La Roumanie a dit ” non ” au veto au mariage homosexuel

Le référendum qui visait à opposer un veto au mariage homosexuel par le biais de la Constitution n’a pas atteint le minimum de 30 pour cent des voix. Cette décision est un revers pour le Parti social-démocrate au pouvoir, qui a soutenu la mesure.

 Une grande partie des Roumains ont refusé ce week-end d’empêcher le changement. En particulier, beaucoup n’ont pas voté ou ont voté contre le référendum dans le pays qui proposait d’opposer leur veto au mariage homosexuel.

La mesure, fortement défendue par le Parti social-démocrate (PSD) au pouvoir et critiquée par les ONG en faveur des droits des homosexuels, n’a pas abouti, même si les citoyens avaient une marge de deux jours (6 et 7 octobre) pour aller voter.

Sans la participation minimale de 30% requise pour l’évaluation de la consultation et avec seulement 20,41% des voix, la Roumanie a dit “non” à la modification de la Constitution pour que seule l’union entre une femme et un homme soit valable. Ainsi, les liens entre deux personnes “époux”, terme inclus dans la Magna Carta, sont maintenus.

Malgré cela, le mariage homosexuel n’est pas valide dans ce pays, l’un des rares États de l’Union européenne qui maintient de telles restrictions sur la communauté gaie.

Une Roumanie “aux valeurs démocratiques”.

“La Roumanie a refusé de se diviser et de se haïr, c’est une victoire pour la démocratie, ainsi qu’un rejet de la participation de l’Eglise orthodoxe aux affaires de l’Etat”, a déclaré Vlad Viski, du groupe LGBTQIA+ MozaiQ, qui estime que “les politiques devraient légaliser les associations civiles pour tous les citoyens,” a déclaré son président Robert Ratiu.

“Il n’y a pas de famille traditionnelle, il y a des familles et c’est tout. La nourriture est traditionnelle, le porc est traditionnel à Noël. La famille, c’est la famille, l’amour, c’est l’amour”, a déclaré une autre militante, Alexa Valianatos.

Pour sa part, l’association LGBT Accept s’est déclarée satisfaite du résultat et a déclaré qu'”il a été démontré que les citoyens veulent une Roumanie aux valeurs démocratiques et qu’ils ne peuvent pas nous tromper avec un programme politique qui mène à la haine et à la division.

De tels groupes ont fait campagne pour boycotter un référendum qui a coûté 40 millions d’euros au gouvernement roumain, ce qui a fait sourire les ONG et les citoyens qui soutiennent la liberté des relations civiles homosexuelles.

Des organisations comme la Coalition pour la famille, qui a promu le plébiscite, n’étaient pas si heureuses et a finalement obtenu 3 millions de signatures (la Roumanie compte 19 millions d’habitants) visant à empêcher les couples homosexuels d’avoir le droit de se marier à l’avenir.

“Tous les appels au vote des églises chrétiennes et des cultes religieux en Roumanie ont été boycottés par les partis politiques, malgré les déclarations officielles des dirigeants”, a dénoncé la Coalition, qui a défendu ces dernières semaines “la famille traditionnelle”, même avec de faux messages tels que “si vous ne votez pas, deux hommes pourront adopter vos enfants.

Un revers pour le Parti social-démocrate

Le PSD, le plus grand parti de Roumanie et le plus présent au Parlement, à tel point que le résultat a fini par être perçu comme une preuve de sa popularité. Et ça ne s’est pas très bien terminé, laissant un discours de haine contre la communauté gay.

Le PSD a cherché à opposer son veto au mariage égalitaire dans un geste envers les électeurs ruraux et âgés, ainsi qu’envers l’Église orthodoxe. Malgré la dépénalisation de l’homosexualité en 2001, la Roumanie est toujours l’un des rares pays de l’Union européenne à ne pas reconnaître les unions civiles homosexuelles.

A cela s’ajoute l’affaiblissement dont le parti a souffert en voulant modifier la législation sur la corruption dans le système judiciaire, ce qui a induit plus de permissivité devant les corrompus. Deux actions qui représentent en fin de compte un revers pour les sociaux-démocrates.

“Le PSD a tout parié sur le référendum en s’y associant et en essayant d’en tirer parti (…) il reste que de nombreux citoyens ont boycotté son initiative. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une sanction importante contre le gouvernement “, déclare Sergiu Miscoiu, professeur de sciences politiques à l’Université Babes-Bolyai.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sed felis non porta. risus ut accumsan vulputate, Phasellus commodo pulvinar