L’ancien président cubain et dirigeant du Parti communiste de Cuba (PCC, le seul légal), Raúl Castro, a exhorté son pays à renforcer sa défense et à se préparer aux pires scénarios contre les Etats-Unis, dont il a accusé le gouvernement d’avoir repris la politique de confrontation.

Le discours prononcé dans la ville

Dans un discours prononcé dans la ville orientale de Santiago de Cuba à l’occasion du 60e anniversaire de la Révolution cubaine de 1959, le leader de 87 ans a assuré qu’il est du devoir des Cubains de se préparer méticuleusement à tous les scénarios, y compris le pire et de ne laisser place ni à la confusion ni à l’improvisation.

Nous continuerons à donner la priorité aux tâches de préparation de la défense dans le but de préserver la souveraineté et la paix, a déclaré l’ancien président de Cuba de février 2008 à avril dernier, date à laquelle il a remis le poste à son successeur, Miguel Díaz-Canel.

Le chef du Parti communiste cubain (PCC, le seul) au pouvoir, accompagné du président Miguel Díaz-Canel et des dirigeants du Parti communiste et des Forces armées, un acte officiel à Santiago de Cuba (Est), berceau de la Révolution” dirigé par son frère aîné, le regretté ex-mandataire Fidel Castro (1926-2016).

Cela fait 60 ans que le triomphe du 1er janvier 1959 a eu lieu, mais la Révolution n’a pas vieilli, elle est encore jeune”, a-t-il dit à un millier de Santiago réunis dans le cimetière de Santa Ifigenia devant le grand rocher qui sert de tombe à Fidel Castro.

Le général de 87 ans a confirmé sa satisfaction à l’égard de l’administration de son élève, l’actuel président Miguel Díaz-Canel (58 ans), arrivé au pouvoir en avril dernier, et a souligné que le processus révolutionnaire ne se limite pas à la vie biologique de ceux qui en sont à l’origine, mais à la volonté et à la détermination des jeunes.

Forcer un changement de régime

D’une voix cassée mais apparemment en bonne santé, Castro a rappelé la période spéciale, la grave crise économique que Cuba a connue au début des années 1990, lorsque, après la chute de l’Union soviétique, le pays des Caraïbes n’était plus qu’au milieu du monde occidental, à 90 milles des Etats-Unis.

Personne au monde n’aurait parié un centime sur la survie de la Révolution, mais il a été possible d’affronter et de relever le défi”, a déclaré l’ancien président cubain, qui a commencé en 2014 un “dégel” bilatéral historique avec l’ancien occupant de la Maison Blanche, Barack Obama.

De retour à l’hostilité après l’arrivée à Washington de Donald Trump, Raúl Castro a réitéré la volonté de l’île de coexister civilement malgré les différences, dans une relation de paix, de respect et de bénéfice mutuel puis de changer de ton plus chaleureux, inhabituel dans leurs derniers passages.
La célébration a commencé par une cérémonie de changement de la garde d’honneur dans l’autel de la patrie du cimetière, où se détache le mausolée du héros national cubain, José Martí, et à droite la grande pierre où reposent les restes de Castro, qui voulait se reposer dans la ville où son insurrection a eu lieu.

Enfin, il a exprimé sa sécurité que la nouvelle Constitution qui fera l’objet d’un référendum le 24 février prochain obtiendra un “soutien majoritaire du peuple, qui “manifestera aux urnes son soutien majoritaire à la Révolution et au socialisme.  Le nouveau texte qui actualisera la Magna Carta actuelle (1976) ratifie l’aspiration au communisme bien qu’il reconnaisse la propriété privée et l’investissement étranger comme nécessaire.

You may also like

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici