Le régime de Maduro pourrait contraindre 25 % de sa population à l’exil.

Publié par Simon Taquet le décembre 19, 2018 | Maj le décembre 19, 2018

Actuellement, il y a jusqu’à 3 300 000 Vénézuéliens qui ont cherché refuge dans 16 pays d’Amérique latine et des Caraïbes, dont 460 000 enfants et adolescents. Ce chiffre dramatique est mis en évidence dans le dernier rapport présenté par l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Un rapport qui prévoit également pour 2019 le nombre total de Vénézuéliens exilés dans la région pourrait atteindre 5,3 millions. Si c’est le cas, la tragédie vénézuélienne permettrait de surmonter la crise des réfugiés syriens, qui pendant six ans de guerre civile a laissé 6,3 millions de personnes déplacées.

L’exode des Vénézuéliens

Le chiffre de 5,3 millions est relativement moins alarmant que celui présenté par la Brookings Institution, un centre de recherche sans but lucratif situé à Washington. Dans l’analyse effectuée par les économistes Dany Bahar et Douglas Barrios, il soutient que l’exode des Vénézuéliens pourrait augmenter de façon spectaculaire et atteindre au moins 8,2 millions – y compris les 3 millions qui ont déjà quitté le pays  d’émigrants et de réfugiés vénézuéliens répartis dans le monde.

Inflation millionnaire

Si les prévisions de la Brookings Institution se réalisent, la nation sud-américaine de 32 millions d’habitants se viderait en perdant au moins 25,8% de ses habitants en un ou deux ans. Une tragédie créée par le régime de Nicolás Maduro qui n’a pas réussi à arrêter l’hyperinflation galopante qui, selon l’Assemblée nationale de l’opposition, dépassera facilement 2 000 000 000 % à la fin de l’année, une prévision qui a été portée à 2 500 000 par le Fonds monétaire international (FMI). Le chiffre est imparfait, mais si nous nous trompons, c’est vers le côté conservateur , a déclaré Dany Bahar à ABC, tout en assurant à ABC que son modèle tient compte des fondamentaux de l’économie vénézuélienne mais qu’il existe de nombreux autres facteurs qui affectent le déplacement des personnes, tels que la question politique ou sociale.

Parmi les conclusions auxquelles est parvenu Bahar, il est frappant de constater que le gouvernement vénézuélien n’a pas les moyens d’importer suffisamment de nourriture pour couvrir les besoins caloriques des Vénézuéliens. Même lorsque Maduro utilisera tout l’argent provenant des exportations de pétrole et des envois de fonds internationaux, huit millions de Vénézuéliens ne seront pas en mesure de satisfaire leurs besoins alimentaires et finiront par être contraints d’émigrer, dit-il.

L’analyse reflète un scénario qui, dans les conditions actuelles : 1,17 millions de barils produits par jour, le prix moyen du baril de pétrole à 54 dollars et les transferts de fonds à 2,4 milliards de dollars par an, la projection des migrants est estimée à 8,2 millions de Vénézuéliens. La semaine dernière, plus de 150 pays ont approuvé le Pacte mondial des Nations Unies sur la migration dans le but de faire de ce phénomène une affaire plus sûre, plus ordonnée et plus régulière : une responsabilité partagée. La crise au Venezuela est un drame partagé dans toute la région par ceux qui sont extraordinairement touchés par l’effondrement de son infrastructure et des services hospitaliers et éducatifs qui ne fournissent pas assez de services pour servir plus de gens.

Plan régional

La Colombie a été le pays le plus touché par l’arrivée massive de Vénézuéliens par la frontière, avec plus de un million de personnes sur le territoire, suivie par le Pérou, plus de 500 000 en Équateur et les quelque 200 personnes vivant au pays.000 au Chili. Le taux moyen de départs cette année a été de 5 500 personnes par jour, sans tenir compte de ceux qui ont franchi irrégulièrement une frontière.

En raison de la situation alarmante, l’ONU a présenté la semaine dernière un plan régional pour aider les migrants qui implique 95 organisations dans différents pays et nécessite un financement de 738 millions $ d’ici 2019. A cela s’ajoute l’allocation accordée par l’ONU au gouvernement Maduro pour 9,2 millions de dollars pour le fonds d’urgence, que l’opposition craint de perdre dans la corruption caractéristique du régime.

Les experts conviennent que la crise vénézuélienne des migrants et des réfugiés va s’aggraver si un changement politique ne se produit pas dans ce pays. La communauté internationale doit se tourner vers le Venezuela, car le 10 janvier prochain, Nicolás Maduro prendra ses fonctions pour une nouvelle période de six ans qui pourrait provoquer un véritable hécatombe dans la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *