“Nous donnerons du sang pour une nouvelle communauté européenne”, a déclaré le vice-président du gouvernement italien et chef de la Ligue, Matteo Salvini, qui de la Piazza del Popolo centrale à Rome, rempli de dizaines de milliers de personnes et de drapeaux italiens et ce parti politique, lancé hier à midi un message à l’Europe. Avec une mise en scène très étudiée, son apparition sur scène a été triomphale, recevant un bain de foule. Il s’est d’abord montré, pour saluer son peuple malade, avec une veste dans laquelle figurait le mot “Police” ; puis, pour donner son discours, il y a eu une nouvelle apparition en peluche, accompagnée par la musique de “Vinceró !” du Turandot de Puccini, chantée par Pavarotti.

Le ministre de l’Intérieur et leader de la Ligue a lancé un message nationaliste et populiste, dans lequel ses mots clés étaient espoir, dignité et fierté, un discours rhétorique mariné de phrases de Jean-Paul II, d’un des pères de l’UE comme De Gasperi, le démocrate-chrétien et le pacifiste Martin Luther King, passant à Benito Mussolini.

Phrase attribuée à Mussolini

Le “Capitano”, comme l’appellent ses fidèles, consacre une partie centrale de son discours à l’Europe. “Aujourd’hui est le jour dédié à la Vierge Marie. Je vous ai lu ces lignes : une union de peuples ethniquement différents, ce doit être l’Europe, qui doit avoir une âme et une identité, savez-vous qui a écrit cela ? Un populiste dangereux qui s’appelait Jean-Paul II”. Du pape Wojtyla, il passa à Luther King : “Pour avoir des ennemis, il n’est pas nécessaire de déclarer la guerre, il suffit de dire ce qu’on pense. Sous de grands applaudissements, une phrase a été attribuée au dictateur Mussolini : “Beaucoup d’ennemis, beaucoup d’honneur”.

Salvini a voulu montrer avec ce rallye multitudineux que la Ligue, qui mène depuis décembre 2013 “avait 4,5% des voix”, est aujourd’hui un parti de grande ambition nationale, le premier du pays, avec 34-35% des intentions de vote, doublant celles obtenues lors des élections de mars (17%) et se distançant du Mouvement 5 étoiles, qui est tombé à 27-28%.

Etant donné qu’une bonne partie de son discours avait une clé européenne et nationale, Matteo Salvini a fait semblant de montrer qu’il s’inspire d’une phrase célèbre d’un des fondateurs de la démocratie chrétienne, Alcide De Gasperi, ancien Premier ministre italien admiré : “Le politicien pense aux prochaines élections, l’homme d’Etat aux prochaines générations”. Le leader de la Ligue se présente déjà comme l’homme d’Etat qui pense un demi-siècle à l’avance : “Si l’Europe s’arrête aux finances, aux décimales, c’est une Europe destinée à l’échec. Elle sert une Europe qui travaille à nouveau pour la dignité des citoyens”, a-t-il dit, expliquant ce qu’il a en tête : “Une idée de croissance qui regarde vers les 50 prochaines années. Nous avons l’ambition de penser à l’Italie que nous laissons à nos petits-enfants. Il a ensuite ajouté : “Croissance durable, protection sociale, amélioration de la qualité de vie et solidarité : c’est dans les traités qui ont fondé l’Europe. Certains ont trahi le rêve européen ; nous donnerons notre sang pour une nouvelle communauté européenne”.

Cette fois, il n’y a pas eu d’insultes ou d’agressivité, mais Salvini a voulu rappeler la situation en Allemagne et en France, qu’il a toujours critiquée avec une agressivité particulière en lançant un dard au Président Emmanuel Macron : “Regardez la crise économique que commence à vivre aussi la plus puissante Allemagne, pensez aux jaunes. La violence ne sera jamais justifiée. Mais celui qui sème la pauvreté et les faux espoirs recueille la protestation.”

L'actualité :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici