Riyad va devoir prouver qu’il ne sont pour rien dans la disparition du journaliste

Publié par Jerome le octobre 15, 2018 | Maj le octobre 15, 2018

La pression internationale s’accroît de jour en jour autour de l’Arabie Saoudite depuis la disparition de Jamal Khashoggi et les autorités du royaume ont menacé d’une action ” majeure ” si elle faisait l’objet d’une sanction. L’hypothèse selon laquelle le journaliste critique de la maison royale a été assassiné dans le consulat saoudien d’Istanbul le 2 octobre dernier l’emporte dans son intégralité, ce qui a provoqué une agitation internationale et la menace de sanctions et de punitions par des pays comme les Etats-Unis. “Nous allons aller au fond des choses et il y aura une punition sévère”, a promis Donald Trump dans une interview diffusée samedi soir sur CBS. Un message qui n’a pas bien plu à l’un de ses grands alliés dans la région, qui affirme que le journaliste a quitté le consulat, bien qu’il n’ait jusqu’à présent montré aucune preuve à l’appui, et se sent victime d’un complot organisé par la Turquie et Catar. Le Conseil du Golfe et la Ligue arabe ont manifesté leur soutien à Riyad et se sont opposés à toute mesure punitive.

Le rejet de toute menace par le royaume a également servi de réponse à l’étalement international de la prochaine conférence Future Investment Initiative, qui se tiendra à Riyadh et également connue sous le nom de “Davos of the Desert”. Le président de la Banque mondiale, ainsi que les réseaux américains CNBC et CNN, l’agence Bloomberg et le New York Times ont annoncé qu’ils annulent leur présence pour sanctionner le manque de transparence dont les Saoudiens ont fait preuve jusqu’ici dans l’affaire Khasoggi. Le malaise a également été transféré à la Bourse de Riyad, qui a connu une journée de fortes fluctuations et s’est terminée avec une baisse de 3,51%.

La commission d’enquête mixte turco-audienne n’a jusqu’à présent fourni aucune information et, ce week-end, Ankara a accusé Riyad de ne pas coopérer et de ne pas permettre aux enquêteurs de se rendre au consulat.

Enterré dans le jardin du consul ?

Des chercheurs turcs divulguent anonymement à la presse tous les jours et tous renforcent l’hypothèse selon laquelle Jamal Khashoggi aurait été tué à l’intérieur du consulat saoudien à Istanbul. “Middle East Eye, un portail d’information spécialisé dans la région, a révélé que, selon des sources proches de l’affaire, ils envisagent de creuser dans le jardin du bâtiment pour voir si les restes du journaliste y ont été enterrés. Ces informations contredisent les premières fuites, qui indiquaient que Khashoggi avait été démembré et que ses restes avaient été emportés hors du pays dans des valises. Quelque chose de similaire s’est produit avec la fuite sur le supposé enregistrement de ce qui s’est passé par l’horloge intelligente du journaliste saoudien et cela a finalement été refusé parce que le modèle Apple Watch ne pouvait pas remplir cette fonction.

En attendant les résultats officiels de la commission d’enquête mixte mise en place par les Turcs et les Saoudiens, ce qui s’est passé au sein du consulat saoudien à Istanbul le 2 octobre reste inconnu, mais Khashoggi reste introuvable.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *