des pays comme le Sénégal et à pousser les gens à émigrer. Nous devons étudier comment arrêter cette expansion et comment récupérer les terres agricoles et prendre des mesures pour fixer les populations de ces zones”, explique le gouvernement.

Sanchez fera également référence à la nécessité de renforcer la coopération avec les pays d’origine et de transit. “Le gouvernement considère que l’importance du Pacte mondial réside dans le fait qu’un phénomène mondial tel que la migration ne peut être traité seul”, expliquent-ils. Et ils justifient leur position sur la migration parce qu’elle est interprétée comme quelque chose de “connaturel” pour l’être humain : “Sans incitations, les jeunes des régions pauvres du monde continueront à avancer vers une vie meilleure.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *