Salvini propose à des milliers de fidèles “une nouvelle communauté européenne”

Publié par Simon Taquet le décembre 14, 2018 | Maj le décembre 14, 2018

“Nous donnerons du sang pour une nouvelle communauté européenne”, a déclaré le vice-président du gouvernement italien et chef de la Ligue, Matteo Salvini, qui de la Piazza del Popolo centrale à Rome, rempli de dizaines de milliers de personnes et de drapeaux italiens et ce parti politique, lancé hier à midi un message à l’Europe. Avec une mise en scène très étudiée, son apparition sur scène a été triomphale, recevant un bain de foule. Il s’est d’abord montré, pour saluer son peuple malade, avec une veste dans laquelle figurait le mot “Police” ; puis, pour donner son discours, il y a eu une nouvelle apparition en peluche, accompagnée par la musique de “Vinceró !” du Turandot de Puccini, chantée par Pavarotti.

Le ministre de l’Intérieur et leader de la Ligue a lancé un message nationaliste et populiste, dans lequel ses mots clés étaient espoir, dignité et fierté, un discours rhétorique mariné de phrases de Jean-Paul II, d’un des pères de l’UE comme De Gasperi, le démocrate-chrétien et le pacifiste Martin Luther King, passant à Benito Mussolini.

Phrase attribuée à Mussolini

Le “Capitano”, comme l’appellent ses fidèles, consacre une partie centrale de son discours à l’Europe. “Aujourd’hui est le jour dédié à la Vierge Marie. Je vous ai lu ces lignes : une union de peuples ethniquement différents, ce doit être l’Europe, qui doit avoir une âme et une identité, savez-vous qui a écrit cela ? Un populiste dangereux qui s’appelait Jean-Paul II”. Du pape Wojtyla, il passa à Luther King : “Pour avoir des ennemis, il n’est pas nécessaire de déclarer la guerre, il suffit de dire ce qu’on pense. Sous de grands applaudissements, une phrase a été attribuée au dictateur Mussolini : “Beaucoup d’ennemis, beaucoup d’honneur”.

Salvini a voulu montrer avec ce rallye multitudineux que la Ligue, qui mène depuis décembre 2013 “avait 4,5% des voix”, est aujourd’hui un parti de grande ambition nationale, le premier du pays, avec 34-35% des intentions de vote, doublant celles obtenues lors des élections de mars (17%) et se distançant du Mouvement 5 étoiles, qui est tombé à 27-28%.

Etant donné qu’une bonne partie de son discours avait une clé européenne et nationale, Matteo Salvini a fait semblant de montrer qu’il s’inspire d’une phrase célèbre d’un des fondateurs de la démocratie chrétienne, Alcide De Gasperi, ancien Premier ministre italien admiré : “Le politicien pense aux prochaines élections, l’homme d’Etat aux prochaines générations”. Le leader de la Ligue se présente déjà comme l’homme d’Etat qui pense un demi-siècle à l’avance : “Si l’Europe s’arrête aux finances, aux décimales, c’est une Europe destinée à l’échec. Elle sert une Europe qui travaille à nouveau pour la dignité des citoyens”, a-t-il dit, expliquant ce qu’il a en tête : “Une idée de croissance qui regarde vers les 50 prochaines années. Nous avons l’ambition de penser à l’Italie que nous laissons à nos petits-enfants. Il a ensuite ajouté : “Croissance durable, protection sociale, amélioration de la qualité de vie et solidarité : c’est dans les traités qui ont fondé l’Europe. Certains ont trahi le rêve européen ; nous donnerons notre sang pour une nouvelle communauté européenne”.

Cette fois, il n’y a pas eu d’insultes ou d’agressivité, mais Salvini a voulu rappeler la situation en Allemagne et en France, qu’il a toujours critiquée avec une agressivité particulière en lançant un dard au Président Emmanuel Macron : “Regardez la crise économique que commence à vivre aussi la plus puissante Allemagne, pensez aux jaunes. La violence ne sera jamais justifiée. Mais celui qui sème la pauvreté et les faux espoirs recueille la protestation.”

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *